No Logo BZH
09/08/19 au 11/09/19
Reggae Sun Ska #22
02/08/19 au 04/08/19
Bagnols Reggae Festival
25/07/19 au 27/07/19
Sinsémilia en tournée
13/04/19 au 23/11/19
Natty Jean & Conquering Sound
14/03/19 au 21/03/19
Glen Washington & The Ligerians
06/04/19 - Blanc-Mesnil
REGGAE UNITED-PARIS
06/04/19 - PARIS
Averne Reggae Festival
03/05/19 - Brassac les Mines

The Gladiators

Glen Washington

Averne Reggae Festival

Natty Jean

Shake the town

Reggae United Paris

Sinsémilia

Bagnols Reggae Festival

RSS

No Logo BZH

Melodub - Interview Dub Ambassadors Melodub - Interview Dub Ambassadors
22/02/19 - Auteur(s) : Propos recueillis par Adrien

 

Après quelques entretiens vidéos démarrés l'année dernière (RDH Hi Fi, Dawa Hi Fi), Reggae.fr continue de mettre en avant les acteurs du mouvement sound system avec la rubrique Dub Ambassadors. Melodub fait partie de l'hyperactive scène nantaise ; armés d'une sono faite-maison tout en bois, ils jouent du dub au sens large, du roots foundation le plus profond aux sons modernes les plus fous. Ils font partie de cette nouvelle génération française qui fait vivre la culture sound system sur le territoire. Rencontre avec Jahraw et Clément, respectivement selector et technicien/opérateur du crew.

Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre avec le reggae et les sound sytems.
Clément : J’ai découvert ça à Montpellier avec les sessions de Lion Roots qui jouait souvent dans le coin. C’est là-bas que j’ai pris mes premières « claques » à écouter un sound system type reggae/dub. Par la suite j’ai bougé en session en France à droite à gauche, puis en Angleterre avec le carnaval de Notting Hill notamment. Et puis l’envie de construire mon propre sound system est venue. J’avais commencé à monter le projet avec des potes à Montpellier à la base, après j’ai commencé à construire quelques enceintes quand je suis arrivé en Bretagne avec un ami. Puis j’ai rencontré Jahraw et on a vraiment lancé le projet.
Jahraw : Moi j’ai commencé à écouter du reggae et après j'ai découvert les sound systems il y a une dizaine d’années. Les enceintes, jouer fort, plein de basses... Tout ça j’aime beaucoup. J’ai commencé avec un autre sound system qui était plus ragga jungle, break beat, ce genre de trucs. Et puis j'ai rencontré Clem qui était dans la musique dub… Et nous voilà aujourd'hui.

Vous êtes basés à Nantes, une ville où la culture dub est très vivante notamment avec le Dub Camp et les soirées Dub Club. Comment expliquez-vous que cette culture soit particulièrement implantée dans cette ville ?
Jahraw : C’est vrai qu’à Nantes il y a un beau phénomène dans le dub. Il y a énormément de soirées. On parle beaucoup du Dub Camp et des Dub Clubs mais il y a aussi plein d’autres plus petites soirées qui marchent très bien et qui sont vraiment très intéressantes.
Clément : Comment l’expliquer je ne sais pas. Il y a une base avec Abubakar déjà, qui est là depuis un bon moment avec Zion Gate. Je pense que tous ceux qui sont à Nantes sont déjà allés au moins à une session de Zion Gate. Il y est pour quelque chose c'est sûr, mais pourquoi ça a si bien pris à Nantes, je ne sais pas vraiment en fait.
Jahraw : Il y a plusieurs coins en France où tu vois que ça marche. Ça marche bien partout mais tu as des points où ça marche particulièrement bien, comme Bordeaux par exemple. Il y a beaucoup de monde, beaucoup de sonos qui se construisent, les jeunes aiment bien ça et eux aussi construisent des petites sonos, ils commencent à s’y mettre. Le problème reste de trouver des lieux. Mais c'est vrai qu'à Nantes il y a une soirée dub presque tous les 15 jours. C’est assez dingue quand même.

Sur quel format jouez-vous ?
Jahraw : On joue 80% de vinyles.
Clément : Pour les dubplates ou les prods, on joue en numérique car on ne peut pas se permettre de tous les graver au format vinyle. Ça m’arrive aussi assez souvent d’aller sur une plateforme de téléchargement pour acheter un son même si on privilégie les vinyles. Pour voyager c’est aussi parfois plus pratique d’avoir sa musique sur PC plutôt que de transporter des caisses de disques.



