Rototom Sunsplash
12/08/17 au 19/08/17
No Logo Festival
11/08/17 au 13/08/17
Reggae Sun Ska 2017
04/08/17 au 06/08/17
Devi Reed en tournée
01/07/17 au 29/10/17

Rototom

Devi Reed

Alpha Blondy Alpha Blondy 'Mystic Power' - Rencontre
05/03/13 - Auteur(s) : Nounours & LN

On écrivait dans ces même lignes en 2011, à l'occasion de la sortie de son album "Vision", qu'Alpha Blondy constituait peu à peu avec sa musique le livre blanc du reggae africain. Avec "Mystic Power", l'artiste persiste dans cette veine et vient y donner un côté plus rock que sur ses autres albums. La présence marquée de la guitare dans ce style, toujours sur un rythme bien sûr reggae assumé, est certainement l'une des nouveautés de cet opus réussi enregistré entre Paris en Abidjan. Son groupe le Solar System, accompagné notamment de Dennis Bovell, y démontre comme à son habitude tout son talent. Ce qui nous interpelle encore plus, ce sont les textes et les messages qu'Alpha a décidé d'offrir à son public sur ce 15 titres de grande qualité. "Mystic Power" est en effet touchant, et ce à plusieurs égards. Toujours prêt à dénoncer haut et fort les problèmes de son continent et de son pays la Côte d'Ivoire, l'artiste enjoint aux terroristes de ne pas mêler Allah ou Mahomet à leurs actes criminels ("Crime Spirituel") et dénonce ceux qu'il appelle les négros nazis invoquant une prétendue "ivoirité" ("Danger Ivoirité"). On le sent aussi un peu désabusé sur "My American Dream" ainsi que "France A Fric", dont le titre parle de lui-même… Mais c'est surtout sur le titre "Pardon" qu'Alpha Blondy nous fend le coeur en avouant se sentir responsable de n'avoir pas réussi à résoudre la crise ivoirienne en 2011. Il n'oublie pas non plus de nous surprendre avec Tiken Jah Fakoly sur un morceau au titre, là aussi, évocateur: "Reconciliation". Et du côté des surprises, on se délecte comme d'habitude de reprises inattendues: "J'ai tué le commissaire", une transcription francophone du célébrissime "I Shot the Sheriff" de Bob Marley; et "Le Métèque", qui avait déjà été repris par Joey Starr il y a quelques années, et qu'Alpha Blondy remet au goût du jour en adaptant, en version reggae bien sûr, les paroles de Georges Moustaki. Un featuring avec Bennie Man sur "Hope", afin d'ouvrir l'album, est par ailleurs et sans aucun doute l'une des pépites de ce 16ème album très réussi. Inutile d'ajouter que les fans de l'artiste ne s'en lasseront pas. Pour notre part, nous tirons notre chapeau à Monsieur Blondy et ses près de 30 ans d'activisme musical.

Nouvelle rencontre avec le plus grand représentant du reggae africain:

Reggae.fr : Mystic Power, c'est le nom de ce nouvel album. Tu évoques le pouvoir mystique de la musique ?
Alpha Blondy: La musique oui pourquoi pas... Mais ce titre parle plutôt du plus grand mystère de l'univers... D'après vous, c'est qui, c’est quoi ? C'est l'être humain. C’est ce constat que j'ai voulu mettre en valeur. Il y a une chanson dans l'album qui s'appelle ‘Woman’, où je parle de celle qui détient le plus grand pouvoir, un pouvoir mystique : la femme. Et l'Homme, l’espèce humaine, c'est le plus grand mystère qu’elle ait engendré. L’être humain s’ignore, voilà pourquoi il est en quête, il cherche le mystère des planètes, du ciel etc… parce qu’il s'ignore lui même en tant que plus grand mystère, voila pourquoi j'ai appelé l'album ‘Mystic Power’.




Sur l’album on trouve des textes toujours aussi engagés, comment as-tu travaillé sur l’écriture ?
Je crois que l'actualité du monde est une écriture en soi. On a qu’à regarder autour de soi, ouvrir la fenêtre sur le monde, la télé, et tout ce qui se passe nous interpelle … J’évoque les problèmes ivoiriens dans ‘Danger Ivoirité’, la crise électorale dans ‘La Bataille d'Abidjan’, et dans ‘My American Dream’ je parle de mon séjour, mon rêve américain qui est devenu un cauchemar, parce que je ne suis pas revenu avec une limousine et de l’or plein les poches, mais par contre je me suis enrichi en expérience de vie, donc j’ai voulu retranscrire tout ça. L’inspiration est à portée de main, on a qu’à s’en saisir.

Combien de temps as-tu travaillé sur cet album?
Il y a des chansons comme ’J'ai tué le commissaire’ qui ont été écrites depuis 1978, et Philippe (ndlr : Wagram Music) m'avait demandé de faire un truc pour l'anniversaire des 30 ans de la mort de Bob Marley donc je l’ai reprise. Il y a des chansons qui sont récentes puis d’autres qui étaient là, comme ‘Le Métèque’, depuis 1987 je voulais faire cette version du Nègre Métèque.



