136

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

MUMIA : infos et appel à la solidarité financière
23 septembre 2015

LA JUSTICE MUTIPLIE LES OBSTACLES AU DROIT DE SE SOIGNER

Décidément rien n’arrête la justice de Pennsylvanie dans son acharnement à s’opposer à tout traitement médical dont Mumia a absolument besoin pour éradiquer l’hépatite dont il est atteint.

Vendredi dernier, Karoline Mehalchick, juge au Middle District de Pennsylvanie, a rejeté la prise en compte de la plainte déposée par la défense de Mumia contre l’Administration pénitentiaire pour négligence médicale et défaut de soins.

Cette ordonnance met en danger la vie de Mumia dans la mesure où le refus de soins immédiats laisse la maladie progresser. Elle a aussi pour objectif de peser sur la décision qu’aura à prendre le magistrat fédéral en charge des multiples recours de la défense mettant en cause la responsabilité de la prison et de l’administration dans leur refus de donner les moyens aux prisonniers de se soigner (plusieurs actions judiciaires sont en cours). Si l’inhumanité caractérise cette ordonnance, sa justification relève du déni médical si l’on se réfère aux propos de la juge : « Bien qu’il n’y ait peu de doute que l’hépatite C est une condition suffisamment grave, l’infection ne sous-tend pas un préjudice immédiat et irréparable. Le risque, bien que sévère, ne justifie pas une injonction par dépôt de plainte car il faut souvent beaucoup de temps pour que la maladie progresse ». Comment oser tenir de pareils propos face à la brutale dégradation de la santé de Mumia en quelques mois : eczéma, coma diabétique, insuffisance rénale, carence hémoglobine, autant de dommages aux organes avec fièvre et faiblesse persistantes qui attestent des ravages de la maladie.

Les contre-vérités,  fussent-elles sorties de la bouche d’un juge, ne font pas justice. La campagne de mobilisation internationale pour que Mumia et les milliers de prisonniers qui souffrent de l’hépatite C puissent se soigner doit se poursuivre : signez et faites signer la carte-pétition à l’attention du Gouverneur de Pennsylvanie (à lui faire parvenir sous enveloppe affranchie au tarif de 1,20€).

MUMIA DESSAISI DE SES EFFETS PERSONNELS !

La maltraitance n’a pas de limite ! Mumia vient d’être informé que sa cellule a été entièrement vidée de ses affaires et effets personnels au prétexte qu’il ne l’occupait plus puisqu’il est en permanence à l’infirmerie. Serait-ce une mesure de rétorsion à l’encontre des actions en cours (mobilisation et actions en justice contre l’absence de soins) et les prémisses d’un transfert vers un autre établissement pénitentiaire ? En réponse aux questionnements légitimes de Mumia, un responsable de la prison s’est voulu rassurant en affirmant qu’il ne serait pas transféré. Rien n’est moins sûr, ce qui a provoqué une vive réaction de son avocat et de ses soutiens exigeant qu’aucun transfert n’ait lieu en dehors d’une hospitalisation dans un centre médical spécialisé pour traiter son hépatite.
APPEL A DONS POUR QUE MUMIA PUISSE SE DEFENDRE ET SE SOIGNER

Les actions judiciaires en cours nécessitent beaucoup d’argent pour obtenir le droit de se soigner et surtout pour accéder aux traitements permettant d’éradiquer la maladie dont les coûts sont exorbitants (voir notre message du 15 septembre). Si l’Etat de Pennsylvanie continue à refuser tout protocole collectif de prise en charge, les prisonniers devront individuellement faire face à une telle dépense, ce qui est impossible pour la quasi-totalité d’entre eux ! La défense de Mumia se prépare à cette éventualité en constitutuant un fonds de solidarité auquel nous vous invitons à verser votre contribution.
Vous trouverez en cliquant ici les modalités de cette campagne de solidarité.


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

137

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Mumia Abu-Jamal revendique son droit à la vie devant la justice fédérale

Cela faisait bien longtemps que Mumia n’avait pas eu la possibilité de se s’exprimer devant un juge (1)

Depuis sa prison, c’est par skype, face à une salle pleine à craquer de ses soutiens (plus d’une centaine) qu’il a pu s’entretenir avec le juge Mariani et répondre à ses questions en ces termes : « Le 2 Avril, je venais de passer trois jours à l’hôpital en soins intensifs, après avoir frôlé la mort, et de retour à l’infirmerie de la prison de SCI Mahanoy, j’étais incapable de marcher. Je ne pouvais pas lever les bras, j’étais trop faible pour tenir debout. Je n’avais reçu aucun traitement contre l’hépatite C responsable de mon coma diabétique, des lésions de ma peau, de problèmes hépatiques et du risque permanent de voir d’autres organes vitaux atteints ». Le témoignage de Mumia a pris fin avec cette question posée par l’un de ses avocats : « Accepteriez-vous un traitement contre l’hépatite C ? ». Réponse de Mumia : « Oui car avec ce traitement je peux vivre, sans ce traitement je peux mourir ».

