Rebel Escape #2
25/11/17 au 25/11/17
Danakil en tournée
06/10/17 au 16/12/17
Yaniss Odua en tournée
30/09/17 au 16/12/17
RUB A DUB PARTY #35
09/12/17 - Paris
Alborosie & Friends
19/11/17 - PARIS

CMR

Marc Salomon

Alborosie

Pyrprod

Rebel Escape

batterie

Danakil en tournée

Yaniss en tournée

Rub a dub party

Naâman Fatbabs - Interview tune par tune Naâman Fatbabs - Interview tune par tune
28/10/15 - Auteur(s) : LN

Rays Of Resistance, le nouvel album de Naâman, sera enfin disponible ce vendredi 30 octobre. Doux et ingénieux mélange de reggae hip hop, le chanteur y déploie avec talent un flow qui ravira le public. La présence d'invités de grande qualité ponctue l'opus dont les riddims ont été savamment prépaprés par Fatbabs et le Deep Rockers Crew. Retour, tune par tune, avec Naâman et Fatbabs, sur cette bombe musicale !


Resistance


Naâman : Deux évènements m’ont inspiré ce morceau : la mort de Rémi Fraisse, ce jeune manifestant qui a subi une explosion de grenade offensive, et les évènements de Charlie Hebdo deux mois plus tard. J’étais à l’étranger, loin de tout ça, mais j’ai eu un sentiment de révolte parce que j’ai clairement vu le contraste. Tu tues un jeune français qui manifeste pour défendre une forêt, et après tu te dis défenseur de la liberté d’expression. Donc l'idée ici c'est de résister contre un gouvernement manipulateur, mais la résistance s'entend au sens large : rien que pour se nourrir ou se soigner sainement, pour vivre heureux et épanoui, il faut faire de la résistance !
Fatbabs : Sans doute le morceau le plus étonnant musicalement de l'album. C'est un mélange d'univers variés qui permet d'apporter une touche particulière au morceau.


Turn Me Loose


Fatbabs : Ce fut assez difficile de trouver le bon compromis musical entre la guitare sèche et le côté hip hop du morceau. Ce fut une belle expérience. En tout cas l'univers musical qui s'en dégage est entraînant et le beat permet à Naâman de lâcher un gros flow.
Naâman : Ce morceau, c’est d’abord une histoire de flow. Fatbabs a envoyé ce riddim avec une guitare très basique, je suis parti sur un flow que je trouvais vraiment cool et j’ai commencé à écrire. Dans l’ensemble, le message de la chanson est qu’il faut faire l’effort de raisonner, pour avoir toujours une parole juste, quitte à aller à l’encontre des grands courants et de ce que pensent ou croient penser les gens. Le premier couplet parle d’hypocrisie, mais c’est toujours un peu particulier pour moi d'évoquer ces choses négatives car dans ma vie personnelle je ne suis pas vraiment confronté à ça. Ça a été un morceau un peu difficile à écrire d'ailleurs à cet égard. Et concernant la langue, j’essaye vraiment de faire de l’anglais, et de ne pas trop mettre de patois mais il y a des trucs que je ne saurais pas comment dire autrement ! Le patois n’est pas vraiment un truc que je travaille, c’est juste le fait d’être allé plusieurs fois en Jamaïque et d'avoir appris l'anglais là-bas. C’est un mélange d’anglais et de notions de patois jamaïcain, c’est mon patois à moi (rires) !


Karma


Naâman : Karma est le plus vieux morceau de l’album, il a au moins deux ans. Je l’interprète depuis plusieurs mois sur scène. C’est un appel à voir la vie d'une façon positive. La vie est une question de perspectives et selon moi, avoir une belle vie c'est réapprendre à voir la beauté du monde dans chaque chose, dans chaque instant. C'est un potentiel dont chacun dispose. A moins d’être vraiment oppressé comme dans certains pays, être heureux est une question de choix, mais pour choisir encore faut-il le savoir. La majorité des chœurs de l’album sont assurés par les choristes de Groundation, mais pas sur ce morceau. Ils sont plus spéciaux : c’est un mélange de deux choristes, qui sont plus que des choristes puisqu’il s’agit de Sara Lugo et Mary May. On voulait un timbre de voix particulier et une approche différente, on a proposé à Sara Lugo. Elle nous a envoyé un truc avec plein de bonnes idées, on a adoré ! C’est une chanteuse très libre avec énormément de caractère, et son intervention donnait une direction particulière à la chanson. J’ai appelé Mary May qui a posé un truc très différent et on a juste mélangé les deux.
Fatbabs : Ce titre a été composé par Rudy et Quentin qui sont respectivement bassiste et guitariste au sein du Deep Rockers Crew. C'est un des morceaux de l'album sur lequel nous avons beaucoup de retours positifs.


