Rototom Sunsplash
16/08/18 au 22/08/18
No Logo Bzh
10/08/18 au 12/08/18
No Logo Fraisans
10/08/18 au 12/08/18
Reggae Sun Ska
03/08/18 au 05/08/18
Bagnols Reggae Festival
26/07/18 au 28/07/18
Baco Records Festival
27/10/18 - Paris

Rototom Sunsplash

Baco Records Festival

Ziggy Marley - Interview Ziggy Marley - Interview
24/04/14 - Auteur(s) : LN, avec Nounours

Ziggy Marley était sur la scène du Trianon à Paris il y a quelques jours pour présenter son nouvel album « Fly Rasta », disponible depuis le 15 avril. Entretien avec l'aîné des fils Marley.

Reggae.fr : Tu es actuellement en tournée et tu passeras par l'Europe. Que penses-tu du public européen ?
Ziggy Marley : On a un lien fort avec l'Europe car c'est le premier endroit en dehors de la Jamaïque qui a aimé le Reggae. Des endroits comme la France ou l'Angleterre ont adopté cette musique. Alors on a un lien fort avec l'Europe et les gens là-bas, on espère encore venir et kiffer.

Ton nouvel album « Fly Rasta » est sorti. Le titre est poétique ! Comment as-tu fais ce choix ?
En fait, à la base ce n'était pas ça le titre de l'album. J'ai décidé d'appeler l'album « Fly Rasta » sur un coup de tête, ça m'est venu  genre « Fly Rasta, c'est ça le nom ! On devrait l'utiliser à la place de celui qu'on avait choisi avant ». Tu as dit que c'était un titre poétique, et il y a aussi quelque chose de puissant dedans.

Quel est le message principal que tu souhaites transmettre à travers cet album?

Le message, c'est ce que tu ressentiras. Le message signifiera quelque chose de différent d'une personne à l'autre. Le message est ouvert, ce n'est pas à moi de dire que ça signifie telle ou telle chose, c'est à toi de trouver en toi-même.

Comment as-tu travaillé sur cet album ? As-tu besoin d'avoir d'abord la musique pour écrire ?
J'ai commencé à écrire les chansons avec ma guitare, c'est comme ça que j'écris. J'ai cherché parmi les expériences que j'ai vécues ces dernières années, et j'ai puisé au fond de moi pour trouver quelque chose qui parlerait aux gens, car j'ai écrit certaines de ces chansons à partir de difficultés que j'ai surmontées, alors j'espère qu'elles encourageront les gens en difficulté et les aideront à les surmonter.

Tu t'es entouré évidemment de toute une équipe pour cet album, quels sont les musiciens qui ont travaillé sur ce projet?
On a eu beaucoup de musiciens de différentes origines, de différents styles. On les a choisis car on a souhaité ajouter un son universel à la musique, pas juste un son local mais un son plus grand, universel avec différents éléments, différentes inspirations de musiciens en dehors de mon monde.

En effet, on sent une importante influence du genre pop-rock qui se mélange à ton reggae, on retrouvait déjà un peu cette ouverture sur ton précédent album "Wild and Free". Tu penses que c'est important de mélanger les styles, et que le reggae a de toute façon vocation à intégrer tous les styles ?
Le reggae a depuis le début été influencé par d'autres musiques. Quand mon père faisait de la musique, et U-Roy, et tous les artistes de cette époque, ils ont tous été influencés par d'autres styles musicaux. On ne doit pas oublier que la musique influence la musique, on vit dans un univers de musique, elle ne doit pas être compartimentée, elle doit pouvoir se développer. Et le reggae doit pouvoir grandir et vivre, il ne doit pas être confiné à une seule idée de ce qu'il doit être, car si tu fais ça, tu mets ta musique en prison. Tu dois être libre, ton esprit et ta musique doivent être libres. La musique doit vivre et être libre pour se développer, même si ça ne plait pas à certaines personnes.

Que penses-tu de ces nouveaux artistes en Jamaïque qui font partie du mouvement appelé « Reggae Revival » comme Chronixx...
J'aime bien Chronixx !

... Protoje, Kabaka Pyramid...  Est-ce que tu suis cette nouvelle génération et écoutes leur musique ?
Ouais, je les aime bien ! Ils arrivent dans le milieu d'une bonne façon. Je pense que cette spiritualité est un élément qui manque à la Jamaïque et cette génération essaye de trouver sa voie à travers ce qui a fait la particularité de cette musique. Ce n'est pas de l'arrogance, c'est de la spiritualité.

Tu parlais de U-Roy, il est en featuring sur le titre "Fly Rasta". Que représente-t-il pour toi ?
U-Roy, man ! U-Roy est un de nos Dieux, je le dis (rires)! C'est un des Dieux du reggae. Un des rois du reggae, comme mon père.