Auparavant, l’avocate de l’administration pénitentiaire avait demandé le report de l’audience au prétexte que la défense de Mumia n’avait pas expressément fait mention de l’hépatite C dans ses recours devant la justice de Pennsylvanie. Après un débat qui dura la matinée et une suspension de séance, le juge rejeta la demande de l’administration en précisant « qu’il eut été impossible pour Mr Abu-Jamal de faire référence à l’hépatite C dans ces recours puisque cette maladie n’avait alors pas été diagnostiquée (2) et qu’il ne savait donc pas qu’elle était la cause de la dégradation de son état de santé ». Le juge ajoutant « voilà une analyse des plus invraisemblables de ce qui est requis pour qu’un détenu puisse déposer un recours et faire valoir son droit à un traitement approprié », et concluant «  Dès mai dernier, la prison disposait de tous les informations médicales quant à la solution à apporter aux problèmes de Mr Abu-Jamal ».

L’après-midi, les avocats de Mumia (3) ont longuement plaidé l’urgence de traitement dont devait bénéficier leur client en raison de son état de santé et de la gravité de la maladie dont il était atteint, s’appuyant sur les dispositions constitutionnelles et légales non respectées par l’administration pénitentiaire.

Ensuite, les avocats de Mumia ont sollicité le témoignage du Dr Joseph Harris, expert médical. Celui-ci a fait valoir que l’eczéma, l’anémie et le faible taux d’hémoglobine, tout comme le diabète, sont des conséquences de son active hépatite C. Le Dr Harris soulignant que l’amélioration apparente de son état ne signifiait nullement que la maladie était en recul. Au contraire, précise-t-il, sans traitement, l’hépatite continuera à progresser en provoquant des lésions de plus en plus graves. En conclusion, l’expert souligne l’urgence du traitement standard avec le nouveau médicament antiviral qui a un taux de guérison de 95%. Par sa compétence et sa pédagogie, le Dr Harris a impressionné son auditoire.

L’audience se poursuivra mardi 22 décembre avec le contre-interrogatoire du Dr Harris et les témoignages de Johanna Fernandez et de Suzanne Ross, respectivement porte-parole de Mumia et responsable de ses soutiens de New-York, et se terminera par l’audition de l’expert médical de l’administration pénitentiaire.

A l’issue de cette première journée d’audience, Johanna Fernandez déclare : « chacun, à commencer par le juge, a parfaitement compris que l’enjeu de ce procès était la grave crise sanitaire dont sont victimes les 10.000 prisonniers de Pennsylvanie atteint, comme Mumia, de l’hépatite C ».

(1) Audience du 18 décembre devant la Cour Fédérale de Scranton : informations recueillies auprès de Johanna Fernandez, porte-parole de Mumia et de Noëlle Hanrahan, directrice de Prison Radio.

(2) l’administration n’a reconnu officiellement l’hépatite qu’en août 2015

(3) Maître Robert Boyle et Maître Bret Grote de l’Abolitionist Law Center.


115 parlementaires français et européens interpellent le Gouverneur de Pennsylvanie

A l’initiative de Patrick Le Hyaric, député au parlement européen, 115 parlementaires français et européens ont décidé d’interpeller le Gouverneur de Pennsylvanie à propos de la gravité de l’état de santé de Mumia et du refus de l’administration pénitentaire de l’autoriser à bénéficier d’un traitement lui pemettant de se soigner.

Cette initiative, sans précédent par son ampleur, a recueilli l’accord de très nombreux parlementaires issues de plus d’une quinzaine de pays et de toutes opinions.

Vous trouverez en cliquant ici la lettre au Gouverneur et la liste des parlementaires signataires.




