Rototom Sunsplash
16/08/18 au 22/08/18
No Logo Bzh
10/08/18 au 12/08/18
No Logo Fraisans
10/08/18 au 12/08/18
Reggae Sun Ska
03/08/18 au 05/08/18
Bagnols Reggae Festival
26/07/18 au 28/07/18
Reggae Session Festival
20/07/18 - Montricoux
Reggae.fr Birthday Bash
25/07/18 - BAGNOLS SUR CEZE
Nomade Reggae Festival
03/08/18 - Frangy
Baco Records Festival
27/10/18 - Paris
Reggae Geel
03/08/18 - Geel

Village Rasta

Zion Garden

Bagnols Reggae Festival

RSS

Reggae Geel

No Logo

No Logo BZH

Rototom Sunsplash

Baco Records Festival

Blundetto - Interview danse lente Blundetto - Interview danse lente
26/06/18 - Auteur(s) : Propos recueillis par Simon P.

Il y a tout juste un mois, le très talentueux Blundetto nous livrait un album fait de rêveries et de poésie, toujours accompagné de ses protégés Biga Ranx et Jahdan Blakkamoore. Mais de nouvelles têtes ont fait leur apparition sur ce nouvel opus Slow Dance, et pas des moindres : Ken Boothe, Little Harry et Cornell Campbell. Le programmateur de Radio Nova dévoile un quatrième album de haute facture à l'univers cotonneux, mélancolique et vaporeux. On en parle avec l'intéressé…

Reggae.fr : Comment t’est venue l’idée de ce quatrième opus ?
Blundetto : J’ai commencé à regrouper des morceaux l’été dernier. A la base j’avais seulement quelques tracks, donc je voulais faire un EP plutôt dub. Puis, à la fin de l’été tout s’est enchaîné : j’avais le vocal de Ken Boothe pour le morceau que j’effectuais sur la compile des dix ans d’Heavenly Sweetness, puis Biga Ranx m’a appelé en me disant qu’il avait un Cornell Campbell pour moi. D’ailleurs c’est rigolo cette histoire parce que c’est un peu une surprise. A la base, l’instru je l’avais donnée à Biga pour son album 1988, mais en fait il l’a gardée pour faire poser Cornell Campbell dessus. Petit à petit, moi, de mon côté, j’ai retrouvé des vocaux et des intrus, et je me suis vite retrouvé avec treize ou quatorze titres. Plutôt que de faire un EP, j’ai préféré partir sur un album avec moitié de vocaux et moitié d’instrus. L’album s’est fait d’autant plus vite après avoir vu une vidéo de Brésiliens qui dansaient sur l’une de mes musiques, Above the Water, en mode « slow dance ». J’ai découvert que dans certaines soirées au nord-est du Brésil, les gens dansaient comme les slows des années 60 mais dans des sound sytems reggae. Ça m’a fait halluciné qu’ils s’approprient ce genre de musique de cette façon-là. C’est cette vidéo qui a dessiné le nom de l’album et son orientation finale.

En tant que producteur, essayes-tu de faire passer un message avec ce nouveau projet ?
Ce n’est pas vraiment une musique avec un message que je fais, mais plutôt une musique à émotion je pense. Je ne dis pas que je ne suis pas sensible aux messages de certains courants musicaux comme la funk ou la soul, mais personnellement j’aime la musique quand elle me procure des émotions quelles qu’elles soient. Je peux autant triper sur de la variété française que du dancehall jamaïcain. J’aime que ça provoque quelque chose chez moi, une envie de danser, une envie de me lever ou de pleurer.


