Danakil en tournée
06/10/17 au 16/12/17
Yaniss Odua en tournée
30/09/17 au 16/12/17

Marc Salomon

Danakil en tournée

Yaniss en tournée

Erik Arma - Interview Citoyen du monde Erik Arma - Interview Citoyen du monde
12/10/17 - Auteur(s) : Propos recueillis par Ju-Lion ; Photos : DR

Les fans de Broussaï avaient apprécié l'escapade solitaire de Tchong sur l'album très urbain Influence, ils seront sans doute tout aussi ravis de découvrir l'univers d'Erik Arma, la deuxième moitié du groupe. Le chanteur à la voix douce a sorti le 6 octobre dernier un opus très personnel, invitant au voyage et explorant de nouveaux styles musicaux. Rentrez dans le monde intimiste d'Erik avec cet interview consacrée à l'album Citoyen du monde.

Reggae.fr : Après Tchong en 2014, c'est à ton tour de dévoiler ton projet solo. D'où vient l'envie de sortir un album solo quand on fait partie d'un duo ?

Erik Arma : Après 15 ans de vie de groupe et 5 albums studio avec Broussaï, l’envie m’est venue assez naturellement de réaliser un projet plus personnel, sans concession. Je me livre donc plus que jamais auparavant dans cet opus, en abordant sur certains titres des thèmes comme l’amour, les joies que j’ai pu rencontrer, mes réflexions sur le sens de l’existence, mais aussi l’absence, la perte de mon père, les hauts et les bas que j’ai traversés pendant toutes ces années… ma vie quoi !

Y a-t-il des sujets ou des univers musicaux sur cet album que tu ne te serais pas permis d'explorer avec Broussaï ?

Oui, cet album n’est pas que reggae, je me permets d’ouvrir vers des styles plus soul comme Gimme your Hand ou Live to the Full, ou même chanson intimiste acoustique comme sur Avant de partir ou Rester digne. Ces différentes atmosphères permettent de mettre en valeur chaque composition et relèvent une certaine sensibilité en apportant une variété à l’album dans son ensemble. C’est effectivement quelque chose que nous n’aurions pas fait avec Broussaï car ce sont des univers qui me correspondent mais qui ne ressemblent pas forcément aux autres membres du groupe.

On a l'impression que tu livres des textes plus personnels... Le collectif pousse-t-il à être plus militant ? Et inversement un projet solo pousse-t-il à écrire des textes plus introspectifs ?
Oui je pense effectivement que le projet solo pousse à livrer des choses plus personnelles, mais je dirais plutôt que c’est le fait d’écrire des chansons plus introspectives qui pousse à faire un projet solo (rires). Après, cet album se veut également engagé, par exemple Rester digne parle des sans-abris. C’est pour moi insupportable que dans un pays aussi riche que le nôtre, qui dépense régulièrement des millions dans des futilités, il y ait tant de gens laissés pour compte, qui dorment dehors malgré eux ou n’ont pas de quoi se nourrir. Depuis des dizaines d’années, on compte sur les assos et la charité des gens pour régler ces problèmes alors qu’à mon sens cela devrait être une priorité de l’Etat. Citoyen du monde, le titre éponyme de l’album, parle également de la notion de frontière et des problème de migrations actuels. A mon sens, quand on est capable de mettre toute sa famille sur un bateau de fortune, ce n’est pas une question de confort, mais de survie. Nous ne pouvons pas fermer la porte à des gens qui essayent de sauver leur famille et leurs enfants. Je considère que notre devoir est de les accueillir sans avoir la mémoire courte car il y a quelques dizaines d’années c'étaient nos grands-parents qui fuyaient le nazisme. Plus généralement par rapport au choix du nom de l’album, je pense qu’aujourd’hui bien des maux de notre époque sont liés au fait que nous réagissons « nationalement » alors que les plus grands défis qui s’imposent à nous aujourd’hui nécessitent une réponse internationale globale. Par exemple, nous n’arriverons pas à gérer des problèmes cruciaux comme le réchauffement climatique si l’ensemble des pays du globe ne marchent pas dans le même sens. 



On décèle quelques textes plutôt tristes, notamment Avant de partir. Sont-ils basés sur des expériences personnelles ?