Pour se défendre et se soigner, Mumia a besoin de votre soutien financier

Nous remercions les donateurs qui nous ont permis de faire parvenir récemment 20.000 dollars US à la défense de Mumia. Ils recevront prochainement une attestation leur permettant de bénéficier d’une réduction fiscale au titre de l’impôt sur leurs revenus 2015. Nous appelons, toutes celles et tous ceux d’entre vous qui le peuvent, à se joindre à cet élan de solidarité sans lequel Mumia ne pourrait accéder à la justice et se soigner. Merci d’avance pour votre générosité. Vous trouverez en cliquant ici l’imprimé vous permettant de participer à cette souscription par chèque ou carte bancaire. Attention, pour bénéficier de la réduction fiscale au titre de 2015, votre contribution doit nous parvenir avant le 31 décembre.


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

138

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

POURSUITE DU PROCES DEVANT LA COUR FEDERALE DE SCRANTON (Pennsylvanie)
   
L’administration pénitentiaire prise en flagrant délit de falsification de preuves concernant l’état de santé de Mumia (*)

Après la première journée d’audience du 18 décembre (voir nos précédentes informations), les auditions se sont poursuivies les 22 et 23 décembre.

Le troisième et dernier jour du procès a été le théâtre d’une annonce stupéfiante : l’avocat représentant l’administration pénitentiaire (DOC) a été accusé de falsification de preuves.

Le dernier témoin de la pénitentiaire, le docteur Paul Noel (médecin chef de la pénitentiaire), a en effet déclaré que la motion déposée par l’avocat de la défense de l’administration, Laura Neal, a été volontairement falsifiée. Il se révèle ainsi que l’avocat de la pénitentiaire a ignoré délibérément les demandes répétées du docteur Noel de ne pas inclure des informations fausses dans la motion.

Répondant au contre interrogatoire de l’avocat principal de Mumia, Robert Boyle, le docteur Noel a ainsi déclaré sous serment que le recours, déposé par l’administration dans cette affaire et portant sa signature, n’était pas authentique, précisant que la signature est authentique mais que ce n’était pas le document qu’il a signé. Rappelons qu’en septembre 2015, c’est cette fausse motion qui a été la preuve essentielle prise en compte par le juge de l’Etat de Pennsylvanie pour rejeter le recours de Mumia.

Il devient alors évident que l’avocat de l’administration a délibérément falsifié les preuves en ajoutant un paragraphe à la motion du docteur Noel. Cet ajout précisait qu’il fallait d’abord procéder à l’évaluation de l’état de santé de Mumia Abu-Jamal pour savoir si celui-ci nécessitait un traitement contre l’hépatite C. Contestant cette version des faits, le docteur Noel déclare alors sous serment qu’il a dit à l’avocat Neal en septembre, puis en décembre, puis avant l’ouverture du procès, que ce paragraphe ajouté était erroné.

L’avocat Neal reconnait que « les faits sont avérés ». Le docteur Noel lui répond « oui, mais ils mènent à une conclusion erronée ». Le juge fédéral interpelle alors l’avocat Neal en ces termes : « cette conclusion va donc porter atteinte à la crédibilité professionnelle de votre propre témoin ».

Autres révélations du médecin chef de l’administration pénitentiaire …

En réponse aux questions de l’avocat de Mumia, le docteur Noel admet qu’un autre paragraphe du recours est aussi erroné, celui selon lequel le docteur Ramon Gadea (seul spécialiste en maladie infectieuse ayant examiné Mumia) aurait exclu l’hépatite C comme étant la cause des terribles lésions cutanées. « Ceci est faux » déclare-t-il. Au contraire, à la suite de la consultation du 9 septembre, le docteur Gadea avait conclu que dans le cas de Mumia, il pensait que l’hépatite C pouvait être la cause secondaire de l’éruption cutanée et qu’il faudrait traiter Mumia pour l’hépatite C après avoir vérifié qu’il ne souffrait pas de rhumatismes …

Après de longs échanges, le docteur Noel doit reconnaître l’argument de l’avocat de Mumia selon lequel son client présente tous les signes cliniques le qualifiant pour recevoir le traitement approprié. Selon les données médicales connues et rappelées à cette occasion, Mumia aurait 63% de probabilité d’être déjà atteint d’une cirrhose du foie et d’anémie suite à ses lésions cutanées.

En fin de journée, l’avocat de l’administration commet une nouvelle erreur en tentant de faire admettre qu’il existe « un protocole temporaire établi par la prison » pour traiter l’hépatite C, mais il affirme que le docteur Noel aurait souhaité que ce protocole reste secret à moins que les avocats de Mumia et le juge fédéral signent une clause de confidentialité pour le mettre en œuvre. Tous refusent, la défense de Mumia rappelant que Prison Radio a déjà soumis une requête en justice sur le « droit de savoir ».