« J’aime bien toujours faire un petit pas de côté musicalement »


Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette superbe pochette ?
J’avais fait les trois premiers albums avec Pico, un artiste qui vient du graff, et j’aurais adoré continuer avec lui, mais étant donné la tonalité de l’album et des sons qui font un peu un pas de côté par rapport au reggae classique, j’avais envie que ce visuel soit dans la même veine. La pochette s’est faite en famille. Je suis tombé sur les visuels de la femme de Biga Ranx, Teuga, sur Instagram, et j’ai adoré ce qu’elle faisait. Je lui ai donc demandé si elle se sentait de me faire une pochette. Après lui avoir envoyé les sons, elle a beaucoup aimé et m’a proposé trois visuels différents de collages. Sur ces trois propositions, j’en ai utilisée une comme pochette pour l’album, une autre comme un poster dans le CD et la dernière comme visuel pour le numérique. J’avais envie que les artworks aillent dans un univers un peu plus poétique, un peu plus doux contrairement aux visuels d’avant qui étaient légèrement bad-boys, plus inspirés du tattoo. Là j’avais envie qu’on retrouve un côté plus cotonneux, voire rêveur.



On sent que musicalement tu sors du reggae comme dans tous tes albums, tu vas chercher dans la soul, le wave vapor, le hip-hop. Est-ce important pour toi d’aller toujours hors des sentiers battus ?
Au-delà du fait que ce soit important, c’est comme ça que j’ai toujours considéré la musique. C’est grâce à mon expérience en tant qu’animateur chez Nova. Il y avait une espèce de liberté totale pour jouer tous les courants musicaux que l’on voulait. Même si on trouvait un truc en country qui déchirait, on le passait. Il y avait ce côté où il fallait fouiner de partout, écouter vraiment tout. Tout ça je l’ai gardé quand je me suis mis à la prod, j’aime bien toujours faire un petit pas de côté musicalement.

As-tu travaillé sur Slow Dance de la même manière que sur World Of ou Warm my Soul ?
Oui, exactement de la même façon, même si ça ne sonne pas pareil. On peut avoir l’impression que Slow Dance sonne plus synthé. Tout est enregistré en analogique avec de vraies batteries, de vraies guitares, de vraies basses. C’est simplement qu’au mix on a mis un peu plus de « sirop » dans ce dernier album. Et sur cet opus j’ai presque tout joué en solo, à part sur le titre de Ken Boothe où ce sont des potes à moi qui jouent. La petite nouveauté sur l’album c’est un clavier OP1 qui n’était pas sur les albums précédents et qui pour moi a amené une nouvelle couleur. C’est un instrument que j’adore car il reste analogique et il apporte du souffle tout en restant un peu crado. On arrive à faire des choses pas communes avec cet appareil. J’ai tapé toutes mes démos avec ce clavier.

Il y a justement un morceau en clin d'œil à ce clavier, OP1 Home Again, n'est-ce pas ?
Complètement, ça fait trois ans maintenant que je l’ai. Cette machine avec son nom m’intriguait. Puis un moment j’ai dû souvent prendre le train, j’ai donc décidé de trouver un instrument pour composer dedans. L’histoire du titre OP1 Home Again c’est que j’ai dû m’en séparer l'été dernier. Il est parti en vrac à force de trop taper dessus comme un malade. Du coup je l’ai renvoyé chez le producteur en Suède, mais le colis s’est perdu. Finalement quelqu’un l’a retrouvé, me l’a réparé gratis et me l’a renvoyé. Le retour de l’OP1 à la maison c’était un peu comme la naissance de mon troisième enfant.

Comment as-tu choisis les artistes avec qui tu as collaboré ?
Il n’y a pas vraiment de choix. C’est-à-dire que je décide au fur et à mesure de mes envies. Je ne calcule pas. Je ne me suis jamais dit que je voulais un tel ou une telle sur mon prochain album. Je ne pense pas comme ça, je fais plutôt les morceaux à l’envie. Par exemple Damé, je les ai rencontrés alors que j’avais fini l’album, et en écoutant j’ai eu un flash total sur la voix d’Eva et la prod. Je leur ai donc fait de la place pour les accueillir sur mon album. Ce sont des rencontres musicales qui m’influencent, des choses que j’entends, qui me donnent envie de faire des morceaux avec quelqu’un.