Outta Road


Fatbabs : Le plus vieux riddim de l'album avec Karma. C'est étonnant mais le tempo de ce track est entre l'électro et le ska. Du coup ça lui donne un côté assez particulier. Un bon gros mix de plein d'univers encore une fois.
Naâman : Fatbabs a fait un bon riddim amusant qui sonne comme un gros swing modernisé en reggae ! La chanson m'était venue lors de vieilles vacances que j’avais passées avec Fat, Peter et Fyah. Elle évoque les road-trips de l'époque Deep Rockers dans un couplet, mais au delà de ça une volonté de se libérer du système oppresseur en créant des possibilités alternatives, et qu'une minorité de gens qui tient un peuple sous contrôle doit s'attendre tôt ou tard a des retours de flamme.


Those Rays feat. Nemir


Naâman : Musicalement, on affectionne énormément Nemir, c’est un super artiste ! On s’est rencontrés chez lui à Perpignan, il est venu faire un feat avec nous sur scène. Le seul regret qu’on a, c’est de ne pas s’être croisés pour ce morceau. Il a été fait à la fin, même si on avait l’idée depuis un moment. C'est une chanson qui parle de notre potentiel à tous, du pouvoir de chacun à trouver sa propre lumière. Je suis super content du résultat, je chante en anglais et lui en français et ça fait du bien dans l’album, ça change un peu, ça fait plaisir ! Pour moi le français ce n’est pas encore le moment (rires) !
Fatbabs : C'est la prod dont je suis le plus fier de l'album. Pour la petite anecdote, j'allais à Paris pour enregistrer l'album, dans le train j ai rencontré une dame très sympathique qui s'est avérée par la suite être la responsable de la chorale de Redon. On s'est échangé nos mails et 4 mois plus tard j'enregistrais 30 enfants à Redon pour cette chanson.


International Love


Fatbabs : C'est le seul morceau de l'album composé uniquement avec des instruments acoustiques. Nous avons notamment composé avec un orgue Hammond.
Naâman : Ce titre assez personnel parle de la relation à distance. Ce manque, voire cette souffrance né de l'amour crée des contrastes assez stimulants. Tu te sens vivant et ça inspire. C'est une chanson heureuse parce que la souffrance est une partie de la vie, et quand on aime la vie on apprend à aimer sa souffrance, jusqu'à ce qu'elle n'en soit plus une. J’ai écrit une partie dans un petit village au Népal, dans les montagnes de l’Himalaya, et le deuxième couplet en Jamaïque. Dans l’intro, on entend Kim, la choriste de Goundation. On l’a rencontrée quand on a joué en première partie du groupe en Angleterre il y a deux ans. On a bien sympathisé, et de manière générale avec toute l’équipe de Groundation à force de se croiser c’est devenu des potes. On s’entend vraiment bien avec Kim donc elle était carrément partante pour les chœurs. Elle les a enregistrés avec Sherida à Paris et c’est une super collaboration. Tout l’album a d’ailleurs été enregistré au studio Haxo à Paris, entre mars et avril 2015.


Live Up


Naâman : C’est un appel à vivre sa vie pleinement, à se libérer de toutes ces peurs qui nous bloquent, parfois complètement imaginaires et fabriquées par des années de conditionnement.
Fatbabs : Il y a 2 ans, j'ai commencé à travailler avec un ami, l'artiste Tribuman, un super trompettiste. Dès le début il m'a fait confiance et proposer plein de riffs. C'est un super gars c'est donc naturellement lui qui dirige la section cuivres de l'album. Sur ce titre c'est lui qui a apporté cette touche festive via ce thème super frais.


Big And Bad


Fatbabs : Le morceau le plus cool de l'album selon moi. La musique donne envie de viber et de passer du bon temps. Une spéciale pour mon gars Dj Adjectif qui a tué la fin au scratch !
Naâman : On s’est un peu pris la tête avec ce morceau, c’était compliqué. On l’a restructuré plusieurs fois, je ne l’avais pas pensé comme ça. A la base, ça commençait par l’outro ! C'était clairement inspiré du matraquage politique que j'ai pu entendre en début d'année mais le sujet a fini en "Mr Chatter Box". En tout cas, c’était super sympa à taffer, dans le délire blues. Le thème ne me concerne là encore pas tellement, je ne suis pas entouré de gens comme ça. Car nous, on est entre potes, on s'éclate. On voit qu’on remplit des salles et que les gens réagissent bien et c'est ce qui compte. Parfois sur des festivals, il y a même des gens de 40 piges qui viennent nous voir et nous disent qu’on les a réconciliés avec le reggae ! C'est super sympa à entendre mais le reggae, c’est juste une étiquette parce que musicalement on dépasse vraiment ses limites. Ce qui importe n’est pas le style musical mais le ressenti positif. Les gens qui te disent "Je me sens trop bien quand j’écoute votre musique", ça fait plaisir et c’est ça l’essentiel.


