No Logo Festival
09/08/19 au 11/08/19
No Logo BZH
09/08/19 au 11/08/19
Reggae Sun Ska #22
02/08/19 au 04/08/19
Nomade Reggae Festival
02/08/19 au 04/08/19

Rototom

Bal jamaïcain

Tupaï : la nouvelle flamme abidjanaise Tupaï : la nouvelle flamme abidjanaise
20/12/18 - Auteur(s) : JKD ; photo Edd Abbas

En 2015, à l’occasion de la 1ère édition du Abi Reggae Festival, nous nous étions penchés sur la scène reggae ivoirienne dans un article intitulé « La Côte d’Ivoire, terre de reggae ». À cette occasion, plusieurs grands noms avaient été évidemment cités tels que Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Ras Goody Brown et Kajeem parmi d’autres. Cette enquête était pourtant loin d’être exhaustive puisque nous avions omis d’évoquer Tupaï, auteur, compositeur, chanteur et producteur qui, depuis quelques années, est en passe de devenir un acteur incontournable de la sphère reggae abidjanaise. L’interview suivante permet donc de réparer ce fâcheux oubli et, du même coup, de vous faire découvrir cet artiste fort sympathique qui se livre ici à cœur ouvert. 

JKD : Bonjour Tupaï. Tu commences à te faire un nom à Abidjan mais ici en France on te connait moins. Peux-tu te présenter en deux mots ?
Tupaï : Mon nom est Tupaï, je suis beatmaker, arrangeur et chanteur. J’ai commencé ma carrière musical en faisant du rap dans les années 1990 et en collaborant avec quelques artistes « underground » en France, avant de m’installer définitivement à Abidjan en 2013 et d’ouvrir Le Studio Victory B.

Où est basé ton studio exactement ?
Dans le quartier de Cocody, non loin du groupe scolaire Mermoz.

Et ton nom de scène. D’où vient-il ?
(Rires) C'est un dérivé de mon prénom Patrick [N’Gouin-Claih]. Au début, mes proches m’appelaient « Patou ». Puis,  quand j’ai commencé à faire de la musique,  mon compère, Masta Coco, à qui j’en profite pour faire un Big Up, m’a surnommé « Tupaï », le verlan de « Patou »  mais aussi en allusion et en hommage au rappeur Tupac Shakur.

Tupaï, tu viens tout juste de sortir Mystic Music Mixtape Vol.1. C’est ton 1er album, n’est-ce pas ?
Oui, on peut dire que c'est mon premier LP. Avant cela, j'ai surtout présenté mon travail en multipliant les lives sur les scènes d'Abidjan. J'ai aussi matérialisé quelques singles, mais aujourd’hui c’est mon premier véritable LP.

A l’écoute de ce LP, on a l’impression que, musicalement parlant, ça sonne très international avec pas mal d’effets vocaux, de nombreux morceaux en anglais, d’autres en français. Un album qui finalement sonne plus caribéen qu’ « ivoirien ». Pourquoi cette direction ?
Au risque d'énoncer une évidence, je pense que la musique n'a pas de frontière et que, à l’instar du divin, elle peut porter un message que tout le monde peut entendre. Qui sait réellement d'où vient ce message? Pour ma part, j'ai des racines aux Antilles, en France et ici en Côte d'Ivoire. Je suis à la recherche de ces racines et d’ailleurs le titre « My Roots » illustre parfaitement cela. Tu sais, je ne cherche pas à rentrer dans des cases, le reggae que j'exprime est avant tout personnel et sincère. Je suis simplement mon feeling.



On retrouve également pas mal de morceaux dansants, relativement joyeux, d’autres d’amour comme « Lova » ou « Heart cries».  L’amour semble inspirer tes compositions…
Je parle effectivement beaucoup d'amour dans mes titres car j'estime que c'est le centre de tout. Nous nous positionnons tous, socialement, par rapport à cela. Comme je te l’ai dit, je m'exprime sincèrement et à cœur ouvert. J'espère que ceux qui écouteront Mystic Music accueilleront ces messages sans préjugé et sans barrière.

