Rebel Escape #2
25/11/17 au 25/11/17
Danakil en tournée
06/10/17 au 16/12/17
Yaniss Odua en tournée
30/09/17 au 16/12/17
RUB A DUB PARTY #35
09/12/17 - Paris

CMR

Marc Salomon

Alborosie

Pyrprod

Rebel Escape

batterie

Danakil en tournée

Yaniss en tournée

Rub a dub party

Rencontre avec Busy Signal à Paris Rencontre avec Busy Signal à Paris
11/06/14 - Auteur(s) : Nounours

Ce jeudi 5 juin 2014, Busy Signal investissait le Cabaret Sauvage pour la troisième fois de sa carrière, un peu plus d’un an après son dernier passage dans cette salle parisienne en avril 2013. Cette fois est un peu plus spéciale, différente : la carrière du deejay a pris un tournant important et cela se ressent, avec autour de lui une effervescence toujours plus grandissante. Cette popularité ravit un Busy Signal très humble et reconnaissant qui, après son show et malgré les sollicitations nombreuses, a pris le temps de s’entretenir avec Reggae.fr. Rencontre avec Busy Signal à Paris, sur scène et en coulisses.

Accompagné de son High Voltage Band, Busy Signal a comme à son habitude livré une prestation solide, démarrant par un gros segment dancehall s’ouvrant sur son premier hit "Step Out" et s’appuyant sur les nombreux classiques qui composent son répertoire. Le public s’est montré très réactif, ce qui n’a pas échappé à l’artiste :

"C’était génial ce soir, c’est un immense sentiment de bonheur pour moi de voir les gens réagir et être aussi réceptifs à la musique. J’aime toujours autant Paris, et particulièrement cette même salle. Respect à tous les gens qui étaient là !"

En effet, Busy Signal aime et connaît son public parisien, puisqu’il lui offre comme toujours “Burial Spot”, titre ayant particulièrement fonctionné en France. La part belle est ensuite faite au reggae, avec ses hits "Come Over" ou "One More Night" ainsi que des extraits de son dernier album en date, "Reggae Music Again". Depuis la sortie de celui-ci, on a d’ailleurs pu assister à un retour vers le reggae de plusieurs artistes. Busy, un lanceur de mode ? Lorsqu’on lui pose la question, il affiche un large sourire : 

"Carrément ! Franchement, oui, ce n’est pas pour me vanter, ce sont les faits. Je pense que j’ai lancé pas mal de tendances, pour ce qui est de faire de la musique en tant qu’artiste dancehall tout en respectant beaucoup le reggae, qui a donné naissance au dancehall. Puis aussi mélanger différents genres de musique, je l’ai fait avant et je le fais toujours. En tout cas, je suis content d’avoir montré mon respect pour le reggae avec Reggae Music Again, j’estime que c’est une très bonne chose que j’ai faite, je ne le regretterai jamais."



Quant à  "Nah Go Ah Jail Again", le morceau résonne de manière particulière depuis que l’artiste est passé par la case prison, expérience qu’il n’hésite pas à partager avec son public sur scène. Derrière le rideau, il revient pour nous sur son sentiment : 

"Je suis plus sage, plus avisé. Je sais quoi faire ou ne pas faire, où aller et où ne pas aller. Je ne sais pas tout, mais j’en sais plus sur beaucoup de choses. Ça a été comme une sorte d’école, où tu as eu du temps pour toi, pour réfléchir à ce que tu as fait de ta vie ces dernières années, et à ce que tu veux pour ton futur. Ça m’a permis d’ouvrir les yeux."

Et quand son show repart en dancehall, le public a le droit a un gros medley sur le Bam Bam Riddim, puis à "Watch Out For This", devenu un énorme hit partout dans le monde. Interrogé sur cette collaboration avec Major Lazer, l’artiste raconte : 

"J’étais en Jamaïque, et Diplo est venu. Il m’a fait écouter le truc et on a fait le son. Il était très surpris tu sais, parce que j’ai fait le son d’une seule traite, j’ai fait ce que j’avais à faire et je suis parti du studio. Lui, il était super excité, il sentait un truc par rapport à la chanson. Il est rentré en Californie et l’a fait écouter à son équipe, a fait les arrangements… et ça a été - c’est toujours d’ailleurs !-, un vrai miracle. Musicalement, un miracle."

