No Logo Fraisans
10/08/18 au 12/08/18
Reggae Sun Ska
03/08/18 au 05/08/18
Skarra Mucci & Conquering Sound
06/03/18 au 09/03/18
Zion D'Hiver 2018
23/02/18 au 24/02/18
Paiaka + Mahom
23/03/18 - Paris
JAHNERATION
24/03/18 - PARIS

Zion Hiver 2018

Derajah

Samory I Paul B

Mo Kalamity

Samory I

Trianon

Paiaka

No Logo

Junior Kelly

Reggae Sun Ska

Sara Lugo - Interview entre amis Sara Lugo - Interview entre amis
27/05/16 - Auteur(s) : Propos recueillis par Ju-Lion

La jeune Sara Lugo est partie à la conquête de la France ces derniers mois. L’Allemande a contaminé le public français avec son message d'amour intarissable lors d'une tournée aux quatre coins de l'Hexagone en première partie de Naâman. Forte de cette expérience, elle a sorti en avril dernier l'album Sara Lugo & Friends, une compilation qui rassemble les meilleurs featurings enregistrés au fil de sa carrière. Et ils sont nombreux ! Simple, souriante, humble et malicieuse, Sara ne fait pas que parler d'amour et d'unité... elle met ses idéaux en pratique ! Rencontre amicale avec ce nouvel espoir du reggae féminin européen.

Reggae.fr : Tu viens de terminer un grosse tournée en France en première partie de Naâman. Comment cela s'est-il passé ?

Sara Lugo : Cette tournée de quatre mois avec Naâman a été une superbe opportunité et une expérience géniale. Je tiens vraiment à remercier Naâman et son équipe 1001 Prods pour m'avoir donné cette chance de me produire dans tant de villes différentes alors que je démarre tout juste ma carrière en France. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec le public français, mais ça s'est finalement très bien passé. J'ai été surprise de voir à quel point les Français ont été réactifs à ma musique. J'ai vraiment senti une connexion avec eux sur la plupart des concerts malgré la barrière de la langue. Dans l'ensemble, la réception fut très bonne pour une première tournée dans un nouveau pays, et j'ai même aperçu quelques personnes qui connaissaient déjà les paroles de certaines chansons. J'ai adoré ça. Quand les gens connaissent ta musique, c'est encore plus facile d'installer une ambiance et de se connecter avec le public, même si on peut y arriver aussi avec de la nouvelle musique. Vous savez sans doute que mon thème de prédilection est l'amour et j'étais très heureuse de voir les réactions des publics quand je leur disais qu'ils étaient des soldats de l'amour et qu'ensemble on pouvait changer les choses en restant unis. Les gens se sont vraiment connectés à mon message. Je crois que j'ai de plus en plus de fans en France. Merci aux supporters français !



Tu as récemment sorti un album de collaborations, Sara Lugo & Friends. Comment est venue l'idée de ce projet ?
Sara Lugo & Friends est plus un projet parallèle qu'un véritable album. C'est une compilation. Au fil des années, la musique m'a emmenée dans des endroits où j'ai rencontré de très bons chanteurs et j'ai toujours aimé faire des duos avec des gens talentueux. J'ai donc naturellement collaboré avec beaucoup de ceux que j'ai eu l'occasion de rencontrer. J'ai trouvé que c'était le bon moment pour sortir une compilation qui rassemblait toutes ces collaborations avec bien sûr de nouveaux morceaux aussi. C'est aussi une manière de remercier ceux qui m'ont accompagnée sur ces titres. Et ça montre l'unité qui existe entre nous. C'est ce que je veux promouvoir. L'amour et l'unité.