Le témoignage du docteur Noel révèle également que ce « nouveau protocole » de la pénitentiaire est expérimenté depuis l’automne sur seulement 5 prisonniers alors que des milliers sont atteints du virus de l’hépatite C. Autre précision apportée par le docteur Noel : une vingtaine de prisonniers était traitée en 2013 avec un autre médicament (Interferon) mais depuis 22 mois, en attendant la mise en œuvre du « protocole secret », aucun autre malade n’a été soigné.

Autre complication selon le docteur Noel : pour bénéficier du traitement, il faut que le prisonnier accepte une endoscopie de la gorge et seuls seront traités, ceux qui ont « des vaisseaux prêts à exploser dans la gorge ». In fine, selon le protocole médical de la prison, seuls pourraient être soignés les prisonniers suffisamment malades et présentant des « varices de l’œsophage » montrant qu’ils souffrent de cirrhose … Donc uniquement ceux déjà « condamnés à mourir » selon l’expression du médecin !

Les minutes du jugement de la Cour Fédérale seront disponibles dans trois semaines et les recours devront être déposés sous six semaines.

(*) compte rendu d’audiences selon les informations recueillies auprès de Prison Radio, les soutiens et les avocats de Mumia.


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

139

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Quelqu'un aurait des nouvelles sur l'etat de santé de Mumia ? Tufgong t'as l'air d'être pas mal au courant les infos tu les tiens uniquement de la radio Prison ?
Blessed love, Free Mumia

140

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Cliffgong a écrit:

Quelqu'un aurait des nouvelles sur l'etat de santé de Mumia ? Tufgong t'as l'air d'être pas mal au courant les infos tu les tiens uniquement de la radio Prison ?
Blessed love, Free Mumia

Salut
Je suis dans la mailing list du collectif Mumia et je suis donc prévenu quand il y a du neuf.
Si tu veux te tenir au courant il suffit de visiter régulièrement  le site du collectif :
http://mumiabujamal.com/v2/category/actualite/
voici les news les plus fraiches que j'aie pêchées dessus :


L’URGENCE DE TRAITEMENT POUR MUMIA !
24 janvier 2016Actualité   

Depuis les audiences orales de décembre, il n’y a rien de nouveau du côté de la Cour Fédérale qui doit se prononcer sur la demande de traitement dont Mumia a absolument besoin pour combattre l’hépatite C dont il souffre. Dans le cadre de la procédure judiciaire, le juge doit d’abord produire les minutes des débats contradictoires et recueillir ensuite les mémoires écrits des parties. Et c’est seulement à l’issue de ce processus qu’il se prononcera. Espérons que les délais ne seront pas trop longs car chaque jour qui passe met plus encore la vie de Mumia en danger.

Dans l’attente – par l’intermédiaire de son frère aîné (Keath Cook) qui lui rend visite régulièrement – Mumia a souhaité faire parvenir un message à ses soutiens du monde entier. Il s’exprime en ces termes : «   Dès que je serai à nouveau en forme je vous le dirai ».

Et son frère Keath de conclure en lançant cet appel : « Continuons à  nous battre pour qu’il puisse se soigner et qu’enfin il soit libéré ».

En ce sens la mobilisation se poursuit, à l’exemple de la manifestation des soutiens à Mumia organisée à San Francisco le 11 janvier à l’occasion d’une conférence professionnelle de la pharmacie parrainée par la banque JP Morgan. Le laboratoire Gilead, fabricant du médicament le plus efficace contre l’hépatite C, en était ! Les manifestants ont exigé que l’industrie du médicament soit placée sous contrôle public et que les conditions de vente soient accessibles à tous. Rappelons, à ce propos, que chaque pilule pour éradiquer la maladie est vendue 1.000 dollars aux Etats-Unis, soit un traitement sur trois mois pouvant atteindre 100.000 dollars … alors que le même médicament est vendu quelques dizaines de dollars la pilule en Egypte et en Inde.


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

141

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Si tu veux contacter le collectif :
http://mumiabujamal.com/v2/contact/


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

142 (modifié par Cliffgong 2016-02-21 19:11:55)

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

D'accord je connaissais ce collectif, c'est d'ailleurs par leur intermédiaire que j'ai choppé l'adresse où envoyer les courriers mais j'ignorais qu'une mail list existait, je vais donc m'inscrire de ce pas ! Merci du tuyau Tuf ! smile
Bless
FREE MUMIA

143

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Infos Mai 2016
25 mai 2016   

à proximité de l’Ambassade des Etats-Unis
MERCREDI 1er JUIN (18 heures) - PLACE DE LA CONCORDE

Angle rue de Rivoli – Jardin des Tuileries
Métro CONCORDE
Comme chaque premier mercredi du mois, nous donnons rendez-vous aux franciliens pour exiger la libération de Mumia Abu-Jamal et les traitements médicaux dont il a absolument besoin.