Quels artistes t'ont influencé, à tes débuts et tout au long de ta carrière ?
Dennis Brown. Toots. Hmmm... C'est tout ce que je peux dire là comme ça les noms s'échappent de ma tête (rires). Mais beaucoup de ces frères de cette époque. Je suis du genre old school, old fashion.

"So Many Rising" sonne comme une superbe chanson acoustique des années 70. Peux-tu expliquer ce que tu as voulu y exprimer, pour ton public français qui ne comprend pas forcément tout.

Je pense que c'est une chanson révolutionnaire, vraiment... Ça parle de soulèvement. Ça parle de la situation dans le monde actuellement, en particulier sur le plan économique. Les pauvres deviennent plus pauvres, les riches deviennent plus riches... Il n'y a plus assez de sens moral pour se soucier de l'autre, en disant par exemple : «  Ok, cette entreprise se fait des milliards, ok, si je paye un peu plus mes employés, je ne me ferai pas des milliards mais ma situation sera toujours très bonne. Mais non, je veux quand-même en faire encore davantage, alors je ne les payerai pas plus. » Les gens s'élèvent contre ce type de pressions, et il v a y avoir beaucoup de soulèvements, sous plein de formes différentes.

Dis-moi, qu'est ce que Yoko Ono représente pour toi ? Car c'est une chanson maintenant ... (ndlr : référence au titre "You're My Yoko" présent sur l'album)
(rires) Oui, oui... Je pense qu'elle est celle qui a fait ressortir l'amour de l'homme, son côté émotionnel, ce côté parfois refoulé. Elle donne à l'homme la liberté d'être celui qu'il est vraiment, au lieu de ce que la société a décidé qu'un homme doit être. Un homme peut être fort et doux à la fois. Un homme n'a pas besoin d'être macho, il peut avoir un cœur aussi. Il peut avoir de l'amour et exprimer des émotions, de la douceur, sans que ça fasse de lui un faible. L'amour est la force.

Quel est ton meilleur souvenir sur le travail de cet album ?

Tous. Chaque étape de cet album me laisse des bons souvenirs, de la création au mixage en passant par le travail avec les musiciens. C'était une belle expérience et j'en ai appris beaucoup. C'est un progrès, un pas de plus, et c'est beau. J'ai tout aimé.

J'ai lu qu'on trouvera des graines de fleurs dans chaque CD. C'est vrai ? C'est ton idée ?
Oui ! Je ne pense pas que ça sera dans les CDs en Europe à cause de la douane et de la réglementation des produits agricoles tu vois... Mais si tu peux avoir un album aux États-Unis, tu en trouveras  effectivement à l'intérieur.

En parlant de graines, qu'est ce que tu penses de l'interdiction du cannabis ? La légalisation est un gros débat ces derniers temps en Jamaïque. Quelle est ton opinion ?
Tu sais ce que j'en pense (rires) ! Il est temps de lever l'oppression sur la nature.

Tu as commencé la musique en famille, notamment avec tes frères et sœurs au sein des Melody Makers, et vous avez toujours travaillé ensemble. Comment fais-tu pour combiner vie de famille et travail ? Est-ce difficile parfois ?
Oui parfois c'est difficile, mais on a du respect les uns pour les autres, on fait tout dans le respect et en essayant de ne jamais blesser personne.

En tant qu'aîné, as-tu déjà ressenti une pression ?
Pas vraiment. Je n'y pense pas, au fait que je sois l'aîné. Je suis qui je suis, avec ma personnalité. Je ne ressens pas de pression.

On a apprécié le travail de ton fils Daniel, notamment sur "Treat You Right" sur la compilation Set Up Shop. Qu'est ce que ça te fait de voir ton fils débuter une carrière dans la musique ?
Je trouve ça bien. On l'encourage à trouver sa propre voie selon ce qu'il a envie de faire. 
 
Si tu n'étais pas musicien, que ferais-tu de ta vie?
J'aurais été musicien quoi qu'il arrive. Si j'étais docteur, je serais quand même musicien. Si j'étais avocat, je serais quand-même musicien, pareil si j'étais un agriculteur ... On peut être plus qu'une seule chose, on peut faire beaucoup de choses, mais la musique est une constante, elle aurait toujours fait partie de ma vie. Mais j'aime bien cultiver, je crois que j'aurais été agriculteur !

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.4/5 (43 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Ziggy Marley

Il est l’aîné des garçons, le premier à avoir sorti un album, le plus ...
09/06/11 - Roots

Ziggy Marley - Rebellion Rises

Partout où il va, il voit la rébellion s'organiser. Ziggy Marley se met en ...
23/07/18 - Clip

Ziggy Marley 'I Get Up'

Ziggy Marley a collecté des photos de ses fans postées sur Instagram pour ...
09/09/14 - Clip

Reggae Radio