Comment choisis-tu les artistes avec qui tu collabores en général ?
Je fonctionne beaucoup à l'instinct. Je suis mes sentiments quand je fais de la musique. Je travaille avec un autre artiste si je le sens bien. Si je ne le sens pas, je ne le fais pas. Je suis très ouverte à travailler avec différentes personnes et à explorer les genres quand il s'agit de musique. En fait, j'aime beaucoup travailler avec plusieurs chanteurs. Ça donne une énergie particulière et unique à chaque titre. Tout ça parce que chaque artiste a déjà sa propre énergie. Ça s'entend dans ses chansons si l'on y fait attention. Et le fait de mixer ces énergies permet d'en créer de nouvelles que l'on apprécie d'autant plus.



Jah9 est la seule femme présente à tes côtés sur cette compilation. Comment cela se fait-il ? Est-ce toujours aussi dur de s'imposer en tant que femme dans le milieu du reggae ?
En fait, Jah9 est tout simplement la seule chanteuse avec qui j'ai collaboré pour l'instant. C'est un hasard. C'est le destin. Je suis très heureuse d'avoir collaboré avec elle. J'aime beaucoup sa voix, ses paroles et sa façon de les délivrer. Jah9 est une grande artiste. A la base, j'avais une autre chanson en tête pour elle, mais elle n'a pas adhéré à 100 % au premier projet que je lui avais proposé. Donc j'ai décidé de partir sur quelque chose de plus positif et édifiant. Et ça a donné Rejoice. En ce qui concerne les femmes dans le milieu du reggae, je ne suis pas sûre que ça soit vraiment plus dur pour nous de nous en sortir. Ce n'est facile pour personne en fait. C'est un milieu très dur. On est confronté à de nombreuses situations complexes et il faut trouver des solutions tous les jours. Je considère que c'est la vie. En tout cas c'est ma vie. Je n'ai jamais rien connu d'autre. Et on reçoit tellement de choses positives que finalement, ça vaut le coup de galérer. Le milieu est dominé par les hommes c'est sûr, mais c'est aussi parce qu'il y a peu d'artistes féminines sur le marché. Pour qu'il y ait plus de femmes, on a besoin que les femmes qui arrivent dans le milieu soient fortes et qu'elles aient la volonté de se confronter à toutes les difficultés que cela implique de faire de la musique. Il faut aussi qu'elles aient une belle voix et de bonnes chansons bien sûr. Mais il y en a de plus en plus je trouve. Regardez ces deux dernières années tout ce qui s'est passé pour Etana, Jah9, Kelissa, Nattali Rize... On est de plus en nombreuses en fait !

Les Français sont représentés sur cet album par le groupe Phases Cachées avec lequel tu as enregistré un morceau hip-hop, Pour le plaisir. C'était la première fois que tu faisais du hip-hop ?

C'est effectivement la première fois que je sors un titre hip-hop. J'adore le hip-hop et quand je participe à des jam sessions, il y a toujours un segment hip-hop auquel je me joins avec plaisir. Ça se marie très bien avec le reggae. La connexion avec Cheeko, Volodia et D'Click s'est faite dès la première fois qu'on s'est rencontrés à Rouen. On a tout de suite su que ça allait juste être une question de temps avant que l'on ne collabore ensemble. Et ça a évidemment été un plaisir de faire cette chanson, comme son nom l'indique. Phases Cachées, ils sont géniaux. Ils sont très bons sur scène ! On va tourner un clip pour ce morceau très bientôt d'ailleurs.



On t'entend aussi sur un riddim dancehall aux côtés de Cali P avec Wine Now. C'était aussi une première pour toi ? Est-ce qu'on t'entendra plus sur ce genre d'instrus à l'avenir ?
Je ne fais pas trop de dancehall d'habitude. Mais j'aime ça, surtout en soirée pour m'amuser un peu et danser toute la nuit. Je préfère quand même le dancehall conscient. C'est vrai que Wine Now est ma première chanson vraiment dancehall. On l'a enregistrée il y a un moment déjà à Zurich avec Cali P. Après celle-là, j'ai fait un autre tune dancehall avec un artiste italien qui s'appelle Zuri. Il est présent sur l'album aussi, mais sur un autre morceau. Quand j'ai rencontré Cali P, il était dans une période très dancehall, donc j'ai essayé de m'adapter à son style pour voir ce que ça donnait. Je ne sais pas si je continuerai à faire du dancehall à l'avenir. Ce n'est pas vraiment ma priorité. Mais ça reste de la musique et on ne sait jamais ce qui peut se passer. Si je reçois un riddim dancehall que je trouve wicked, je poserai peut-être dessus. Qui sait ?