Rappelons que Mumia a déjà passé 34 ans en prison dont 30 dans l’enfer du couloir de la mort. Il a toujours clamé son innocence sans jamais pouvoir la défendre face à un système judiciaire raciste et inéquitable. Son état de santé reste préoccupant. La mobilisation internationale doit donc se poursuivre pour qu’il puisse au plus vite obtenir un traitement afin d’éradiquer l’hépatite C dont il est atteint, ce que lui ont refusé l’administration pénitentiaire et la justice de Pennsylvanie depuis le début de l’année 2015. Aujourd’hui, c’est la justice fédérale qui a été saisie par son équipe de défense. Les audiences (voir nos infos sur www.mumiabujamal.com) qui ont eu lieu en décembre 2015 ont été particulièrement éloquentes sur les pratiques dont use l’administration pénitentiaire pour attenter à sa vie, avec notamment la falsification de documents médicaux pour minorer la gravité de la maladie, pour fausser le diagnostic et pour limiter – voire empêcher – l’accès aux soins et traitements indispensables. La vie de Mumia est désormais entre les mains de la Cour fédérale, mais dépend aussi et surtout de notre mobilisation. C’est l’objectif de notre rassemblement ce mercredi 1er juin.
Compte-rendu de la délégation française qui s’est rendue aux Etats-Unis du 22 au 28 avril

Vous trouverez ce compte-rendu en cliquant ici : rencontres avec les soutiens américains à Mumia, visite à Mumia le jour de son 62ème anniversaire …

FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

144

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

SANTE DE MUMIA : LA JUSTICE DEMANDE DES COMPLEMENTS D’INFORMATION AVANT DE SE PRONONCER
7 juin 2016Actualité   

Le juge fédéral a rendu une ordonnance demandant des informations complémentaires à la défense et à l’administration pénitentiaire sur les soins dont Mumia a pu bénéficier durant la période où son état de santé s’est sérieusement dégradé.

Prenant connaissance de cette ordonnance, Mumia a déclaré : « Mes amis, mes frères, ce n’est pas fini. Cela veut dire que les choses bougent et peut-être que les chances d’un vrai traitement, non seulement des symptômes, mais de la maladie elle-même, sont en vue. Merci à tous d’être toujours à mes côtés. La liberté est un combat de tous les jours. Je vous aime. Votre frère, si longtemps dans la couloir de la mort. »

En attendant, Mumia reste très gravement malade. Stabilisée en apparence, l’hépatite C dont il est atteint n’est, faute de traitement, toujours pas en rémission. Les seuls soins qu’il a reçus depuis plus d’un an se limitent à des crèmes et des expositions à une lampe solaire apportant un certain soulagement contre la souffrance mais qui n’ont pas empêché son hospitalisation en soins intensifs en mars 2015. Depuis, la maladie non traitée continue de faire ses ravages : sa peau et son foie sont déjà attaqués.

La mobilisation pour que Mumia puisse enfin se soigner est donc toujours la priorité absolue. Chaque jour qui passe sans traitement met en effet sa vie en danger !

07062016


DERNIERE MINUTE …

Nous apprenons que nos amies de MOVE, Janine et Janet, en prison depuis 38 ans, ont vu une nouvelle fois leur demande de libération conditionnelle rejetée par ce qu’elles refusent toujours de plaider coupable pour le meurtre dont elle ont été accusées et condamnées sans preuve comme sept autres membres de leur communauté.

Rappelons que Janine et Janet sont libérables depuis 8 ans car elles ont déjà purgé leur peine de 30 ans ! Elles devront attendre deux ans pour déposer une nouvelle demande de libération.

FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

145

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Considérant que la prison avait bien violé la Constitution des Etats-Unis, le juge fédéral décide contradictoirement de rejeter la requête de la défense de Mumia pour l'accès au traitement contre l'hépatite dont il souffre



C’est par un jugement ambigu et contradictoire que le juge Mariani vient de décider de rejeter la requête déposée en août 2015 et plaidée en décembre par la défense de Mumia (voir nos précédentes informations sur le site mumiabujamal.com).