Je pense qu’il y a deux manière d’écrire des chansons : l’une où c’est toi qui va la chercher, l’autre où c’est elle qui vient te chercher. Je veux dire par là que soit tu réfléchis et tu cherches à écrire une chanson, soit c’est la vie, ce que tu traverses, qui te fait l’écrire. Avant de partir est le texte le plus personnel que j’ai jamais écrit car c’est un hommage à mon père. Je l’ai perdu il y a quelques années dans des conditions longues et très difficiles à l’étranger. J’étais très proche de lui et ça a été une épreuve très compliquée pour ma mère et moi. On dit souvent qu’on devient réellement adulte le jour où l’on a un enfant ou lorsque l’on perd l’un de ses parents… J’ai vécu les deux la même année. Ce sont des choses qui bouleversent énormément, qui font prendre conscience que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais bien une succession d’eaux calmes et de tempêtes. La musique est un magnifique moyen d’exprimer nos joies, mais peut-être aussi un exutoire pour nos peines. Comme vous l'aurez compris, ma vie a fait que bon nombre de chansons de cet album sont venues me chercher.


"Je me livre donc plus que jamais auparavant dans cet opus"


Tu fais souvent référence au départ, à la fuite, à l'exil, au voyage... Des thèmes proches mais qui peuvent avoir des significations différentes... Est-ce ça le dénominateur commun de toutes les chansons de cet album ?
Oui bien vu, c’est un peu le fil conducteur du disque. Depuis que je suis ado, j’ai toujours rêvé d’évasion donc de départ, d’échapper à un quotidien de vie « conventionnelle » donc quelque part une fuite, ce qui m’a mené sur une trajectoire de vie « marginale » entre musique et voyage. Le mot « partir » est un dénominateur commun de l’album, c’est d’ailleurs pour cela que tu me vois de dos avançant dans le désert sur la pochette. C’est vrai que je considère qu’on se sent difficilement plus en vie, dans l’action, dans le moment présent, que lorsqu’on voyage. Aller voir ailleurs ouvre nos horizons, nos façons de penser, nous donne d’autres angles de vue pour être plus juste dans nos réflexions. C’est une des choses qui permet à mon sens de se sentir « Citoyen du monde ».



La chanson Ne m'en veux pas est très touchante. Fais-tu référence à une vie de musicien où un mari ou un père est souvent absent ?
Oui, la vie de musicien est faite de départs et donc aussi d’absence. C’est une chanson que j’ai écrite pour mon fils qui pleurait beaucoup quand il voyait que j’allais partir. Le simple fait de me voir faire ma valise, il savait… Je lui ai donc écrit « Ne m'en veux pas si demain je dois partir… » Comme pour la plupart des morceaux de ce disque, je puise l’inspiration dans des expériences très personnelles, mais j’aime laisser le texte le plus ouvert possible pour que chacun puisse se l’approprier, l’interpréter par rapport à sa vie et donc laisser la possibilité de multiples lectures. Par exemple, pour moi celle-ci est adressée à mon fils, mais pour d’autres ça sera un gars qui doit quitter sa copine, un ado qui part de chez ses parents… J’avais d’ailleurs poser la question aux fans sur les réseaux sociaux, et j’avais eu une multitude d’interprétations. Pour résumer, je m’efforce au travers d’expériences personnelles de donner à mes chansons une portée universelle.

Il y a des morceaux chantés exclusivement en anglais. Sauf erreur de notre part, il s'agit d'une première pour toi. Qu'est-ce qui t'a poussé à tenter l'expérience ?
D’abord il y a le fait que l’anglais ne sonne pas comme le français et apporte donc une autre musicalité. Il est vrai également que les histoires d’amour (Gimme your Hand) ou des thèmes plus consensuels comme Peace m’ont semblé plus facile à écrire en anglais car je trouve que cette langue est en général plus compatible avec la simplicité. Enfin, pour un disque intitulé Citoyen du monde, qui se veut donc « internationaliste », il était pour moi essentiel que certains titres soient écris en anglais afin de pouvoir être compris de tous.