Il y a plusieurs reprises sur cet album. Comment les as-tu choisies ?

Il y a trois reprises. High & Windy des Paragons que j'ai refait avec Kabaka Pyramid. C'est ma première chanson reconnue à l'international. On l'a faite quand le site web Reggaeville a sorti son premier riddim. Parmi tous les titres posés sur la série, personne n'avait osé s'attaquer à l'originale. J'ai trouvé que c'était pourtant une bonne idée. Kabaka était d'accord avec moi alors on s'y est mis ! Il y a aussi Dubbing Is A Must avec Skarra Mucci. L'original est de Pablo Moses. C'est le label Oneness qui nous avait proposé ce riddim, le Rise Up. Dès que je l'ai entendu, je ne sais pas pourquoi j'avais la chanson de Pablo Moses dans la tête et impossible de m'en défaire. C'était comme ça. Et enfin, il y a Don't Stay Away de Phyllis Dillon. C'était l'idée de Joseph Cotton. On s'est retrouvés ensemble sur un show en Espagne à San Sebastian avec les Revolutionary Brothers il y a quelques années. Le lendemain, alors qu'on attendait notre voiture pour aller à l'aéroport, il m'a proposé de faire cette reprise parce qu'il trouvait qu'avec ma voix je me devais de reprendre Phyllis Dillon. C'est lui qui a choisi la chanson. Et comme je suis une grande fan de Phyllis Dillon, l'idée m'a plu. On s'est retrouvés plus tard à Paris pour enregistrer ensemble sur une adaptation du riddim par Manudigital.



On retrouve plusieurs artistes du mouvement Reggae Revival à tes côtés. Considères-tu que tu fais partie de ce mouvement et que penses-tu de ce terme qui a suscité quelques controverses depuis son apparition ?
Je me suis posée la même question plusieurs fois. Est-ce que je fais partie de ce renouveau ? En fait, j'ai constaté que ce mouvement appelé Reggae Revival rassemblait surtout des rastas. Je ne me considère pas rasta. Il y a beaucoup de bonnes choses dans le mouvement Reggae Revival, mais il est très connecté à Rastafari, donc je ne savais pas si je pouvais vraiment m'inclure dedans. Mais après y avoir réfléchi longtemps, je suis arrivée à une autre conclusion. En fait, le renouveau ou "revival" ne concerne pas uniquement le reggae et les rastas selon moi. C'est un mouvement général qui se développe actuellement. Cet espèce de réveil, de prise de conscience, cette envie d'évoluer de manière positive concerne beaucoup de monde. Ça touche tous les milieux. Pas seulement le reggae. On le voit aussi dans le hip-hop, dans la soul et dans d'autres genres. Et ça ne concerne pas seulement la musique non plus. Ça se développe dans les cœurs et les esprits des gens partout dans le monde. Les gens commencent à mieux s'alimenter, à vivre de manière plus saine, à voyager de manière raisonnée, à planter eux-mêmes leur nourriture etc. C'est un mouvement global. Les mentalités évoluent et les gens commencent à changer leur façon de vivre et cela a un impact sur les vies de ceux qui les entourent aussi. Donc, oui je pense que je fais vraiment partie du Revival. L'important c'est d'y contribuer en étant positif. Je suis une soldate de l'amour. Et l'amour est toujours la solution. C'est quelque chose que l'on doit se remémorer sans cesse et le rappeler aux autres en leur donnant toujours plus d'amour. Tout le monde joue un rôle dans ce renouveau en fait. Ce n'est pas juste un petit groupe d'artistes dont le nom vient de sortir. C'est chaque individu qui essaye de changer ce monde par ses actions. Les soldats de l'amour sont présents partout. Dans le monde entier.