Cette décision est motivée par le fait que le recours de la défense mettait en cause la prison alors que, selon le juge, la commission de l’hépatite C de l’administration pénitentiaire de Pennsylvanie avait seule le pouvoir de lui donner accès ou non au traitement de la maladie. Néanmoins, le juge constate que la prison, en refusant de le soigner, a violé ses droits civiques garantis par le 8ème amendement de la Constitution des Etats-Unis qui interdit tout traitement cruel et inhumain.

L’avocat de Mumia, maître Robert  Boyle, a exprimé sa déception face à cette décision tout en soulignant que l’administration pénitentiaire, donc à l’Etat de Pennsylvanie, avait la possibilité de choisir « soit d’ignorer la décision du juge, soit de se conformer au 8ème amendement de la Constitution américaine en donnant accès au traitement donnant le moyen de guérir à Mumia et à tous les prisonniers atteints de l’hépatite C ».

Pour leur part, les soutiens américains à Mumia ont déclaré que cette décision est « un nouvel exemple de contorsions et d’acrobaties dont usent les tribunaux depuis des années pour ne pas rendre justice à Mumia et aux personnes injustement condamnées ».

Pour le Collectif français « LIBERONS MUMIA », ce rejet est un nouveau déni de justice qui appelle à poursuivre et à amplifier la mobilisation pour que Mumia puisse se soigner et soit enfin libéré. En ce sens, une importante délégation américaine sera présente dans quelques jours à la Fête de l’Humanité et se rendra ensuite au Parlement européen à Strasbourg.



Nous reviendrons sur ces évènements dans nos prochaines informations.



FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

146

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

NOUVEAU RECOURS DE MUMIA POUR SA LIBERATION

Judith Ritter et Christina Swans (avocates de Mumia qui ont gagné sa sortie du couloir de la mort) viennent de déposer un recours suite à une décision récente de la plus haute instance judiciaire américaine, la Cour Suprême des Etats-Unis (5 voix pour et 2 contre). A la demande d’un condamné à mort (affaire Terence Wiliams), cet arrêt a révoqué la décision de la Cour Suprême de Pennsylvie (Ronald D. Castille) parce qu’un de ses juges (Ronald D. Castille) avait refusé de se récuser lors de l’appel concernant cette affaire alors qu’il avait été à l’origine de la condamnation en première instance en sa qualité de Procureur adjoint de District. Mumia, ayant connu pareille situation dans son long combat judiciaire – et ce dans le même Etat — sans obtenir l’annulation de sa condamnation malgré ses demandes, a décidé, au regard de cette nouvelle jurisprudence. de saisir la Cour Suprême des Etats-Unis pour demander la révision de son procès.

FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

147

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

Une fenêtre s’ouvre pour Mumia Abu-Jamal

Jeudi, 29 Septembre, 2016

Mumia est atteint de l’hépatite C Depuis un an, l’administration pénitentiaire lui refuse les médicaments nécessaires.
Mumia est atteint de l’hépatite C Depuis un an, l’administration pénitentiaire lui refuse les médicaments nécessaires.

L’ancien condamné à mort a eu affaire à Ronald Castille comme procureur, puis comme juge. Les avocates de Mumia Abu-Jamal demandent la révision de son procès. Comme tous les premiers mercredis du mois, le 5 octobre à 18 heures, le collectif français Libérons Mumia! organise un rassemblement place de la Concorde, à Paris, face à l’ambassade des États-Unis.

Un revirement de jurisprudence de la Cour suprême des États-Unis permet aux avocates de Mumia Abu-Jamal de lancer de nouvelles démarches en vue de sa libération. L’ancien condamné à mort avait épuisé tous les recours. En juin dernier, un prévenu, Terrance Williams, a obtenu de la Cour suprême que sa condamnation à mort en appel soit réexaminée. Ronald Castille, le chef de la Cour suprême de Pennsylvanie, avait participé à cette décision de seconde instance… après avoir été lui-même le procureur de district qui avait signé en première instance en 1986 l’acte de condamnation à mort de Terrance Williams. Après avoir été le procureur, Ronald Castille avait endossé le costume de juge du condamné à mort! Alors que ce type de coïncidence n’avait jamais posé problème par le passé, la Cour suprême des États-Unis a changé d’avis et demandé un nouveau procès par cinq voix contre trois.

Or, Mumia Abu-Jamal a, à plusieurs étapes de sa vie judiciaire, été confronté à ce même Ronald Castille, d’abord comme procureur, puis comme membre de la Cour suprême de Pennsylvanie. Judith Ritter et Christina Swans, les avocates qui avaient obtenu la sortie du couloir de la mort du prisonnier politique, ont décidé de se saisir de cette décision pour demander un nouvel examen de l’affaire Mumia Abu-Jamal.

