Reggae Party Tour
14/11/20 au 28/11/20
Bi-Zan Art nouvelle voix des sans-voix Bi-Zan Art nouvelle voix des sans-voix
29/09/20 - Auteur(s) : Texte et Photo : Jérémie Kroubo

Nous nous sommes penchés à plusieurs reprises sur le reggae ivoirien qui compte dans ses rangs des noms aussi prestigieux qu’Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly et Ismaël Isaac. La Côte d’Ivoire regorge en effet d’artistes extrêmement talentueux. Certains qu’on ne présente plus, comme ceux précédemment cités, ou d’autres plus confidentiels comme Kajeem, Béta Simon, Serges Kassy, Jim Kamson, Ras Goody Brown, Tupaï etc… La liste est longue, très longue, ce qui fait de la Côte d’Ivoire « le deuxième pays du reggae au monde derrière la Jamaïque » (dixit Tyrone Downie, ex-claviériste de Bob Marley).

Aujourd’hui, en cette période électorale plus qu’incertaine, la rentrée musicale est bien chargée comme souligné dans notre news Belle rentrée reggae en Côte d’Ivoire. Et aux côtés de nombreux autres artistes reggae (comme Ismaël Isaac, Ras Kalif, Jah Light, General Dimitri, General Tchefary et Aimann Raad) doit être faite une part belle à l’artiste Bi-Zan Art et son single « Dans mon pays » enregistré au fameux studio 7 d’Olivier Blé (meilleur arrangeur zouglou 2009), là-même où Magic System a réalisé les prises de voix et le mixage de son album Premier Gaou. Quant au clip, il a été tourné par la non moins prestigieuse société SAIBA SARL.



Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Bi Zan Martin Botti alias Bi-Zan Art est originaire de Bouaflé, ville de Côte d’Ivoire de la région de la Marahoué et proche du lac Kossou. Là-bas, lorsqu’il était adolescent, il y suivit une formation dans le domaine de la coiffure, ce qui est plutôt original pour celui qui aujourd’hui arbore fièrement une longue crinière de dreadlocks ! Mais le coup d’État de décembre 1999 et l’incertitude à l’égard de son avenir professionnel le poussèrent à partir « se chercher » dans la capitale économique ivoirienne au début des années 2000. Comme beaucoup de jeunes de son âge, il quitta sa province natale avec des rêves plein la tête, d’autant que c’est dans la fameuse commune de Cocody, qui a inspiré « Cocody Rock » d’Alpha Blondy, qu’il s’installa en arrivant à Abidjan. Cependant, il déchanta vite, car l’argent est le maître-mot à Babi (Abidjan en nouchi, l’argot ivoirien). Or, de l’argent, il n’en avait pas.

Pour autant et contrairement à beaucoup de jeunes des rues abidjanaises, il ne fut pas attiré par le broutage (les cyber-arnaques en nouchi dont l’âge d’or se situe entre 2000 et 2012) et autres magouilles en tout genre. Seules l’honnêteté et la droiture comptent pour cet enfant de Jah. C’est ainsi qu’il n’eut pas d’autre choix que de se mettre très vite à la recherche de petits boulots pénibles et mal payés dans le quartier d’Angré (situé à Cocody), jusqu’à ce que le destin le mette sur le chemin d’un enseignant, amateur de reggae, qui le prit sous son aile et lui fit découvrir cette musique subversive. « Il m’a acheté ma première guitare acoustique et m’a dit : « Matico, à toi de jouer maintenant ! Travaille dur et si tu aimes vraiment cette musique, un jour, tu deviendras un grand artiste » », se souvient-il avec émotion. Véritable autodidacte, Bi Zan Martin se plongea donc corps et âme, des années durant, dans l’apprentissage de la guitare, du chant et de la composition musicale. Et vingt ans plus tard, le voilà donc sous le nom de Bi-Zan Art en passe de devenir peut-être une figure incontournable du reggae ivoirien et plus largement du reggae africain grâce à son premier single, « Dans mon pays », véritable ode à son pays la Côte d’Ivoire. 

En cette période électorale qui risque à nouveau de mener le pays vers des troubles importants, il y a fort à parier que son single trouve écho parmi les laissés-pour-compte de la société ivoirienne et que Bi-Zan Art s’impose naturellement comme la nouvelle voix des sans-voix.

publicité
commentaires
... aucun commentaire ...

4.0/5 (9 votes)

  • Currently 4.00/5
4.0/5 Evaluation Reggae.fr
Reggae Radio