Tu as des origines porto-ricaines. As-tu vécu là-bas ? La culture du pays t'influence-t-elle dans ta musique ?
Mon père est Porto-ricain, mais il a grandi au New Jersey. Moi je suis née et j'ai grandi en Allemagne, le pays de ma mère. Je pense que mon sang porto-ricain m'a donné la passion. La passion pour la musique, la vie et l'amour. J'ai le sang chaud. Ça fait de moi quelqu'un de très sensible qui réagit avec beaucoup d'énergie. Je pense que ça vient de mon sang porto-ricain.

Comment as-tu découvert le reggae ?
Dans ma famille. Surtout avec mon frère Nathan. Il a commencé à écouter du reggae très jeune et il avait une bonne sono dans sa chambre. Dès qu'il était à la maison, on entendait du reggae assez fort. Il y a aussi mon plus grand frère, Thomas, le premier de la famille, qui chante. Il a intégré un groupe en 2000 qui s'appelait Jamaram. Avec lui, j'ai découvert le côté live de la musique. Il me laissait venir aux concerts, aux balances, aux répétitions et aux enregistrements en studio. Il m'a même emmenée en tournée avec lui une fois. C'est grâce à lui que j'ai rencontré mon producteur Umberto Echo et toute la team de Oneness Records avec Morry (le bassiste de Dub Inc) et Benni. Un jour, Thomas a proposé que je fasse des chœurs sur un album de Jamaram. C'est là qu'Umberto Echo a entendu ma voix et peu de temps après, on a eu l'idée de travailler ensemble. Il a produit mon premier EP, Sara Lugo, en 2009, et mes premiers albums, What About Love en 2011 et Hit Me With Music en 2014. Il a aussi produit plusieurs singles entre temps qui se retrouvent notamment sur l'album Sara Lugo & Friends.



On sent une forte influence soul dans ta musique. Quels sont tes modèles et pourquoi as-tu choisi le reggae plutôt que la soul ?

La soul est clairement une grande influence et fait même partie de ma musique je dirais. J'aime ça ! Ça vient du cœur. Cette musique a une vibration à laquelle je me sens connectée. Les artistes qui m'ont particulièrement influencée sont Stevie Wonder, Erykah Badu, India.Arie et Lauryn Hill. Après, pourquoi le reggae ? Je ne sais même pas. C'est la vie qui m'a amenée là. C'était mon destin. Peut-être que je prendrai un autre chemin un jour, mais honnêtement je ne penses pas. Je ne pourrais pas vivre sans le reggae. J'aime tellement l'énergie qu'il véhicule.

Que ferais-tu dans la vie si tu n'étais pas chanteuse ?
Je travaillerais sûrement avec les enfants. Après tout, ce sont eux le futur. On a besoin de bien les éduquer !



Quels sont tes prochains projets ?
On va sortir quelques clips prochainement. Un avec Phases Cachées et un avec Ras Muhamad. On va aussi sortir une édition spéciale du single Really Like You avec Protoje car cette chanson a eu beaucoup de succès. Et je vais bientôt commencer à travailler sur mon troisième album. On a pas mal de concerts à venir cet été. On va jouer au Mexique, en Pologne, en Allemagne, en Espagne, en France bien sûr, et même en Californie. J'espère vous croiser sur la route !

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.3/5 (17 votes)

  • Currently 3.00/5
3.0/5 Evaluation Reggae.fr
Sara Lugo

C'est l'une des plus belles représentantes du reggae féminin en Europe. Sara Lugo mélange ...
20/05/15 - Roots

Sara Lugo R.Valentine - Growing a Jungle

Sara Lugo et Randy Valentine font pousser une véritable jungle dans leur salon avec ...
12/02/18 - Clip

Sara Lugo & Jah9 - Rejoice

Ce n'est pas tous les jours qu'on a droit à un featuring 100% féminin ...
26/02/16 - Clip

Reggae Radio