Ken Boothe signe une belle reprise du titre Have a Little Faith à la base chanté par Nicky Thomas. Comment s'est déroulée cette collaboration ?
La rencontre avec Ken Boothe vient de la compile du label Heavenly Sweetness, pour leurs 10 ans. Mon boss Franck Décolon me dit : « Pour faire la compile, je vous paye un featuring avec qui vous voulez ». Au même moment j’avais des potes en Jamaïque, je leur ai donc demandé de rencontrer Ken Boothe pour moi afin d’essayer de lui présenter le projet, pour savoir si ça l’intéressait. Au final tous les indicateurs étaient au vert donc j’ai même récupéré son numéro de téléphone. Je l’ai appelé une première fois, je suis tombé sur sa messagerie mais rien que la voix de Ken Boothe ça m’a mis les genoux en compote. Bref, j’ai balbutié un message dans un mauvais anglais jamaïcain et puis je l’ai rappelé et il m’a répondu. Là c’était énorme, je lui parle du morceau et tout de suite il reconnaît le riddim, il me dit : « ah mais oui je connais c’est un morceau de Nicky Thomas ». Directement il avait fait le lien, pourtant Have a Little Faith n’est pas un énorme classique du reggae. Ken Boothe c’est l’un de mes chanteurs jamaïcains préférés et je savais qu’il ne l’avait jamais chanté. J’étais vraiment content de pouvoir faire ce morceau-là avec lui. C’était une occasion à ne pas rater, d’habitude je suis plutôt timide, mais là pour Ken Boothe j’ai fait abstraction de cet aspect (rires).



Tu nous disais que c'est Biga Ranx qui avait fait poser Cornell Campbell sur Good Ol' Days. Le titre était-il prévu pour lui à la base ?
Oui, j'avais envoyé l'intru à Biga et je pensais qu'il l’avait mis de côté, mais il avait en tête de me faire une surprise. Un jour il m’appelle et me dit : « Tu as été sage cette année ? C’est le père Noël » et je lui réponds : «  J’ai carrément été sage, super sage même ». Et il me dit : « Bah voilà je t’envoie ton instru avec Cornell Campbell et Little Harry dessus. » C’était même pas Noël, c’était en septembre je crois. C’est un vrai cadeau, d’un vrai monsieur.

Biga Ranx est encore très présent sur cet album. Quelle importance a-t-il pour toi ?
Il fait partie des personnes super motivantes car inspirantes. J’adore lui proposer des trucs. Dès que j’ai un nouveau riddim, je lui envoie pour avoir un retour de sa part. Ça motive et puis on est sur la même longueur d’ondes mais pas que, puisqu’il se penche aussi sur des sons plus hip-hop. On se ressemble mais avec nos petites différences. C’est vrai qu’on aime tous les deux le coté cloud et vaporeux sur les prods.



Jahdan Blakkamoore est aussi sur deux titres, ce n’est pas la première fois que vous travaillez ensemble. Qu’est-ce que tu aimes chez lui ? Pourquoi l’inviter si souvent sur tes productions ?
Je crois que j’aime son efficacité. J’adore ses premières prises. Il est un peu sous-estimé mais je pense que c’est un super auteur. Il écrit vraiment bien et puis c’est propre ce qu’il fait. Je suis admiratif de Jahdan. Son album, qui date de dix ans peut-être où il y avait le son The General, je n’arrête pas de l’écouter, il fait partie de mes classiques. Pourtant c’est un album dont pas grand monde n'a parlé.