Tu viens d’évoquer les deux reprises de l’album, on a pu remarquer que tu aimes en faire …
J’adore, parce qu’il y a des chansons que j’aimerais bien avoir écrit … Tu les aimes et tu as envie de les chanter avec ta propre sensibilité. La chanson française a de très beaux morceaux qui sont si bien écrits … Moi, si je voulais écrire dans mon français à moi, je ne pourrais jamais y arriver avec autant de … (rires). Alors j’aime ‘reggae-ifier ‘ des perles comme "Le Métèque".

On remarque sur cet album un son plus rock que sur tes productions précédentes, notamment avec une utilisation plus marquée de la guitare, c’est voulu ?
Oui c'est voulu. Bob Marley disait "Roots Rock Reggae", et puis je me suis aperçu que depuis Bob on avait développé le côté tribal et ethnique du reggae, ‘roots, reggae’, je me suis dit bon c'est pas juste ! Moi j'ai aussi une culture rock, on va respecter cette trilogie, on va faire le côté roots, le côté rock, et le côté reggae, voilà pourquoi j’ai donné autant de place au son rock.

Peux-tu nous parler du morceau ‘Seydou ‘, de ce qu’il exprime ?
J'aurais pu l'appeler Paul, Pierre, ou Mamadou ... J'interpelle un combattant, je lui dis : « Où vas-tu Seydou, avec ce long fusil ? Où vas-tu, tu marches seul, tu parles seul, tu ris et tu pleures. Calme-toi.  On dit que la guerre est finie, alors calme-toi et pardonne, accroche-toi à ta foi, n'ai pas l'esprit de vengeance, je sais que tu as mal mais mets ta main sur ton cœur et accroche-toi et pardonne. »



L’album s’ouvre sur un message d'espoir, ‘ Hope’ avec Beenie Man. Peux-tu nous parler de cette collaboration ?
Beenie Man et moi on a eu la chance de travailler ensemble, on a été en tournée au Surinam, avec Sister Rita Marley, puis en Guyane, à Cayenne. On a eu le temps de causer un peu et je lui ai parlé de mon prochain album, je souhaitais qu'il soit dessus, donc je lui ai proposé ‘American Dream’ et ‘Hope’, qu’il a choisi. Deux mois plus tard, j’étais à Paris et il était en tournée en Allemagne, on l'a appelé, il est venu et on a fait ça à Marcadet.

Paradoxalement, on te sent un peu plus pessimiste dans les textes, notamment avec "France A Fric"...
Non pas du tout… La Françafrique, ceux qui disent que c’est fini… C’est pas vrai, ça ne peut pas finir ! La preuve : au Mali, la France se sent obligée d’intervenir, parce que le pays n'est pas prêt militairement à faire face à une invasion islamique, alors on fait quoi ? On dit à la France ‘N'intervenez pas’ ? Cela veut dire quoi? Laissons les islamistes prendre le Mali?  La souveraineté ça se protège, ça se mérite, et c’est ma façon à moi de dire à l’Union Africaine : ce que la France vous a donné comme leçon, c’est que vous devez avoir une armée prête à intervenir rapidement pour éviter les situations comme celle-ci... Si la France n'était pas intervenue, et bien il n’y aurait plus de Mali.

Justement, en parlant des relations entre la France et l’Afrique, tu penses que le changement de présidence en France va apporter du renouveau dans ces relations ?
La Françafrique est plus vieille que tous les présidents français et africains… Dans ce monde où l'on parle d’économie, d'argent, d'argent, toujours d'argent ... Lorsqu’il est possible d’en détourner les gens vont le faire qu'ils soient américains, français ou autre... Il ne faut pas se leurrer, la Françafrique sera toujours là … Sous d'autres appellations si tu veux, mais ce sera toujours là…



Sur ton album on trouve une très belle chanson, « Pardon », dans laquelle on sent un certain poids, une culpabilité...
La chanson dit : "Je me suis réveillé au pied du mur de ma vanité, j'ai entendu ma conscience pleurer et je me suis mis à prier. A tous ceux que j'ai offensés je demande pardon, à tous ceux qui m'ont offensé je demande pardon, à tous ceux que je n'ai pas compris, je demande pardon, et à tous ceux qui ne m'ont pas compris, je demande pardon".  J'étais ambassadeur de paix de la CEDEAO, qui englobe quelque chose comme 16 pays, et aussi des Nations Unies, et crois-moi je m’étais investi pour pouvoir peser dans la balance et éviter la guerre en Côte d'Ivoire. Malheureusement, je n’ai pas fait le poids face à ceux qui voulaient la guerre, donc en prenant du recul je demande pardon, quand je vois jusqu’où ça a été. J'ai failli, comme je le dis dans la chanson. J'aurai bien voulu réussir cette mission-là, j'aurai voulu qu'il n'y ait pas de morts, éviter tout ce gâchis... Voilà pourquoi j’ai fait la chanson, je demande ‘Pardon’, parce qu’il y a peut-être des gens qui ont eu confiance en moi, des morts qui peut-être se disaient : ‘Alpha Blondy le grand frère va essayer ‘, malheureusement je n’ai pas d’armée, je ne suis pas un politicien, j’ai pu intervenir à mon modeste niveau, mais à un moment donné j’étais limité.