Condamné à mort en 1981 pour le meurtre d’un policier, Mumia Abu-Jamal a toujours nié les faits. Membre des Black Panthers, journaliste radio connu comme « la voix des sans-voix », il était dans le viseur des autorités de l’époque. En 2011, sa peine de mort avait été commuée en prison à vie, la justice reconnaissant qu’il n’avait pas eu droit à un procès juste et équitable.

Les soutiens du prisonnier politique sont mobilisés, aux États-Unis et ailleurs, pour son accès aux soins. Depuis un an, Mumia Abu-Jamal est atteint de l’hépatite C et l’administration pénitentiaire refuse les médicaments nécessaires. Début septembre, la justice a reconnu que celle-ci a commis un acte anticonstitutionnel. Comme tout citoyen, Mumia Abu-Jamal aurait dû bénéficier d’un traitement. Mais la sentence est contradictoire: elle indique que la défense de Mumia n’a pas frappé à la bonne porte et qu’elle aurait dû s’adresser à une obscure commission chargée de la santé des prisonniers. Une nouvelle acrobatie judiciaire qui permet à l’administration pénitentiaire de traîner des pieds.

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

148

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

MUMIA gagne son procès pour se soigner !
4 janvier 2017

La justice fédérale fait injonction immédiate à l’Administration pénitentiaire de soigner Mumia Abu-Jamal

Hier en fin d’après-midi, le Juge Fédéral Mariani a ordonné à l’Administration pénitentiaire de Pennsylvanie d’accorder immédiatement à Mumia Abu-Jamal le traitement contre l’hépatite C dont il souffre, justifiant sa décision en ces termes « les contraintes budgétaires ne peuvent pas l’emporter sur la garantie constitutionnelle de soins médicaux adéquats ».

Ainsi, un an et demi après une hospitalisation suite à un coma diabétique qui faillit être fatal et des séquelles extrêmement douloureuses, les mobilisations dans le monde entier et les batailles juridiques ont eu raison de l’inhumanité de l’Administration. Par la voix de Bret Grote de l’Abolition Law Center et celle de Maître Robert Boyle, la défense de Mumia  s’est félicitée de « cette grande victoire remportée par les milliers de gens qui ont soutenu Mumia et sans lesquels on ne pouvait imaginer gagner ». Cela a exigé deux procès, des milliers d’heures à rédiger des motions, à interpeler l’Administration par des rassemblements, des manifestations, des coups de téléphone, des mails et des pétitions ».
Gagner ce jugement était un enjeu majeur car il fallait apporter la preuve que tout retard de traitement causerait des dommages irréversibles pour Mumia et les 6.000 prisonniers de Pennsylvanie souffrant  d’hépatite C et qui n’étaient pas soignés. Selon Bret Grote, c’est la première fois qu’aux Etats-Unis, une Cour fédérale oblige la pénitentiaire à faire bénéficier les prisonniers des nouveaux médicaments mis sur le marché pour éradiquer cette grave maladie.

En août dernier, lorsque que le Juge Mariani rejeta la première requête, l’inquiétude fut grande. La colère redynamisa toutefois la mobilisation à l’exemple des 130.000 dollars collectés par les soutiens du monde entier pour la poursuite de la bataille judiciaire et les soins médicaux dont Mumia avait besoin.
Le Collectif français des soutiens à Mumia, par ses initiatives et celles des nombreuses organisations qu’il rassemble, se félicitent d’avoir contribué à cette victoire du droit au respect de la vie humaine. Une pause de la mobilisation ne saurait toutefois être de mise car l’Administration pénitentiaire va vraisemblablement interjeter appel. Il nous faut donc maintenir la pression. C’est la raison qui justifie le rassemblement à Paris chaque premier mercredi du mois à proximité de l’ambassade des Etats-Unis pour qu’enfin Mumia soit soigné et libéré …



FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

149

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

VICTOIRE POUR MUMIA !
3 avril 2017Actualité   

La Cour d’Appel des Etats-Unis (3ème circuit) a rejeté la demande de l’Administration pénitentiaire visant à suspendre l’ordonnance du juge fédéral qui avait fait injonction à cette dernière de fournir à Mumia le traitement pour soigner son hépatite C. Sans attendre que la justice se prononce, l’Administration a refusé de mettre en oeuvre l’obligation de traitement, privant Mumia de soin durant plus de 50 jours.

