Reggae Sun Ska #22
02/08/19 au 04/08/19
Bagnols Reggae Festival
25/07/19 au 27/07/19
Sinsémilia en tournée
13/04/19 au 23/11/19
Rub A Dub Party #42
23/02/19 - Paris
Mo'Kalamity @ Pan Piper
22/02/19 - Paris

Expression Reggae

Sylford

Sinsémilia

RSS

MoKalamity

Bagnols Reggae Festival

Shake the town

Reggae United Paris

Interview Mr Vegas Interview Mr Vegas
15/11/04 - Auteur(s) : Olivier Malaponti & Carole Bea

Pourquoi avoir choisi la France pour ta tournée ?

L’année dernière, on a fait une tournée en Europe. On a commencé par la France. Il y avait beaucoup de monde ; ça a très bien marché. Les gens aimaient Mr Vegas. On a donc décidé cette année, de revenir en France

As- tu un message pour tes fans ?

J’adore mes fans et je les respecte ! « Surveillez la sortie de mon nouvel album et continuez à aimer Mr Vegas ! ».

Que penses tu de l’évolution du «dance hall » ces dernières années ?

Le dance hall a pris de l’importance; les gens en écoutent de plus en plus grâce à des artistes comme Shaggy ou d’autres. Mon morceau «headshigh » est devenu un tube. Et même, en concert, les gens ne sont pas habitués à ce genre d’ambiance. Je saute sur scène, un peu comme un rocker.C’est fou !

A ton avis, y -a- t’il une spécificité du public français ?

Partout où nous sommes allés, nous avons été appréciés. Au festival de Bourges, c’était un public différent qui connaissait le reggae roots mais pas le dance hall. Les gens étaient stupéfaits de découvrir ce que c’était ! C’est nouveau et ça prend facilement car les gens peuvent facilement chanter seuls. « I feel it high high high….. »

C’est quoi le «Slackness » ?

Je ne sais plus vraiment ce que c’est ! Au début, c’était une musique sur les filles et leurs parties intimes…je suis assez impartial face à ce genre ! Les Rastafari faisaient de la musique roots, culturelle. Mais maintenant, on entend des Rastas faire ce qu’on avait l’habitude d’appeler Slackness. Je sais pas si on peut toujours la qualifier de slackness. Peut-être qu’on aurait besoin de changer de nom ?

Quel est le rôle des femmes dans ta musique ?

J’essaie de mettre les femmes en avant. Je ne veux pas faire la même chose que tout le monde. Lorsque j’ai commencé à faire de la musique, j’ai voulu faire passer des messages aux filles pour les motiver : essayez d’être indépendantes, travaillez dur pour ce dont vous avez besoin. Pas de prostitution ni de trucs comme ça…. Et pendant mes concerts, les femmes m’encouragent beaucoup. Elles viennent prés de la scène et veulent m’y arracher….

Que penses tu de la condition des femmes en Jamaïque ?

Elles essaient d’être indépendantes et travaillent dur pour ça. Il y a, par exemple, la chanteuse Cecile qui essaie de faire ses propres trucs et fait concurrence aux hommes dans le dance hall qui est un milieu purement masculin. Aujourd’hui les femmes travaillent dur pour atteindre leurs buts au lieu de traîner et d’attendre qu’on leur propose du boulot.

Que penses-tu de l’image que les Occidentaux ont de la Jamaïque ?

Ca dépend du point de vue : certains adorent la Jamaïque pour la musique, d’autres ont peur de la violence et d’autres trucs dans le genre…tout dépend de ce que l’on recherche : est- ce que tu y va pour la musique ou pour faire du tourisme ou autre ? Mais il faut faire attention à là ou tu vas.

Quelle est la réalité ?

Je dirais seulement que tout le monde essaie de travailler dur et de réussir, mais il y a de la violence et des gens mauvais comme partout ailleurs.

Quelle est ta position par rapport à la religion ?

