Jamanah
24/11/18 au 16/02/19
Protoje ON TOUR
26/10/18 au 24/11/18
Biga Ranx On Tour
21/09/18 au 14/12/18
SOOM T + Omar Perry
22/11/18 - Paris
Anthony B. SOUND SYSTEM SHOW
08/12/18 - Avignon (Châteauneuf de Gadagne)
Manudigital
15/12/18 - Paris

jamanah

Protoje

Clash Paris Sound

Biga Ranx

Parker Place

Mr Vegas

Soom T Omar Perry

Anthony B

Entretien exclusif avec Samory I Entretien exclusif avec Samory I
07/03/18 - Auteur(s) : Propos recueillis par Ju Lion; traduit par LN

On l'avait vu débarquer fièrement avec l'excellent Rasta Nuh Gangsta il y a un an, Samory I a su ensuite confirmer tout l'espoir que l'on plaçait en lui avec son album Black Gold, et le son lourd qui le caractérise, décontracté, particulièrement bien produit, avec une voix identifiable hors du commun et une écriture à la fois sage et aiguisée. Cette nouvelle star du reggae jamaïcain commence sa tournée européenne à partir de demain. Il sera notamment de passage à Massy ce jeudi 8 mars, à Colmar le 9, à Paris le 18 et au Blanc Mesnil le 25. Samory I passera également par Zurich, Genève, Amsterdam, Berlin ou encore Stockholm.

Entretien avec celui que les férus de reggae roots attendent avec impatience en France !

Reggae.fr : C’est la première fois que tu te produis en France. Les amateurs de reggae ne te connaissent pas vraiment, en dehors de tes sons. Peux-tu te présenter, nous dire d’où tu viens, comment tu as commencé dans la musique etc ?
Mon nom de scène est Samory I mais mon vrai nom c’est Samory Tour Frazer. J’ai grandi à Kingston en Jamaïque. J’ai 28 ans. J’ai commencé à chanter très jeune dans un groupe dans le cadre de l’église. Grandir dans le ghetto était dur, avec beaucoup d’influences négatives et peu de choses qui pouvaient mener sur un bon chemin.



Justement, sur le morceau Rasta Nuh Gangsta, tu racontes l’histoire d’un badman qui devient rastaman. Est-ce que c’est ton histoire ?
Non, je n’ai jamais été moi-même ce qu’on pourrait appeler un badman. Mais bien sûr que ce morceau est quand même inspiré de mon histoire personnelle.

Tu as réalisé le superbe album Black Gold avec Rory Stone Love. Peux-tu nous en raconter un peu plus sur cette collaboration ?
Ma manageuse Bridgett Anderson m’a présenté Rory en 2014. J’ai alors auditionné dans son studio en freestylant sur Take Me Oh Jah. Il a été très impressionné par la façon dont je sonnais. A partir de là on a commencé à travailler ensemble. Cela dit sur l’album, j’ai également écrit quelques chansons et collaboré avec Dave Clarke ainsi que Tamoj et Makean.

Au niveau du choix des riddims comment cela s’est-il passé ?
A ce niveau-là Rory est le seul producteur de l’album. Lui et moi avons chacun sélectionné un certain nombre de riddims. Ensuite je chantais dessus et on retravaillé les riddims autour des mélodies.


"Il est très important que nous ne cessions jamais de rappeler tous les combats que l’homme noir a dû endurer dans l’histoire"


Avez-vous enregistré tous les morceaux avec les mêmes musiciens ? Car on ressent une certaine unité entre toutes les chansons.
Le groupe de musiciens avec qui nous avons travaillé ne collaborent pas tous ensemble dans le même live band de façon régulière mais il est vrai que ce sont les mêmes qui jouent sur tout l’album, d’où cette unité.



Sais-tu que tu as déjà un lien avec la France puisque l’un des morceaux de l’album, Fear of Jah, est une adaptation de la chanson française Mamy Blue !
Non, je ne savais pas que Mamy Blue avait une origine française ! Fear of Jah a un vrai message profond.

D’ailleurs, plusieurs artistes jamaïcains ont enregistré leur propre version sur ce riddim Mamy Blue. Laquelle est ta préférée ?
Ma préférée est sans aucun doute la version d’Horace Andy.


"L’injustice est malheureusement universelle et doit être combattue quelle que soit la communauté qui la subit ou qui la cause."



Comment ton album est-il reçu en Jamaïque ?
Je dois dire que ma musique est bien reçue de manière générale, les gens sont en recherche de vertu qu’ils trouvent dans ma musique.

Tu chantes beaucoup sur l’Afrique, l’esclavage et la cause noire. Est-ce que tu crois que ce type de messages a encore un fort écho auprès de la jeunesse jamaïcaine actuellement ?
Je pense en effet qu’il est très important que nous ne cessions jamais de rappeler tous les combats que l’homme noir a dû endurer dans l’histoire.

Comment as-tu personnellement été initié à ces sujets ?
Mon père m’a donné le nom de Samory Touré, qui est le nom d'un tacticien guinéen, fondateur de l’Empire Wassoulou, qui a lutté pour libérer son peuple. Cela m’a donné très tôt conscience de mon héritage africain.



Peux-tu nous expliquer la signification de Not Because ?
Not Because exprime le fait que l’injustice ne vient pas seulement des blancs envers les noirs, certains noirs ne valent pas mieux que d’anciens maître d’esclaves comme je l’exprime dans la chanson. L’injustice est malheureusement universelle et doit être combattue quelle que soit la communauté qui la subit ou qui la cause.


"Grandir dans le ghetto était dur"


A part la tournée que tu t’apprêtes à faire, quelles sont tes projets ?
Je travaille sur une mixtape à sortir dans les prochains mois et je compte bien travailler de nouveau avec Rory sur mon prochain album. L’énergie en studio avec lui est super.

Avec qui vas-tu jouer sur scène pendant ta tournée ?
Je vais jouer avec le Black Heart Band, composé de quatre musiciens dont seul le clavier Franklyn Bubbler Waul a joué sur mon album.

Peux-tu nous dire ce à quoi ressemblera ton show ?
Mon show sera vertueux et comprendra une énorme dose de soul.

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

1.9/5 (23 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Samory I

On l'avait vu débarquer fièrement avec l'excellent Rasta Nuh Gangsta en début d'année, Samory ...
07/03/18 - Roots

Samory I - Black Gold/Suit and Tie

On était littéralement tombés sous le charme du premier album du jamaïcain Samory I ...
22/05/18 - Clip

Reggae Radio