La moitié des titres sont des instrumentaux purs. Ça représente quoi pour toi l’instrumental ?
Ça représente vraiment ce que je sais faire. C’est-à-dire que des fois j’arrive à faire une instru qui fonctionne en tant que telle. Il n’y a pas besoin de voix. Elle raconte déjà une histoire et provoque une petite émotion, en tout cas pour moi. L’instru c’est la base de ce que je sais faire et les vocaux c’est la troisième dimension. J’invite quelqu’un pour qu’il mette en relief mon instru parce qu'elle ne marche pas en tant que telle et que j’ai envie qu’elle devienne une chanson. J’adore les deux exercices, j’adore jouer tout seul, et j’adore les proposer pour faire des chansons. Je ne me vois pas faire que l’un ou que l’autre.

On imagine que le titre Satta est une référence au Satta Massagana des Abyssinians, n'est-ce pas ?
Exactement. À la base j’avais enregistré toutes les percussions qui marquaient le rythme nyabinghi, sur le tempo original du Satta Massagana, non pas la version des Abyssinians mais celle de Cedric Brooks qui tire plus vers le jazz. Et un jour un pote contrebassiste est venu chez moi. À la base je voulais faire cette cover de Cedric Brooks, mais au final on a dérivé. On n'a même pas enregistré sa contrebasse mais on s’en est servi pour faire des percussions. Au final j’ai construit l’instrumental autour des percussions de tambour et de la contrebasse.



C’est un morceau qui est né de plusieurs expérimentations au final ?
Oui carrément, mais c’est comme ça pour tous mes morceaux. Je fais des essais, des erreurs, je me lance dans des trucs et j’aime repérer quand il y a des sonorités qui marchent. Par exemple je peux enregistrer un quart d’heure de batterie sur une idée de tempo et je vais aller chercher dans ce quart d’heure juste le moment qui m’intéresse.

Dans ce nouvel album, on a l’impression que l’atmosphère est encore plus vaporeuse que les précédents avec des tempos très lents et des sonorités chaudes qui donnent l'impression d'être enfermé dans une bulle où le temps s'arrête...
Ce n’était pas le but, mais au mix on voulait pousser la création artistique le plus loin possible. Par exemple History Dance c’est le même riddim que Good Ol’ Days. C’est peut-être ça qui crée cet effet de bulle, mais il n’y avait pas de calcul.

Quelle est ta plus grande fierté dans ce nouveau projet ?
Je crois que c’est la vidéo des Brésiliens. On a tourné un clip là-bas pour le morceau Good Ol’ Days. Je ne sais pas si on peut parler de fierté, mais en tout cas ça m’a réellement touché qu’il y ait autant de gens là-bas qui se mettent à triper sur un truc qui n’a pas spécialement été pensé pour ça. Eux-mêmes ils font un pas de côté par rapport aux soirées. Ils amènent une sorte de douceur avec leur slow dance corner. Maintenant je me dis que ce serait trop bien que dans des festivals il y ait des dub corners qui soient tranformés en slow dance corners. Pour en avoir parlé avec des Brésiliens, ils m’ont dit que c’était une expérience assez mystique, parce que le moment que tu passes à deux c’est un moment hors du temps, un peu en méditation. C’est une autre expérience du sound system, une idée de transe lente.



Tu nous avais parlé d’une librairie musicale en ligne il y a quelques mois. Tu bosses toujours dessus ?
C’est marrant parce que c’est aussi en train de devenir un album, tout comme l’EP qui est devenu Slow Dance. Depuis qu’on en a parlé j’ai avancé sur les différents morceaux et aujourd’hui il y a douze titres qui sont là. Je me dis que c’est quand même chouette de pouvoir les proposer avec un visuel. Puis faire un album c’est un moment super. Ce nouveau projet n’aura rien à voir avec Slow Dance, mais tirera plus vers de la musique de film. Il sortira fin 2018, début 2019.

Qu’est-ce que tu écoutes en ce moment ?
Le dernier album sur lequel j’ai tripé c’est celui de Pusha T, Daytona. Sinon j’écoute toujours beaucoup de oldies. 

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

5.0/5 (2 votes)

  • Currently 3.00/5
3.0/5 Evaluation Reggae.fr
Reggae Radio