Danakil en tournée
06/10/17 au 16/12/17
Yaniss Odua en tournée
30/09/17 au 16/12/17
Inna De Yard, Congos, Ken Boothe
29/09/17 au 28/10/17
DEMOLISHA LIVE PARTY #2 avec Taïro etc
11/11/17 - Montreuil (2 min à pied du metro)
Alborosie & Friends
19/11/17 - PARIS

FDM

Collie Buddz

Inna de yard

Demolisha

Alborosie

Pyrprod

Yaniss en tournée

Danakil en tournée

Junior Reid Junior Reid
Nationalité : Jamaïquain
Vrai nom : Delroy Reid

Delroy Reid, connu sous le pseudo de Junior Reid, est né à Kingston en 1965 dans le quartier Tower Hill. Il a grandi dans le bouillonnant quartier de Waterhouse, à quelques pas du studio du regretté King Tubby, endroit connu pour sa dangerosité mais aussi pour avoir vu percer nombre d’artistes dotés d’un style musical reconnaissable.



Ses débuts
C’est dès son plus jeune âge qu’il est bercé par la musique : il voit tous les artistes aller et venir auditionner chez Tubby’s, mais aussi et surtout, il reçoit le don musical de sa grand-mère qui chante en utilisant des proverbes jamaïcains. C’est elle qui lui inspire son tout premier single « Speak The Truth » qu’il enregistre à l’âge de 13 ans et qui est produit par son mentor, l’excellent chanteur Hugh Mundell sur le label d’Augustus Pablo : Rockers International Label. Il y a pire comme introduction dans le monde du reggae ! Ce single connaît un succès certain en Jamaïque ainsi qu’au Royaume-Uni. Il fait également ses preuves dans des sound systems de Kingston comme StudioMix, Gemini ou encore Yellow Vibes. Il enregistre quelques morceaux sur le label Negus Roots, tels que « If I » ou encore « Sista Dawn ». Ce même Negus lui introduit deux amis, Sammy et Terry Progress avec lesquels il a sa première expérience dans un groupe, The Voice of Progress. L’album du même nom sort et reçoit un succès local limité à la Jamaïque avec notamment « Mini Bus Driver ».
En 1981, Greensleeves sort son single « Know Myself » sur la face B du single “Pop No Style” de Hugh Mundell. Junior Reid frôle la mort lorsque Hugh Mundell est assassiné, en 1983, dans sa voiture lors d’une sombre histoire de règlement de comptes à la suite d'un cambriolage. Le reggae perd un enfant béni et laisse Junior Reid, choqué, obligé de s’enfuir pour échapper à la mort. Après la mort de Mundell, Junior trouve refuge chez King jammy’s où il enregistre quelques titres dont le puissant « Boom Shacka Lacka », et sort l’album du même nom en 1984. C’est à cette période (début des années 80) qu’il fréquente Sugar Minott qui le rémunère pour enregistrer quelques tubes sur son label  Youthman Promotion. C’est également l’époque à laquelle il se perfectionne et commence à se faire une notoriété avec des titres tels que « Human Nature », « A1 Lover », « See How Me Black, See How Me Shine ». Il co-produit, pour la première fois, son hit international « Foreign Mind ».