My Days feat. Soom T


Naâman : C'est une de mes chansons préférées de l'album. Je l’ai enregistrée bien avant mes voyages, dans ma chambre. Je n’ai pas voulu la retoucher ni la reposer, je la trouvais bien. Quand j'écoute ce morceau, je me revois sur la route avec les paysages qui défilent, en me disant que les jours passent trop vite et qu'il faut me laisser en profiter. Chez moi en Normandie, je vais me perdre tous les jours dans la nature. Je cours attraper le dernier rayon de soleil qui se couche sur la mer. Et c'est ça dont parle le morceau à l'origine, un homme face à la course du temps, des premiers rayons du matin au soleil rouge du soir. Avec Soom T, à la base on voulait carrément faire un EP ou un album. Je lui ai envoyé ce morceau pour qu’elle pose un truc, et elle a changé complètement de sujet. Sa partie évoque la spiritualité. Mais si on ne la connaît pas, on peut croire qu’elle parle d’une relation amoureuse, ça crée un magnifique décalage, une très belle histoire dont j'aimerais faire un dessin animé un jour !
Fatbabs : Pour jouer ce morceau tous les musiciens se sont désaccordés. Ce fut un sacré bordel mais c'est dans doute le morceau qui illustre le mieux cette relation que nous avons entre nous. On voit pas du tout la musique de la même manière et pourtant ensemble on s'éclate.


Pop Dem Bubble


Fatbabs : C'est un morceau très hip hop, très énergique. On a eu la chance de travailler avec un flûtiste beat box dessus.
Naâman : C'est la dernière chanson écrite et enregistrée. Je trouve le riddim excellent, Fatbabs et les Deep Rockers ont fait un taff incroyable. Pour moi, ça ressemble pas mal à Skanking, mais je n’avais pas envie de tomber dans un truc comme ça et en faire un deuxième. J’ai écrit ce morceau dans une cuisine dans l’ouest de la Jamaïque, en pensant à des gens que j’ai rencontrés en Inde. Il y a beaucoup de cultures où l’on croule sous le poids des règles et des traditions, particulièrement en ce qui concerne les castes. J’ai rencontré des gens qui avaient fui ça, et donc fui leur famille et ceux qu’ils aimaient mais qui ne comprenaient pas leurs choix de vie. Une fois que ces gens-là ont fait leur chemin, leur voyage et qu’ils se sont trouvés, ils deviennent paradoxalement ceux vers qui la famille va se tourner quand elle a besoin de soutien ou de parler.


Garden of Destiny feat. Massy The Creator & Triple


Naâman : Suite à un voyage en Chine, Fatbabs a ramené quelques vinyles chinois et s’est fait plaisir à s’en imprégner, et ça s’entend ! Le riddim est hallucinant, trop deep ! J’ai écrit le texte après une grosse discussion avec une amie palestinienne qui habite au Liban. C’est sorti dès la fin de la conversation ! C’est un appel au potentiel de chacun, à cette flamme intérieure. Les possibilités sont infinies si on se connecte à nous-mêmes. Every man is a temple ! Comment redonner foi à la jeunesse dans un monde où il n’y a plus de modèles, plus d’exemples, où on nous met depuis la naissance dans des boîtes, dans des écoles où on essaye de nous apprendre des choses aberrantes. La première fois que j’ai été en Jamaïque, j’ai atterri chez Joan, la copine de Massy à l’époque, qui travaille dans les droits d’auteur et était un contact de Soulbeats. Donc j’ai rencontré Massy comme ça direct le premier soir, et on s’est plus lâché ! Il m’a beaucoup accompagné sur l’enregistrement de Back A Yard. J’ai rencontré Triple la même année, le jour de Noël. Les fois où je suis revenu, on était tout le temps ensemble. Et musicalement, ça a été une petite révélation. Pourtant, quand je suis arrivé, Massy avait laissé tomber le chant depuis 10 ans, il se consacrait au beatmaking.
Fatbabs : C'est la deuxième prod dont je suis le plus fier. L'inspiration de ce morceau est venue de musique que j'ai ramené de notre voyage en Chine. L'idée était d'apporter trois univers musicaux différents sur chaque chanteur tout en gardant une cohérence sur l'ensemble du morceau. Au final c'est le titre le plus long de l'album. On l'a vu un peu comme un mini film de 8 min.


Hold On Steady


Naâman : Il est capital de garder en tête ses rêves. Quand on est petits, on en a plein, et à force de voir les adultes puis d’évoluer, beaucoup les abandonnent. Avec l’impression qu’il faut rentrer dans le moule. Mais il faut toujours y croire, ça va le faire.


