No Logo Festival
09/08/19 au 11/08/19
No Logo BZH
09/08/19 au 11/08/19
Reggae Sun Ska #22
02/08/19 au 04/08/19
Nomade Reggae Festival
02/08/19 au 04/08/19
Bagnols Reggae Festival
25/07/19 au 27/07/19
ERVA Festival - 5e Edition
05/07/19 - Anneyron
Rototom Sunsplash
16/08/19 - Benicassim
Pyrène Festival
05/07/19 - Bordes
DUB STATION FESTIVAL
28/06/19 - Vitrolles
BIG REGGAE FESTIVAL
10/07/19 - JUAN LES PINS

DUB STATION FESTIVAL

Pyrene

BIG REGGAE FESTIVAL

Revivres Festival

Rototom

ERVA

Bagnols Reggae Festival

RSS

No Logo

No Logo BZH

Dub Camp 2016 - Part 2 Dub Camp 2016 - Part 2
01/08/16 - Auteur(s) : Ju-Lion ; Photos : Kevin Buret (On The Roots)

Après le récit des deux premières journées de festival, l'aventure Dub Camp continue sur Reggae.fr avec la suite et fin de notre reportage sur l'édition 2016.



Le samedi réserve également son lot de surprises. C'est la journée qui aura attiré le plus de monde à Carquefou. Le festival est complet aujourd'hui. Et pour cause, les têtes d'affiche sont de sortie. OBF, Stand High Patrol et Iration Steppas, qui sont pourtant des habitués de l'évènement, attirent toujours autant de monde sous la Sound Meeting Arena.
Les sessions très roots de Roots Meditation Sound System, Jah Massive et Freedom Masses ne laissent personne indifférent dans la Outernational Arena, mais c'est encore la Dub Club Arena qui retient le plus notre attention.
Les légendes Jah Observer et Coxsone Outernational se succèdent chacun dans leur style. Spyda sélectionne d'abord avec soin ses vinyles sur la sono d'Agobun Sound System particulièrement adaptée au style du vétéran jamaïcain. Quelques dubplates gravés sur acétate agrémentent le set de l'Observer avant de laisser la place à Coxsone qui, même s'il ne convainc pas la plupart des festivaliers plutôt orientés dub, nous fait à nous un sacré effet. Festus et Donovan Kingjay passent par tous les styles : rocksteady, roots, dancehall, dub, et jouent uniquement exclusif. Lloydie Coxsone n'est pas là, mais les specials s'enchaînent. Les connaisseurs apprécient un puissant Beenie Man posé sur un Stalag venu d'ailleurs et s'affolent lorsque Festus nous promet un tune de Buju jamais dévoilé. L'annonce attire les curieux, mais ce n'est pourtant pas Buju que l'on entend chanter. Le selector avait prévu son coup. Une fois le public amassé devant lui, il nous donne juste un avant-goût du track et le pull up immédiatement avant de passer à autre chose. La frustration s'installe mais elle sera de courte durée. Coxsone se décide enfin à lâcher le tune tant attendu. Un roots stepper intense où le Banton s'en donne à cœur joie. Le titre est ensuite décliné en deux dubs et sera même rejoué en toute fin de set. C'est aussi ça la beauté du sound system, lorsqu'un seul titre illumine une session entière !
Après les warm-ups d'Ubik Sound et Sinai sound, ça s'enchaîne rapidement sous le plus grand chapiteau du festival. Stand High Patrol donne deux sets d'une heure sur la sono d'OBF. Les dubplates des  muskateers et les improvisations de Pupajim au chant et de Merry à la trompette assoient une fois de plus la réputation du sound breton toujours aussi original. Quelques titres du dernier album (notamment No Matter How Long It Takes et Ruckus) déclenchent de vives réactions. Plus tard, OBF et Iration Steppas se la jouent en dub fi dub. OBF répond avec White Mice (Try A Thing) au puissant Eek A Mouse de Mark Iration (Do You Remember). Les Franco-Suisses sont bien entourés des MCs Sr Wilson et Shanti D et c'est le fidèle Danman qui renforce l'équipe anglaise. Le saxophoniste Jahzz s'autorise quelques notes sur les riddims d'OBF tandis que le virtuose du violon Ras Divarius lâche l'énorme Gypsy Dub pour le plus grand bonheur de Mark Iration et du public complètement acquis à sa cause.
Au même moment, la pression ne redescend pas sous le chapiteau Dub Club. Session familiale ! Aba Shanti I enchaîne juste après le set inédit de son frère Blood Shanti à la batterie et au chant s'il vous plaît. Une première sur un sound system pour l'Anglais qui avoue avoir apprécié. Quant à Aba, qui ne joue qu'en CD ce soir-là (il réserve les sélections vinyles à sa sono), il est particulièrement en forme et même s'il joue ses tunes habituels, dont l'indémodable Victory de Dubaksm, il électrise littéralement l'audience avec ses interventions vocales mystiques.