L’époque Black Uhuru
En 1985, après le départ de Michael Rose (autre youth de Waterhouse) du groupe Black Uhuru, celui-ci les rejoint remplaçant ce dernier d’une manière remarquable, aidé par une voix ressemblante. Cette collaboration débouche sur un album, « Brutal », qui sera nominé aux Grammy Awards en 1986, suivi d’un second dénommé « Positive ». Il monte son propre label JR Production (pour Junior Reid production) qui produit les premiers singles de Black Uhuru de la courte ère Junior Reid : « Let Us Pray », « Nah Get Rich & Switch », etc. Barrington Levy y enregistre également son « Nah Go Settle Down ». Fort de sa reconnaissance mondiale, une tournée se prépare en 1988 (en compagnie de Peter Tosh pour le No Nuclear War Tour, qui malheureusement se fait assassiner en 1987) où il parcoure le monde entier et bien-sûr la France (dont une date parisienne à l’Elysée Montmartre en 1988). Après un problème de visa, qu’il impute à Chris Blackwell (« Worsewell » ou « Whiteworst » comme les rastas le dénomment), celui-ci ne peut continuer de tourner avec le groupe et décide de quitter Black Uhuru afin de se concentrer sur sa carrière solo. Ceci lui sera bénéfique puisqu’il enregistre par la suite son plus grand succès à ce jour : « One Blood ». Il s’expérimente dans des styles musicaux différents. A la fin d’un concert du groupe Wham au stade de Wembley, Georges Michael vient le trouver et lui demander de travailler sur un projet. Cela découle sur « Stop This » du groupe Cold Cut (19ème dans les charts UK). Il ajoute ses lyrics sur « I Am Free » des Soup Dragons qui atteint la 5ème place des charts.
Il n’est pas en reste sur la scène reggae puisqu’il produit Ninjaman, Dennis Brown, Gregory Isaacs, etc. et ouvre son propre studio d’enregistrement.

Travaux récents
Devenu Bobo Dread, il aime à expliquer qu’il chante l’amour, malgré quelques dérapages verbaux. Il a sorti en 2002 un album intitulé « Rasta Government » qui vise à inciter l’indépendance politique vis-à-vis de Babylone et la solidarité des peuples.
Il a fait une apparition en Afrique en 2002, avec Anthony B, lors d’une tournée qui s’arrêta en Gambie. Cependant, ses concerts en Europe sont devenus rares et en 2008 il foule le sol des Pays-Bas lors du Reggae Sundance. A ce jour, Il tourne avec ses fils Andrew et Wada Blood dont le style est plus tourné vers le rap/hip-hop.
Son style vocal s’exporte dans d’autres univers musicaux puisque sa voix est employée à de nombreuses reprises dans le monde du rap américain. Il y fait également des featurings. En 2000, le Wu Tang Clan sort son album « W » sur lequel figure « One Blood Under W » qui sample son single « One Blood ». Le rappeur The Game sur son titre « It’s Okay » a fait de même. En 2007, une mixtape sur laquelle figure « This Is Why I’m Hot » fait grand bruit et devient rapidement populaire. Junior Reid multiplie les featurings hip-hop avec des artistes tels que Snoop Dog, Lil Wayne, T-Pain ou Busta Rhymes. La qualité de ses récentes sorties laissent parfois à désirer et il semble ne plus se concentrer sur sa propre carrière. On le retrouve en 2011 aux côtés d’Alborosie sur « Respect Yourself » pour une maigre contribution, pas vraiment à la hauteur du talent de l’Italien. Il effectue une tournée quasi-désastreuse en France la même année. Accompagnant Sly & Robbie, il n’apparaît qu’en fin de show pour seulement une poignée de morceaux et déçoit beaucoup ses fans. On attend la suite, en espérant qu’elle soit plus glorieuse tant on apprécie le talent de cet artiste.


























Biographie par : Semayat, mise à jour par Djul
publicité
commentaires
le 12/05/09 par soulfaya
big up semayat & reggae.fr , la biographie est au top ! excelente voix du reggae , et parcours phenomenal !!! respect pour Delroy "junior" Reid P.S : y a t'il un lien avec le producteur Duke REID du label "treasure isle" ;)
le 08/09/09 par semayat
Merci pour ton comment. Concernant ta question, aucune idée, il n'en est fait référence nulle part.

2.1/5 (73 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Junior Reid 'Out Deh'

JR Productions présente "Out Deh", le nouveau titre de Junior ...
02/07/13 - Clip

Junior Reid - Curefest live
On ne le voit pas souvent sur les scènes françaises, il était, ...
26/10/07 - Reportage
Yung JR - Start The Movement...
La nouvelle génération jamaïcaine met de nouveau un jeune talent sur le ...
20/10/15 - chronique
Reggae Radio