On trouve également une collaboration avec Tiken Jah Fakoly, "Réconciliation", au titre très évocateur !
Mon petit frère Tiken m’a fait vraiment plaisir et un très grand honneur en acceptant de se joindre à moi sur ce projet. J’ai fait cette chanson quand le Président m’a demandé de faire cette Caravane de la Réconciliation (ndlr : série de concerts organisés dans toute la Côte d’Ivoire fin 2012). Tiken aussi l’avait rencontré et il nous avait fait prendre conscience de l’urgence d’une réconciliation nationale après la crise post-électorale. Quand j’ai fait le morceau, j’ai contacté Tiken et j’ai été agréablement surpris qu’il accepte. Sur le morceau il y a aussi Meiway, Ismael Isaac, Monique Séka et Wiper.



Ton meilleur souvenir pendant l'enregistrement de l'album ?
L’intervention de ces jeunes frères qui ont montré qu’ils étaient motivés pour cette réconciliation. Et ça nous a montré combien notre pays était petit et que notre diversité ethnique était notre force.  Les politiciens, par maladresse, avait activé des boutons qu’il ne fallait pas, et ont réveillé les monstres du tribalisme. C’était à nous maintenant qu’il incombait de recoller les morceaux et utiliser notre petite notoriété pour rassembler les ivoiriens. On s’est appliqués, on croise les doigts et on espère que ça conduira les ivoiriens à de meilleurs sentiments.

As-tu rencontré des difficultés sur cet album ?
Pas vraiment … Le challenge était de faire un album Paris-Abidjan. La programmation a été faite ici à Paris, et j’ai mon studio privé à la maison à Abidjan. Au lieu d’aller en Jamaïque comme beaucoup le font, j’ai fait venir des jamaïcains pour travailler ici … Denis Bovell, qui s’est occupé de la basse sur pratiquement tous les morceaux, et du mix sur certains, est de La Barbade, et il est venu jusqu’à Abidjan. Je ne voulais pas aller en Jamaïque, on a les moyens et les structures qu’il nous faut à Paris et Abdijan.

Tu pars défendre cet album sur scène. Iras-tu aussi faire des concerts en Afrique ?
Pour le moment, on a des propositions de concerts en Afrique, mais ça dépend des pays… J’ai beaucoup de musiciens français avec moi - mon orchestre est un arc–en-ciel - et je n’ai pas envie d’exposer mes musiciens ni moi-même, donc les endroits où la sécurité sera garantie, nous irons, et ceux où je la jugerai insuffisante, nous n’irons pas.

Un dernier mot pour tes fans ?
Je voudrais leur dire merci … Merci pour leur amour, merci pour leur soutien. Et que je m’attellerai toujours à donner le meilleur de moi, pour que, le jour où je serai dans les bras de Dieu, je puisse me dire que j’ai tout donné et que les messages d’amour, d’espoir, et les critiques – constructives, parce que je ne critique pas pour être méchant- que j’aurais transmis, pourront servir aux générations futures.

publicité
commentaires
le 05/03/13 par Camblo
Merci Alpha Blondy. Super Album. Merci de nous surprendre agréablement . Cet album est excellent à tout point de vue ! chapeau l'Artiste !
le 17/04/13 par kelly
A chaque fois qu'il sort un album, je suis un peu plus déçu. Vraiment pas terrible, même si certains morceaux restent pas mal. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas aorès tout. Je viens d'écouter 2 titres du nouvel album de Steel pulse et quelle claque! Première écoute et j'adore
le 01/02/14 par MICOMAD
Merci blondy.vous etes le plus grand rastafarien africain.je te remercie pour tout ce que tu fais.mais moi je veux de nouvelles chansons à l'image de brigadier sabari, cocody rock jah glory afriki et plus de denonciations comme guerre civile,les voleurs de la republique,dictature,politruc,gban gban etc

2.4/5 (58 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Alpha Blondy
Alpha Blondy est une figure incontournable du reggae africain mais aussi du reggae mondial. Originaire de ...
17/10/04 - Reggae africain
Rototom - La Main Stage en direct !!!

Du 12 au 19 août, retrouvez ici même la Main Stage du Rototom en ...
11/08/17 - Reportage

Alpha Blondy Live @ No Logo 2015

Le charisme d'Alpha Blondy est toujours plus qu'intacte ! La preuve avec ces images ...
04/09/15 - Reportage

Reggae Radio