Danakil en tournée
06/10/17 au 16/12/17
Yaniss Odua en tournée
30/09/17 au 16/12/17
Inna De Yard, Congos, Ken Boothe
29/09/17 au 28/10/17
Alborosie & Friends
19/11/17 - PARIS
DEMOLISHA LIVE PARTY #2 avec Taïro etc
11/11/17 - Montreuil (2 min à pied du metro)

FDM

Collie Buddz

Inna de yard

Demolisha

Alborosie

Pyrprod

Yaniss en tournée

Danakil en tournée

LMK - Interview Highlights LMK - Interview Highlights
28/09/17 - Auteur(s) : Propos recueillis par JuLion ; Photos : Andréa Dautelle & DR

Elle nous avait bluffés par son aisance scénique, sa maturité vocale et sa maîtrise de l'anglais à à peine 18 ans quand nous l'avions découverte. Aujourd'hui âgée de 23 ans, LMK a depuis bien évolué et sortira le 6 octobre un nouvel opus beaucoup plus pop que ce à quoi elle nous avait habitués. Toujous plus à l'aise avec sa musique, elle s'émancipe et répond à nos questions pour revenir sur les moments phares qui ont abouti à l'album Highlights.

Reggae.fr : Commence par nous présenter ce nouvel album.
LMK :
Highlights à été enregistré sur deux ans dans le studio des producteurs Digital Cut. Il est crossover entre reggae, hip-hop et dancehall avec une grosse influence pop. Je pense que l’influence pop est ce qui le différencie vraiment de mon premier album qui était plus underground et plus typé reggae et bass music. 

Sur ton premier album, tu avais collaboré avec plusieurs beatmakers. Cette fois c'est la même équipe qui a composé tous les riddims. Comment en es-tu arrivée à ce choix et cela a-t-il influencé ton travail d'enregistrement ?

J’ai mes petites habitudes d’enregistrement mais c’est vrai que quand on travaille avec un seul et même producteur on va prendre un peu des siennes aussi ! Les gars de Digital Cut m’avaient contactée il y a deux ans pour travailler avec moi sur un morceau qu’ils voulaient mettre sur un de leurs projets, ça a donné le titre Won’t Let You Go. Comme la collaboration s’est bien passée, on a décidé de faire tout un album ensemble et du coup je leur ai piqué le titre pour Highlights. J’ai été aiguillée dans l’enregistrement des morceaux autant par mon manager Doan, avec qui j’ai coécrit tous les morceaux, que par Digital Cut qui sont principalement intervenus sur le côté technique des vocaux (justesse, harmonie, rythme etc). J’étais déjà assez exigeante envers moi-même en studio, mais là c’était encore un niveau au-dessus ! Je me rappelle avoir passé des heures et des heures à faire des chœurs pour qu’ils soient le plus juste possible, ça a vraiment été prise de tête par moment mais ça m’a fait progressé et quand j’entends le résultat je suis contente d’y avoir passé autant de temps.



Ton premier album avait déjà un petit côté urbain, mais on sent que tu cherches encore plus à t'éloigner du reggae pur et dur sur celui-ci... N'est-ce pas ?
Oui c’est vrai. Après je ne me suis jamais cachée d’avoir beaucoup d’influences et de ne pas m’arrêter au reggae, même à l’époque de Musical Garden. J’écoute énormément de musique de tous horizons et il serait tellement frustrant de ne s’arrêter qu’a un style.

Il y a même des sons carrément pop, voire dance music avec des influences très années 90. Vas-tu dans cette direction pour toucher un public plus large ou est-ce vraiment la musique que tu as envie de faire ?
Un peu des deux. Après je ne serais pas allée jusqu'à dance music (rires), mais c’est vrai qu’il y a une grosse influence pop dans l’album. Disons que j’ai des goûts aussi bien très underground que main stream. Je peux tout autant écouter un artiste comme Aba Shanti que le dernier son de Drake ! Après ce serait mentir de dire que je ne souhaite pas toucher un public plus large... En tant qu’artiste, j’ai envie que ma musique dépasse le plus de frontières possible.

 

"Je peux tout autant écouter un artiste comme Aba Shanti que le dernier son de Drake"

Le titre de l'album, Highlights, est sans doute censé faire référence à des moments phares de ta carrière ou de ta vie. Pourquoi abordes-tu quand même des thèmes plus sombres comme la rupture amoureuse (So Real) ou la difficulté d'être une femme dans le milieu musical (Où sont nos go) ?
Tout simplement car les thèmes sombres font tout autant partie des moments phares de ma carrière ou de ma vie. J'aborde beaucoup de choses dans cet album comme mon ascension dans le milieu de la musique, les difficultés que j’ai pu rencontrer comme les moments de bonheurs. Mais aussi des expériences de la vie quotidienne ou sentimentale qui peuvent parler à tout le monde

Tes textes sont souvent tournés vers l'espoir, le besoin de se battre pour s'en sortir avec un petit côté egotrip. Rencontres-tu des difficultés particulières dans ta carrière ou dans ta vie qui te poussent à écrire ce genre de textes ?
Je pense que l’espoir et l’envie de réussir sont des sentiments incontournables dans la vie de chacun. Néanmoins, il est vrai que le chemin que j’ai pris n’est pas le plus simple. Même si rien n'est facile pour personne, ce milieu demande un mental de guerrier pour réussir. 


Sur le titre avec Taïro (Où sont nos go), on t'entend chanter en français. Est-ce Taïro qui t'a poussée dans ce sens ?
En effet, Taïro m’a motivée a faire ce morceau en français même si l’idée de chanter dans ma langue natale trottait dans ma tête depuis un petit moment. Je me suis dit qu’un feat avec un artiste comme Taïro était l’occasion parfaite pour me mettre le pied à l’étrier, d’autant plus qu’il m’a donné de précieux conseils concernant l’écriture.

Un titre sur deux de cet album est un featuring. Pourquoi autant et comment se sont passées les rencontres avec les artistes ?
Je n’avais pas beaucoup de featurings sur mon précédent album du coup j’ai voulu me faire plaisir sur celui-là ! On a enregistré tous les feats ensemble sauf Billy Danze & Mann de MOP. Je me rappelle avoir halluciné sur l’efficacité de Gavlyn en studio. Elle a écrit et posé son couplet en à peine trente minutes. C’était impressionnant !

On commence à te connaître depuis trois ou quatre années maintenant. Tu as pas mal évolué depuis tes débuts. Quel regard as-tu sur la LMK des débuts ? Es-tu devenue celle que tu voulais devenir ?
C’est vrai que ça commence à faire un moment qu’on se croise ! J’ai un regard plein d’affection pour la LMK des débuts car je me rends compte que j’étais vraiment très jeune. Ça fait quatre ans que ce projet existe mais j’ai vécu tellement de choses, des hauts et des bas, qui m’ont permis de gagner en confiance autant en ma musique qu’en moi-même. Je ne sais pas si je suis devenue la personne que je voulais être mais en tout cas je suis heureuse et j’espère encore évoluer tout au long de ma vie.

publicité
commentaires
le 28/09/17 par anto
BIG UP ! Hate de l'écouter, surtout le feat avec Taïro....

3.0/5 (3 votes)

  • Currently 3.00/5
3.0/5 Evaluation Reggae.fr
Reggae Radio