La Cour d’Appel vient de confirmer l’ordonnance d’injonction préliminaire, ce qui constitue une nouvelle victoire du droit contre l’inhumanité dont Mumia et tous les prisonniers gravement malades sont les victimes. L’Administration a informé Mumia qu’elle se conformerait au jugement en lui fournissant le traitement antiviral à partir de la semaine prochaine. Rappelons que ce traitement consiste en l’absorption d’une pilule par jour durant 12 à 24 semaines, garantissant un taux de guérison à plus de 90%.

Selon l’équipe de défense de Mumia, cette nouvelle décision judiciaire ouvre la voie au traitement pour 200 prisonniers de Pennsylvanie courant un grand risque de complication et de développement de leur hépatite C.

Voilà pour la bonne nouvelle. Le combat héroïque de Mumia, de sa famille, de ses amis, de ses avocats et de ses très nombreux soutiens dans le monde entier a eu raison de la mort à laquelle les autorités de Pennsylvanie s’étaient jurés d’exposer Mumia.

La moins bonne nouvelle, est que Mumia a développé une cirrhose du foie, conséquence de la longue période sans aucun traitement. Espérons que cette fragilisation de son état ne réduira pas l’efficacité du traitement dont il va enfin bénéficié.

Sachez aussi que les avocats de Mumia ont confirmé les poursuites qu’ils avaient engagées contre les responsables de l’Administration pénitentiaire pour refus de soins portant atteinte à la vie des prisonniers. Sachez enfin que le 24 avril, jour du 63ème anniversaire de Mumia, la justice de Pennsylvanie (Common Pleas Court de Philadelphie) examinera au plan pénal le recours contre sa condamnation à mort, puis à perpétuité, à la lumière d’une jurisprudence récente de la Cour Suprême des Etats-Unis qui a cassé un jugement (condamnation à la peine de mort) où le racisme supplantait le droit.

Nous reviendrons très prochainement sur tous ces événements …

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)

150

Re: Le sort de Mumia Abu-Jamal bientôt scellé

VICTOIRE ! MUMIA VA POUVOIR ENFIN ÊTRE SOIGNÉ (suite à nos infos diffusées ce week-end)

Il aura donc fallu deux ans de mobilisation et deux procès pour que Mumia Abu-Jamal puisse enfin accéder à des soins médicaux pour traiter son hépatite. C’est à la fois une victoire et une course contre les ravages induits par la maladie, conséquence de l’absence de traitement. Comme il le dit lui même « c’est une excellente nouvelle pour beaucoup de prisonniers mais n’est-il pas trop tard pour tous ceux qui, comme moi, aurait dû bénéficier du traitement dès le diagnostic de la maladie« . Les chances de réussite ne sont évidemment pas les mêmes, comme c’est le cas de Mumia, après un coma diabétique, un crise d’eczéma récurrente et généralisée à l’ensemble du corps, une perte de poids considérable et aujourd’hui le développement d’une cirrhose du foie identifiée qui pourrait engendrer un cancer. L’espoir est désormais dans l’efficacité du traitement.

Sur le terrain judiciaire, c’est l’innocence de Mumia et sa libération qui seront en jeu le 24 avril prochain, jour de son 63ème anniversaire. La justice (Common Pleas de Philadelphie) examinera en effet le recours de sa défense à la lumière de la jurisprudence récente de la Cour Suprême des Etats-Unis (affaire Williams v. Commonwealth) qui considère désormais contraire à la Constitution le fait qu’un juge puisse traiter en appel un justiciable pour lequel il a déjà contribué à sa condamnation en première instance. Comme ce fut le cas pour Mumia durant les procédures judiciaires jusqu’à sa condamnation, le juge Ronald Castille a été impliqué à tous niveaux pour s’opposer aux recours, jusqu’à sa nomination à la Cour Suprême de Pennsylvanie, laquelle, sous son impulsion, refusa tout nouveau procès et confirma la peine de mort.

A cette occasion, les soutiens américains à Mumia appellent à un rassemblement le 24 avril devant le tribunal de Philadelphie.
RASSEMBLEMENT A PARIS CE MERCREDI 5 AVRIL

Comme chaque premier mercredi du mois, un rassemblement aura lieu à 18 heures à proximité de l’ambassade des Etats-Unis place de la Concorde à Paris : angle rue de Rivoli / jardin des Tuileries – Métro Concorde. Tenant compte de l’actualité (ci-dessus), la mobilisation reste le plus sûr moyen de soutenir cet homme courageux dans son combat pour sa santé et sa libération.


FREE MUMIA

Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage!(Jean Jaures)