Je ne mélange pas musique et religion. J’ai été élevé de façon Chrétienne. Je crois en Dieu, mais je ne veux pas imposer ma vision en disant je suis ceci ou cela. Telle chose est vraie, telle autre, fausse…Je suis juste quelqu’un qui croit en Dieu.

Et tu vas à l’Eglise ?

Oui, je vais à l’Eglise de temps en temps mais ça ne fait pas de moi une bonne ou une mauvaise personne. Le plus important, c’est que je crois en Dieu.

Que penses tu du système de production musical en Jamaïque ?

Il faudrait que les artistes et les producteurs soient plus pointus. Il faudrait avant tout penser à faire de la musique. Par exemple, tu trouves dix artistes qui chantent sur le même riddim, ou alors la même chanson dans cinq labels différents ! ça ne motive personne à promouvoir la chanson. Le système a besoin d’être ajusté.

Quel genre de difficultés as tu rencontré à tes débuts ?

Les mêmes que tout le monde : essayer de trouver un producteur, avoir un studio… Le plus dur est de trouver quelqu’un qui t’écoute et qui veut travailler ton talent au lieu de chercher à t’imposer quelquechose qui ne correspond pas à ton style.

As tu quelque chose à dire sur la société de consommation et le libéralisme ?

Je ne fais pas de musique engagée.

Tu n’as pas une opinion personelle ?

Je fais seulement ma musique pour toucher un public différent, j’essaie de toucher les jeunes.

Et la politique ?

Je reste en dehors de ça aussi !

Toi qui dis avoir peur de la monotonie, comment penses tu évoluer ?

J’essaie de ne pas être trop monotone en ne chantant pas toujours la même chanson. Même si c’est Vegas qui chante sur un riddim, j’essaie de faire quelque chose de différent. J’essaie de varier la mélodie. Je ne chante jamais une chanson avec deux fois la même mélodie. J’essaie de me renouveler, peut-être un peu comme les grands artistes de RNB ou comme les super stars : tu sors un album, tu y travailles, puis tu te calmes et tu reviens avec un autre album ! C’est comme ça que je veux être. Je ne veux pas que les gens se disent : « je suis fatigué d’entendre cette vieille chanson »

Où comptes tu trouver tes nouvelles influences ?

Parfois, l’influence est autour de toi. Les gens autour de toi t’influencent. Sinon, tu vas quelque part et tu y trouves autre chose…des idées différentes.

Considères tu le Dancehall comme un nouveau Reggae ?

Pas vraiment. Avant, c’était le ska, le rocksteady…maintenant, ça passe à un autre niveau. C’est plus énergique. Il y a plus de jeunes. C’est comme le hip hop maintenant, qui est différent de ce qu’il était avant. Le dance hall aussi a évolué : c’est plus vivant, plus dansant.

Et le site internet, il sert à quoi ?

Les gens peuvent aller sur le site et en connaître plus sur Mr Vegas. Cela me permet de toucher plus de gens. J’essaie qu’il soit constamment actualisé.

Les raggaeboys ?

Je les aime bien ; je les encourage.

Et les françaises ?

J’ai beaucoup de fans en France. Les Françaises sont belles, et peut-être que si tout va bien, j’aurai une petite amie française (rires).

propos recueillis par Olivier Malaponti. Traduction
publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

1.6/5 (41 votes)

  • Currently 0.00/5
0.0/5 Evaluation Reggae.fr
Mr Vegas

Est-ce encore nécessaire de présenter "Mr Vegas" ? Il est l'homme qui a ...
16/12/11 - DanceHall

Mr Vegas : L'interview de Judah

Judah Roger teste le franc-parler de Mr Vegas dans une rencontre inédite avec la ...
01/02/19 - Reportage

Mr Vegas - Adios Irma

Mr Vegas dit au revoir à l'ouragan Irma ! Même si la Jamaïque a ...
18/09/17 - Clip

Reggae Radio