No Logo Festival
09/08/19 au 11/08/19
No Logo BZH
09/08/19 au 11/08/19
Reggae Sun Ska #22
02/08/19 au 04/08/19
Nomade Reggae Festival
02/08/19 au 04/08/19
Bagnols Reggae Festival
25/07/19 au 27/07/19
Rototom Sunsplash
16/08/19 - Benicassim
ZION GARDEN #9
19/07/19 - Bagnols Sur Cèze
ZION GARDEN #9
20/07/19 - Bagnols Sur Cèze
Zion Garden #9
18/07/19 - BAGNOLS-SUR-CEZE

Zion Garden

Revivres Festival

Bagnols Reggae Festival

RSS

Nomade

No Logo BZH

No Logo

Rototom

Bal jamaïcain

King Earthquake & J.Lalibela - Interview King Earthquake & J.Lalibela - Interview
09/07/19 - Auteur(s) : Propos recueillis par Adrien & Alix ; Photos : Aurore Claval

Errol Arawak, AKA King Earthquake, est une légende et un pionnier du dub UK. Ces derniers temps, le selector est souvent accompagné lors de ses prestations live par Joseph Lalibela, un chanteur dont on parle de plus en plus dans le milieu sound system après ses collaborations avec O.B.F ou encore Maasai Warrior. Nous avons eu la chance de rencontrer ces deux artistes originaires de Birmingham pour un entretien.

Reggae.fr : Parlez-nous de votre rencontre à tous les deux.
King Earthquake : Quand est-ce que je t’ai rencontré ? Je suis trop vieux pour me rappeler de ces choses-là (rires).
Joseph Lalibela : J’ai rencontré King Earthquake sur scène, nous venons tous les deux de Birmingham en Angleterre et nous sommes tous les deux dans les sound systems depuis de nombreuses années. Nous avons toujours trainé dans les mêmes endroits ; une rencontre entre nous était donc inévitable. Ça s’est fait et ça a été bon pour moi parce que King Earthquake m’a aidé. Il m’a aidé à faire parler de moi et il a sorti quelques-uns de mes morceaux ce qui les a fait connaître à des personnes partout autour du monde. Je le remercie donc pour ça.
King Earthquake : Ce que les gens ne savent pas c’est que Lalibela a une grande expérience dans le milieu sound system. Il a grandi avec le Scientist Sound System de Birmingham. En quelle année a débuté Scientist ?
Joseph Lalibela : 1978/1979
King Earthquake : Vous voyez ils ont commencé à peu près en même temps que mon sound system. Moi j’ai commencé en 1976. Nous venons du même endroit, nous avons la même culture, le même entourage, nous faisons le même travail, donc nous devions nous rencontrer.
Joseph Lalibela : Nous brûlions le même feu. Mon sound system a débuté à la fin des années 70 et je les ai rejoints à la fin des années 80. Birmingham est une ville où les sound systems font partie de la communauté depuis des années. Il y en a énormément donc tu dois te démarquer et tu dois représenter ton quartier et ta communauté.



Joseph, pourriez-vous nous parler du nom que vous avez choisi, pourquoi Lalibela ?
Joseph Lalibela : Comme l’a dit King Earthquake, nous avons débuté très jeunes dans le milieu sound system, et à ce moment-là on me connaissait sous le nom de Likkle Sess. Un peu plus tard, au début des années 2000 je suis allé en Ethiopie, c’était un peu comme un pèlerinage, un voyage spirituel ; je n’étais pas à la recherche d’un nom mais il m’a été donné par l’Ethiopie. La croix que j’avais achetée était en fait une croix de Lalibela et je ne le savais pas, je suis né au mois de février ce qui est pour les rastas le mois de Joseph donc je n’ai pas eu beaucoup à réfléchir pour choisir ce nom, je dirais plutôt que ce nom m’a choisi. Je remercie le Tout Puissant pour ça.

Vous êtes tous les deux dans le milieu sound system depuis de nombreuses années, avez-vous vu des évolutions dans les danses, dans la manière de transmettre le message ?
King Earthquake : Il y a beaucoup de façons de voir le message. Le message était là avant et il est toujours là aujourd’hui, l’important est de prêter attention à ce message. Il y a beaucoup de personnes qui ont quitté le milieu de la musique il y a longtemps mais il y a eu l’influence de nouvelles personnes qui sont dans le roots, le reggae et le dub maintenant. Et c’est bon de savoir qu’il y a encore des personnes qui sont là pour s’en occuper et prendre le relais de ceux qui sont partis.
Joseph Lalibela : Comme vient de le dire King Earthquake, le message est resté le même, c’est toujours le message de paix, d’amour, d’unité porté par Jah. La principale différence que je vois aujourd’hui dans les sound systems, c’est que l’on assiste à une renaissance, à un renouveau pour la nouvelle génération et pour les générations européennes. Nous connaissons les sounds comme une culture jamaïcaine qui s’est exportée en Angleterre mais maintenant nous pouvons la voir s’implanter partout dans le monde ; et c’est une bonne chose que les nouvelles générations répandent le message de paix et d’amour au plus grand nombre, c’est une chose positive.



Quand nous sommes arrivés vous étiez en train de faire des photos avec de jeunes bénévoles, parlez-nous de votre relation avec le public, ressentez-vous une forme de célébrité, est-ce que vous appréciez ces échanges ?
King Earthquake : Je ne connais pas la célébrité, je dis toujours que les gens célèbres sont riches, et je ne le suis pas. Certaines personnes me reconnaissent partout où je vais et parfois dans les rues d’Angleterre des gens que je ne connais pas viennent me voir et entament une discussion à propos de sound system, à propos de moi ou de plein d’autres sujets. Cela m’importe peu d’être célèbre ou d’être un inconnu, le message sera délivré aussi longtemps que nous serons là pour guider les plus jeunes vers la bonne direction.
Joseph Lalibela : Ce que vous nommez la célébrité est une bonne chose dans le sens où cela me permet de faire connaître mon travail, cela touche le cœur des gens, cela touche l’esprit et l’âme des gens donc quand on vous reconnaît un peu partout dans le monde cela signifie que vous faîtes quelque chose de bien qui parle aux gens et aux jeunes, et cela me fait chaud au cœur. J’ai voyagé un peu partout dans le monde, comme au Brésil par exemple, et quand des gens de là-bas me reconnaissent, reconnaissent ma voix, et n’ont que de l’amour pour moi, je ne peux qu'apprécier !



Pour conclure pourriez-vous nous parler de la scène dub française ?
King Earthquake : Beaucoup d’anciens ont mis de côté le roots and culture dans leurs vies. Si les choses étaient restées ainsi, la scène roots ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Si nous avions gardé cette direction ce ne serait probablement pas allé plus loin et je remercie la scène dub européenne de faire revivre – je ne devrais pas dire revivre – améliorer,  ce qui a été laissé de côté. C’est pourquoi j’encourage les jeunes à construire des sound systems parce que c’est la fondation du roots & culture. J’adore voir plus de sound systems et voir plus de personnes aller dans le bon sens. 

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

4.8/5 (4 votes)

  • Currently 3.00/5
3.0/5 Evaluation Reggae.fr
King Earthquake
King Earthquake Is Back ! ...
04/09/04 - Dub
Reggae Radio