Daddy Reggae & Ras Digby







Agobun Sound System



Jah Observer





Sinai Sound





Iration Steppas ft. Danman





Coxsone Outernational





OBF ft. Shanti D & Sr Wilson











Stand High Patrol







Blood Shanti & Fuzzy Dee






Aba Shanti I




Dimanche, c'est la dernière occasion pour nous de déguster les différents mets proposés par les stands, tous très variés et sans doute soigneusement sélectionnés par les organisateurs. Chaque food truck est différent et propose des produits locaux, bios pour la plupart. On apprécie également la vente de fruits et légumes bios sur le camping. Une démarche non négligeable dans un festival de quatre jours où bien s'alimenter est primordial pour soutenir le rythme effréné imposé par les nombreux artistes programmés.
Ce dernier jour, le site de la Vincendière est à nouveau le théâtre de grands moments musicaux ! Les nombreux déçus par la défaite de la France en finale de l'Euro contre le Portugal ont de quoi se consoler après la diffusion du match sur le camping. Difficile de choisir et l'on passe à nouveau d'un chapiteau à l'autre avec (décidément !) une nouvelle mention spéciale au Dub Club qui accueille sans doute la programmation la plus cohérente de la journée.
La sono de Dub Addict y voit en effet défiler Nucleus Roots et Megadread qui nous impressionne au micro, les Sud-Africains de Kebra Ethiopia et leurs danses fédératrices, le terrible duo Dub Dynasty avec la grande Christine Woodbridge d'Alpha & Omega à la basse, les infatigables Zion Train et leur dub tranchant et enfin le phénomène français Panda Dub. Non content de ravir le public sur le set final de Dub Addict, le chanteur Joe Pilgrim prendra le micro avec Dub Dynasty et Panda Dub pour le plus grand plaisir des festivaliers amateurs de chant.
Ces derniers en ont d'ailleurs eu pour leur argent lors de cette session dominicale puisque le Jamaïcain Earl 16 se produit également du côté de la Outernational Arena accompagné de Crucial Alphonso juste après une sélection pointue des Japonais de Pirates Choice rejoints par Ras Digby pour l'occasion sur la sono des locaux de Zion Gate Hi-Fi qu'on ne présente plus et qui fera intervenir Ras McBean.
Les fans de voix féminines sont également comblés par le superbe plateau concocté par Blackboard Jungle qui regroupe quatre chanteuses l'après-midi sous la Sound Meeting Arena. Une session internationale avec l'espagnole Ines Pardo, l'Anglaise Sista Lexxy, la Capverdienne Nish Wadada et la Française Mo'Kalamity également originaire du Cap Vert. Les sistas se succèdent l'une après l'autre, faisant les chœurs les unes des autres et intervenant de temps à temps sur les riddims de leurs consœurs. Le sublime Jah Name de Mo'Kalamity fait son effet !
Plus tard dans la soirée, Blackboard partage son temps avec Kibir La Amlak à la sono particulièrement agréable à écouter, et les jeunes de Kiraden au set plutôt énervé qui contraste avec le mysticisme de leurs compagnons. Le nom du sound dijonnais est pourtant sur toutes les lèvres et ses interventions resteront des temps forts du week-end.



Dub Addict Sound System





Zion Gate Hi-Fi





Nucleus Roots & Megadread





Blackboard Jungle / Kibir La Amlak / Kiraden



Ines Pardo



Nish Wadada



Blackboard Jungle



Mo'Kalamity



Sista Lexxy



Pirates Choice





Kiraden Sound System





Dub Dynasty





Earl 16 & Crucial Alphonso







Kibir La Amlak





Zion Train ft. Dubdadda





Panda Dub







Cette troisième édition du Dub Camp est sans aucun doute la plus belle et la plus réussie. Il n'est pas aisé de se renouveler lorsqu'on organise un festival uniquement dédié aux cultures sound system et reggae. Même si certains sounds sont programmés chaque année, l'association Get Up! leur propose toujours un concept différent pour ne pas lasser les festivaliers. Et ça fonctionne ! Désireuse de mettre en avant la culture sound system, elle a aussi réussi le pari d'ouvrir des réflexions sur ce mouvement qui peut paraître primaire aux premiers abords, en mettant en avant son histoire à travers des conférences et des expositions photos. On a déjà hâte de savoir ce que les organisateurs nous concoctent pour l'année prochaine. La quasi-totalité des grands noms du sound system étant déjà passés par la case Dub Camp, il va falloir être créatif, mais on a confiance. Longue vie au Dub Camp !

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.6/5 (17 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Stand High Patrol

Après avoir écumé les sessions sound system de France et d’Angleterre, ROOTYSTEP et MAC ...
14/01/15 - Dub

Stand High Patrol - My Research

Stand High Patrol sortira son nouvel album The Shift le 26 mai prochain. Le ...
07/04/17 - Clip

Stand High Patrol - Interview inédite

Ils se confient rarement à une caméra. L'équipe de Stand High Patrol a pourtant ...
06/01/17 - Reportage

Reggae Radio