Sujet: Ma Biographie pour mieux me faire connaître de la communauté.

BIOGRAPHIE DE MALAYKY FONDAMENTAL
Soumahoro Mamadou dit ‘’MALAYKY FONDAMENTAL’’ est né le 12 Novembre 1972 à Lakota (Cote d’Ivoire). Bien qu’originaire d’Odienné, c’est dans la localité de Lakota, qu’il grandi à côté de ses parents commerçants.
C’est dans le Djiboua, qu’il commencera ses premiers pas dans la musique en participant à quelques concours musicaux scolaires.
Quelques années plus tard, ‘’MALAYKY FONDAMENTAL’’ abandonne les études et se retrouve à Abidjan, tenaillé par les dures réalités de la rue, il s’amourache du reggae qu’il écoute et prend goût en fredonnant quelques grands classiques pour enjailler ses bramogos (amis de la rue).
Ce passage de sa vie dans la rue, lui donnera une vraie réputation de battant, son approche à Feu Mamadou Doumbia comme idole et conseiller, va lui rapprocher de sa volonté d’être artiste chanteur.
Le métier n’est pas facile, pour joindre les deux bouts, il tentera plusieurs petits métiers donc celui de bagagiste à la gare d’Adjamé.
Ce métier (bagagiste) l’a conduit une fois au commissariat du 3ème Arrondissement d’Adjamé lorsqu’un passager avait perdu ses bagages. C’est pendant la détention préventive, que les policiers l’on demandé de chanter une chanson populaire de l’époque : ‘’Chef, ce n’est pas moi. C’est mon bras droit Polo’’d’Hamed Faras. Dans la douleur et les larmes, il mit une ambiance folle dans le commissariat qui se prit d’admiration pour sa belle voix.
Après cette triste aventure, il décida d’être apprenti Gbaka et ensuite se retrouva au Studio d’Enregistrement ‘’NAVARO’’ de feu Mamadou Doumbia qui l’adopta et l’apprit les ficelles du métier de chanteur.
En 1993, lors d’un concert pendant la caravane de la paix à Danané, il croise Tiken Jah Fakoly (son grand frère d’Odienné) qui commençait aussi sa carrière musicale.
De cette rencontre naitra une grande amitié qui sera consolidée par une grande décision de se consacrer uniquement qu’à la chanson.
Il restera ainsi à coté de Tiken Jah pour apprendre et pratiquer ce qu’il aime le plus au monde, chanter.
En 1999, il fait parti du staff de Tiken Jah pour l’enregistrement de l’album « Le Caméléon », donc il toaste dans la chanson « Ya n’a marre ». Sa rencontre avec l’ex Wailer ‘’Tyrone Donwie’’ au Burkina, va lui faire pousser des ailes.
Avec toutes ses expériences accumulées et surtout son atout premier qui est sa corde vocale, Tiken Jah l’amène dans un studio pour son premier album en 2000.
Pour les problèmes que connait la Côte d’Ivoire, l’album ne finira pas d’être enregistré.
Mais, ce là ne le décourage pas. Il continuera de travailler toujours dans l’ombre. Cette situation lui donne beaucoup de tonus et de rage de vaincre.
L’amour pour la musique, hérité plus loin de son père, va également prendre place en lui et faire germer son choix pour la chanson.
Définitivement passionné par la musique, Malayky Fondamental ira à la rencontre d'autres musiciens, fréquentera les espaces dédiés à la musique en quête d'expériences et les ‘’SOUNDS SYSTEMS’’ : Jamaica City, Parker Place, Centre Culturel Français. Il a même participé aux différents ‘’Massa’’ et à la fête de la musique.
Il a même fait un tour à Bamako pour jouer avec le groupe Septheto et le groupe Soul Train Band sous le label de Manjul pendant les sounds system de ‘’Radio Libre’’.
A l’image de Bob Marley, Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy, il accorde au message une place prépondérante, l’engagement faisant le reste au niveau musical. Illustrant des scènes de la vie quotidienne, ses refrains sont devenus des expressions populaires. Sa sensibilité face aux problèmes des jeunes du Ghetto fait de lui la voix des sans voix. Malayky Fondamental chante la cause des africains, ses détresses, ses interrogations, ses espoirs et ses révoltes.
Malayky Fondamental n'a pas fait une intrusion dans l'univers musical. Dès le bas âge, à l'école quand il était temps pour les séances des récitations et chants, le maître préférait qu'il chante à la place de la récitation. Son instituteur se plaisait à écouter sa voix mélodieuse. Un héritage de sang, pourrait-on tenter de dire, puisque son papa était un grand danseur. C'est lui qui a donné les rudiments à son fils à travers ses pas de danses des retrouvailles de joie au village.
Malayky Fondamental possède un instrument puissant pour épater les amoureux de la belle mélodie : la suavité de sa voix et ses envolées lyriques mélodieuses. Avec lui, tout le monde y trouve son compte. Ceux qui veulent bien se trémousser et ceux qui veulent plonger en profondeur dans la méditation. Ses titres mélancoliques et sa voix langoureuse vous mettent en extase. Les sentimentaux, les nostalgiques qui se rappellent de leurs premières rencontres galantes ne se lasseront pas d'écouter ‘’Nka moulo Kila’’.
Le public a pu apprécier sa présence scénique pendant la tournée du RASALAO avec Tiken Jah Fakoly à Man, Odienné (Gbéléban) et Abidjan au Palais de la culture de Treichville et même la sixième édition du Femua a vu sa participation remarquable.
Tous les mélomanes ont été épatés par son talent au stade modibo Keïta de Bamako lorsqu’il a assuré la première partie de Tiken Jah Fakoly.
Avec son nouvel album ‘’L’union fait la force’’ enregistré et arrangé par Manjul au studio Hambol Ark à Bamako (Mali) il vient pour faire éclater son talent.
L’aventure continue pour le bonheur des mélomanes ivoiriens, africains et du monde.

Re: Ma Biographie pour mieux me faire connaître de la communauté.

je n'ai jamais entendu parler de cet artiste reggae