Peux-tu aussi nous parler des featurings. Ils sont légion sur ton LP, à commencer par la présence de Lyricson…
En effet, Lyricson est un artiste dont j'admire le travail depuis longtemps, et c'est un véritable honneur pour moi qu'il ait accepté d’être présent sur ma mixtape. Je tiens aussi à mentionner les autres artistes, ivoiriens ou non, qui ont participé à cet album : Aimann Raad, Singleton originaire de Guinée, Anofela, Dyckoy, Black Shaka, Lyah  et enfin Bobo Levy. Ils ont tous répondu présents pour de belles et longues heures de boulot et pour le résultat que vous pouvez entendre.




Comment te situes-tu au niveau de la scène reggae ivoirienne dominée par des poids lourds comme Alpha Blondy ou Tiken Jah Fakoly ?
Au sein de cette nouvelle génération, je souhaite assurer une relève, mais en effet la barre est très haute ... Mais je suis convaincu que l'acharnement au travail, l'abnégation et surtout la bénédiction des pionniers que sont Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly impacteront positivement mon avenir….

Et au niveau de la sous-région ? Te sens-tu proche de certains artistes ?
Oui de quelques-uns, notamment en fonction de leurs textes et de leurs engagements. Je citerais entre autres Didier Awadi du Sénégal pour son engagement dans le développement de la musique en Afrique de l’Ouest.

Revenons à la scène reggae ivoirienne. J’aimerais avoir ton point de vue sur celle-ci. Est-elle toujours aussi dynamique ? Comment évolue-t-elle ?
La scène reggae ivoirienne ne perd pas de vitesse. Elle est en constante évolution. La nouvelle génération est à surveiller car je connais de nombreuses pépites prêtes à éclore. J’ai pu le constater dans mon travail en tant qu’artistes mais aussi en tant que producteur. Le reggae ivoirien a encore de belles années devant lui…

Des projets à venir ? Mystic Music Mixtape Vol.2 ? La grande scène d’Abi Reggae Festival 2019?
Assurément. Des projets inédits et des collaborations encore en préparation. Effectivement le Volume 2 de la Mystic Music Mixtape fait partie de mes projets. A ce sujet, je remercie Le King Lyricson de m'avoir poussé à prolonger l'expérience en annexant "Vol 1" au titre de ce premier LP. Cela impose une suite naturelle dès l'année prochaine. La scène Abi Reggae nous a en effet manqué l’année dernière et oui, bien sûr, j’aimerais beaucoup y remonter avec la formation Live DST pour ce nouveau projet. J’espère aussi participer en 2019 à la Reggae Party qui a fait grand bruit l’an dernier avec Clinton Fearon.

Tu parles de la soirée qui s’est déroulée dans les jardins du Sofitel Hôtel Ivoire en avril 2018 ? La Party organisée par Yafoy Productions ?
Oui absolument.

Et côté production ? Où en es-tu ? Parce que tu n’es pas simplement chanteur, tu produis aussi beaucoup d’artistes, n’est-ce pas ?
Oui le travail ne s'arrête jamais. Beaucoup d’artistes sur le plan national mais aussi à l’international, et surtout tous styles confondus, avec une dominante pour le Hip Hop. Je peux par exemple citer : Mc One (Côte d’Ivoire), Masta Coco (France), Joss Kezo (Côte d’Ivoire), Ras Goody Brown (Côte d’Ivoire), Haas ( USA) , 3nitro (Canada) etc. Et de nombreuses autres collaborations sont à venir.


Merci Tupaï pour cet entretien. Et bon vent à ton album qui est une véritable bouffée d’air frais.
Merci à toi Jérémie et au plaisir de te revoir à Abidjan.


Plus d'infos sur l'artiste :
www.facebook.com/victoryBstudio

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.1/5 (12 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Reggae Radio