Honey


Fatbabs : Ce morceau est dédicacé au reggaemen des années 70 qui apportent énormément de soul music dans leur reggae.
Naâman : Cette chanson parle d’un détachement par rapport à la relation amoureuse. Quand elle ne sera plus, ce n’est pas un problème car les souvenirs resteront ! Au final, merci pour le temps qu’on a passé ensemble. Si je dois partir maintenant, le moment puissant qu'on a passé, le feu qu'on a créé, demeurera lui présent à jamais dans les "constellations". C'est la gratitude !


Hopeful World


Naâman : J’ai un ami qui ne va pas bien depuis cinq ans, il est pris dans une espèce de spirale niveau santé qui le bloque. Il vient souvent chez moi et on parle de tout ça, c’est ce que je dis, "Last night pon my corner", et j’essaye de lui redonner de l’espoir, de lui montrer qu'il est sa propre solution. Cette chanson est ma réponse. Je suis convaincu que notre vie n’est pas vaine, quoi qu’il arrive, elle a énormément de valeur. Tout est en toi, à l’intérieur. Tu peux trouver un sens à chaque épreuve et arriver à tirer les bonnes leçons, même si des fois c’est difficile et qu’elles sont cachées.
Fatbabs : J'ai eu la chance sur ce morceau de bosser avec un percussionniste, ce qui apporte une vraie vibe au morceau. La guitare de Quentin en freestyle tout le long du track y est également pour beaucoup. Je suis plutôt content de l'atmosphère prenante du morceau. Si ça peut permettre de voyager quelques minutes ce sera pari gagné.


Let Me Grow


Fatbabs : J'ai composé ce morceau avec mon pote Etienne qui est avant tout kinésithérapeute mais aussi claviériste. Je l'adore ce titre,  surtout ce que Naâman a fait dessus.
Naâman : Sur le dernier morceau de l'album, je parle de la magie de l’amour parental, du cocon familial, de l’importance de l’éducation, d’apporter le meilleur à l’enfant pour qu’il se développe et s’élève au mieux. Les parents doivent prendre conscience à quel point leur rôle est important. Tous les gens qui ont eu un problème dans mon entourage, c’est lié à l’enfance : manque d’amour, de confiance… Je suis très reconnaissant envers mes parents. On n’a jamais roulé sur l’or, contrairement à ce que ma gueule peut faire croire (rires)… On a traversé quelques rudes épreuves avec toute ma famille, mais grâce à leur équilibre on a jamais manqué de rien. Je suis super reconnaissant de tout cet amour que j’ai reçu. Ma responsabilité est de grandir plus vite pour pouvoir en parler, pour les autres qui n’ont pas eu cette chance. Cet équilibre parfait que j’ai eu, je n’ai pas le droit de le gâcher.

publicité
commentaires
le 28/10/15 par Thoms
ça donne envie :)
le 29/10/15 par Youtss
Franchement, hâte de découvrir les sons de l album. Quand tu commence par écouter me nah feed up. How many rivers, Ce sont déjà des instru et paroles qui permettent de te poser et d'avoir la niak. Mais la rien que d'entendre Turn me Loose c est puissant, la musique permet d affronter les étapes de la vie et là, c'est le moment de prendre son sac à dos et se perdre dans des pays complètement différents avc Ray of résistance ça va donner que du positif big up naâman et tous les musicos derrière, du lourd ! Bon article, ça permet de poser une image sur chaque sons et l'écouter de manière differente
le 29/10/15 par Yules
Vraiment au top, une musique prenante, variée qui dégage des sentiments vrais et des lyrics qui donne envie d'avancer. Vous transmettez un truc magnifique a travers votre musique Big respect pour ce que vous faites. Merci pour cet album plein de Love et d'espoir. Scoop Scoop :)
le 31/10/15 par Portail Reggae
Sortie de l'album de Naâman aujourd'hui, une totale réussite. Tous les tunes sont excellents et ça respire le tube à chaque track. Quand on regarde de près les textes, on peut être fier que Naâman soit français car il envoie des hymnes à la terre entière. Ce gamin avec son sérieux et son smile de folie est en train de chambouler la donne. C'est émouvant de voir naître une étoile planétaire.

2.4/5 (40 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Naâman

Le Reggae est une musique très populaire en France qui a vu émerger de ...
20/10/15 - Reggae français

Naâman : Interview Beyond #2

Suite et fin de notre rencontre avec Naâman pour parler de son album ...
09/10/17 - Reportage

Naâman - Love is Allowed

Naâman dévoile le troisième extrait de son futur album, Beyond. Il a convié toute ...
29/09/17 - Clip

Reggae Radio