Un miracle dont le clip comptabilise à l’heure actuelle plus de 58 millions de vues sur Youtube et qui consolide davantage la carrière de l’artiste jamaïcain à l’international.



Retour au Cabaret Sauvage, et s’il est vrai que le show de Busy Signal n’a pas beaucoup changé, l’artiste s’emploie toujours à incorporer quelques nouveautés ! Nous avons donc le droit au hit "Bedroom Bully", ainsi qu’à "Wet Spliff", "Professionally" et "Bou-Yah".  Ces deux derniers titres font partie des quelques reprises de chansons d’artistes africains (P. Square, Mafikizolo…) de Busy, l’un des rares à être allé puiser dans ce répertoire… et il est enchanté qu’on lui en parle !

"J’aime la musique africaine ! Ce qui se fait m’inspire beaucoup, j’écoute tous les artistes de là-bas, les jeunes, les confirmés, les connus, les moins connus… Je les écoute tous ! J’aime leurs instrus, leur vibe. L’Afrique est la Terre mère où tout a commencé, on doit lui montrer de l’amour et du respect. Je suis très inspiré par tous ces artistes, alors je reprends leurs sons à ma sauce, avec mon propre style, en y ajoutant l’ingrédient jamaïcain, donc ça donne un résultat « Jafricain » tu vois (rires)!"

Ce n’est donc vraiment pas pour rien que l’artiste a été depuis ses débuts apprécié pour sa polyvalence : il sait surprendre en étant là où on ne l’attend pas.  Ce soir-là au Cabaret Sauvage, Busy Signal aura offert, comme il l’a répété plusieurs fois au public, plus qu’un concert, une « Expérience Busy Signal ». Une très belle soirée, même si on regrettera par moments un problème de réglage du son, qui ne mettra pas la basse en valeur sur certains titres clés. Le show est bien construit, évolue et prend forme, avec plus de maturité, des transitions plus travaillées, et des big tunes efficaces. Big up Cartel Concerts pour l’organisation de cette date !

Le concert est maintenant fini, et parmi les sons que Busy n’aura pas chantés ce soir, on compte les sons récemment adressés à Mavado, où Busy se mêle du clash entre ce dernier et leur mentor Bounty Killer. On ne résiste tout de même pas à l’envie de lui demander pourquoi il prend part à ce clash, et il corrige : 

"Je ne fais pas partie du clash. C’est juste une… correction. Mavado est mon petit frère. Mais je vois que beaucoup de gens manquent de respect à Bounty Killer, alors qu’il a aidé tellement d’artistes en Jamaïque. Il les a aidés à sortir des taudis, à sortir du ghetto, à avoir une ville meilleure. Je le corrige juste, comme on corrige quelqu’un qui a tort, et je fais ma part du travail pour ce qui est de montrer du respect à Bounty Killer, ce que tout le monde devrait faire."

Vous pouvez donc ajouter loyal à la liste des qualités de Busy Signal, qui a encore le temps de nous confier qu’un double album reggae et dancehall devrait voir le jour avant la fin de l’année. Watch out for this !

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.4/5 (36 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Busy Signal

En moins d’une décennie, Busy Signal s’est imposé comme une star incontournable. Terriblement talentueux, ...
16/03/15 - DanceHall

Busy Signal - Hot Spliff

Les derniers clips de Busy Signal s'apparentent à des freestyles tous plus réussis les ...
02/11/17 - Clip

Busy Signal Live

La 18ème édition du Reggae Sun Ska approche à grand pas. L'équipe de Music ...
23/07/15 - Reportage

Reggae Radio