Le morceau Si seulement se démarque par son côté plus urbain que le reste de l'album. C'est une instru que Tchong aurait pu utiliser sur son album solo... A-t-il joué un rôle dans ce morceau ou sur d'autres de l'album ?
Non, il n’a pas joué de rôle particulier dans cet album outre le fait de m’encourager, m’aider sur certaines choses et de me donner parfois des avis. Mais c’est assez logique car l’idée n’était pas de faire un album de Broussaï solo (rires). Si seulement est plus urbain, et un peu dub dans le mix mais sonne aussi très vintage avec des clavinets, guitares, cuivres et orgues qui pourraient rappeler des morceaux comme Superstition de Stevie Wonder, c’est un savant mélange né d’une collaboration avec Dubmatix.

Et les autres membres de Broussaï ? Sont-ils impliqués dans cet opus ?
Le seul membre à être réellement impliqué dans ce projet est Reynald Litaudon, le bassiste de Broussaï, qui m’a entouré pour les arrangements du disque et qui sera également à la basse en live.

As-tu travaillé uniquement sur les textes ou également sur la composition des instrus ?
Comme on l’a évoqué, c’est un album où je me livre totalement. J’ai écrit et composé entièrement l’album à l’exception de deux instrus : l’une étant une collaboration avec Dubmatix (Si seulement), l’autre étant une compo de mon collègue Reynald (Peace). Après, j’ai eu la chance de pouvoir m’entourer de musiciens exceptionnels qui ont tous contribué et apporté leur touche lors des sessions d’enregistrement. Certains comme les guitaristes Jo Cocco et Jawad Oumama, le pianiste Thibaud Saby ou encore le saxophoniste Julien Chignier ont même co-arrangé certains titres.

Explique nous le choix de tes featurings ?
Ce sont les rencontres et les talents de mes acolytes qui m’ont poussé à les solliciter. J’ai pu rencontré Johnny Osbourne lors d’un concert à Lyon au Sirius organisé par Reynald. Il était froid de prime abord, mais lorsqu’il a entendu Peace, il a tout de suite été inspiré et nous sommes allés au studio l’enregistrer dès le lendemain ! Le clip immortalise d’ailleurs cette incroyable journée. Ensuite, nous avons avec Broussaï partagé la scène plusieurs fois avec Jahneration lors de la période de construction du disque. Ici et maintenant est le dernier titre que j’ai composé juste avant l’enregistrement de l’album. Ils ont accroché et accepté tout de suite la proposition. Enfin pour Dubmatix, c’est un peu plus le hasard car nous nous sommes rencontrés plusieurs fois en festival, et sa patte m’a intéressé. Je lui ai demandé de m’envoyer des séries d’instrus, et je suis tombé sur celle-ci (Si seulement) dont le mélange vintage/moderne collait bien à l’ambiance de l’album. Nous avons ensuite travaillé à distance, j’ai même réécrit en partie le texte suite à nos échanges, et j’ai enfin proposé à Djul, le guitariste d’Alpha Blondy, de poser un chorus de gratte à la Hendrix, à découvrir !



Le dernier titre, J'avance, est très surprenant avec une intro piano-voix et une transformation en ska. Pourquoi ce contraste si saisissant ? C'est venu de ta part l'envie de chanter sur du ska ? On aurait pu s'attendre à un titre plus festif, mais ce n'est pas le cas n'est-ce pas ?
Le titre J’avance est également très introspectif, je raconte ma vie depuis la naissance donc je trouvais intéressant de démarrer sur quelque chose de très intimiste pour faire partir le tout en ska lorsque arrive le 1er « J’avance ». Il est dansant, mais effectivement plus poignant que festif. Il parle de grandes étapes de la vie, des hauts et des bas que l’on traverse en gardant toujours en tête de tenir bon et d’avancer avec espoir.

Pour finir, peux-tu nous donner des nouvelles de Broussaï ? Prévoyez-vous un nouvel album prochainement ?
Oui nous sommes actuellement en phase de composition d’un nouvel album qui devrait voir le jour à la fin de l’année prochaine...

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

3.0/5 (2 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Erik Arma

Auteur-compositeur depuis l'âge de 15 ans, le chanteur Erik Arma s'est forgé une ...
04/07/17 - Reggae français

Erik Arma Jahneration- Ici et maintenant

Profiter de sa liberté et de l'instant présent, voilà le message d'Erik Arma et ...
25/09/17 - Clip

Reggae.fr Unplugged avec Erik Arma

Erik Arma, l'un des deux chanteurs de Broussaï, sortira son premier album solo le ...
14/09/17 - Reportage

Reggae Radio