Question simple mais qui pourrait alimenter des débats pendant des heures : C’est quoi le dub ?
Jahraw : La première chose qui me vient à l’idée c’est une face B avec une grosse ligne de basse. Le genre de son où tu fermes les yeux et où tu peux partir.
Clément : Je dirais que c’est l’utilisation d’effets, le retravail de la musique, de la face A d'un disque. Il y a un skank, des snares, une basse, un travail de mixage et énormément d’effets. Après il y a plein de directions dans le dub, ça a un sens assez large qui englobe pas mal de choses. On peut même dire qu'il y a plusieurs styles de dub...

Justement, il y a plein de styles de dub. Quel sens donnez-vous à vos sélections ?
Jahraw : On peut jouer pas mal de choses dans nos sessions. On n’a pas une sorte de dub ou une sorte de roots qu’on aime plus. Enfin si on a des petites préférences mais je veux dire, on joue plein de styles.
Clément : On n'a pas une étiquette "rootsman" ou "stepper" et au final je pense que c’est ce qui peut faire l’identité aussi. Une session multi styles au travers du reggae/dub.

Parlez-nous de l’importance que peut prendre le public lors d’une session.
Clément : Ben pour moi si il n’y pas de public, il n’y a pas de session. Il n'y a pas forcément besoin de beaucoup de monde. Mais il faut arriver à communiquer d’une manière ou d’une autre avec ton public et créer une émulsion.

Arrivez-vous à vivre de votre passion ?
Jahraw : On a chacun un taff à coté parce qu’on va dire que l’argent qu’on gagne avec le sound system on le garde pour le réinjecter dans le projet. Améliorer le matériel, organiser une soirée, réparer du matos cassé... Ça arrive d'ailleurs très souvent, il faut le signaler.
Clément : Moi j’ai la chance de travailler dans le milieu aussi car je fabrique des machines donc je passe 90 % de mon temps dans le milieu sound system. C’est compliqué de monter un sound si tu n’as as pas de taff à coté. Pour nous ça reste une passion, pas un gagne-pain.
Jahraw : Après si on se met à jouer avec le full system tous les 15 jours, pourquoi pas ? Mais pour l’instant ce n’est pas le cas.
Clément : Déjà on n'a plus, ou quasiment plus, besoin d'injecter de l'argent perso. Au début, on a beaucoup investi de notre poche, mais maintenant ce sont les sessions qui ramènent des sous et qui permettent d’améliorer le système. Donc c’est déjà plus confortable.

Après toutes ces années vous avez forcément des souvenirs marquants ?
Clément : L'an dernier, on est partis jouer dans un festival et on savait qu’on était en surcharge avec le camion. On s’est fait contrôlés, ils ont pesé le camion… On a été obligés de décharger des boxes et de faire deux allers-retours pour venir rechercher le reste de la sono. Tout ça sous la flotte évidemment, puisqu’il ne peut pas faire soleil à ce moment-là (rires). Donc ça c’était le vrai plan galère. Aujourd'hui on en rigole, mais sur le coup beaucoup moins. Après des bons souvenirs de soirées en sound system j’en ai plein. Une des sessions qui m’a le plus marqué c’est Shiloh et Earthquake à Bruxelles. J’ai vraiment pris une claque tant par la sélection que par le volume sonore et la pression dans la salle.
Jahraw : Moi j’en ai une qui me vient à l’idée c’était une soirée à l’époque à l’Olympic à Nantes où il y avait justement Zion Gate qui posait sa sono avec Dub Judah et African Simba. C’était il y a très longtemps mais cette soirée était magique.

Pour finir est-ce qu’il y a des projets qui vont arriver dans les mois à venir ?
Clément : On a une soirée à Nantes en mars avec Nina's Rocking Sound et Forward Sound. Et on jouera avec Legal Shot et Charlie P pour la Mov'Up Dub Session pas très loin de chez nous aussi. Après, on ne fait pas que du sound system reggae/dub avec la sono. On s’autorise aussi à sonoriser d’autres styles de musique que ce soit drum & bass, techno, trance, tropical, electro, ou même des lives avec des zikos. On n'est pas fermés.
Jahraw : Le but c'est de continuer à faire danser les gens pour qu’ils repartent avec le sourire de nos soirées.

 

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

2.5/5 (4 votes)

  • Currently 3.00/5
3.0/5 Evaluation Reggae.fr
Reggae Radio