No Logo Festival
12/08/16 au 14/08/16
Rototom Sunsplash 2016
12/08/16 au 20/08/16
Reggae Geel
05/08/16 au 06/08/16
Reggae Sun Ska 2016
05/08/16 au 07/08/16
Concert hommage à BIM
22/09/16 - Paris

rototom

Bim

VICTOIRES DU REGGAE 2013 RESULTATS! VICTOIRES DU REGGAE 2013 RESULTATS!
17/02/13 - Auteur(s) : Reggae.fr et ses partenaires

L'heure du verdict a sonné ! Cette année, les VICTOIRES DU REGGAE ont à nouveau battu tous les records puisque vous avez été plus de 11 000 à voter pour vos artistes préférés de l'année 2012. Nous tenons comme chaque année à vous remercier pour votre participation. Saluons également avec ferveur tous les artistes nommés dans chaque catégorie qui n'ont pas hésité à mobiliser leur fan base !

Rappelons aussi que l'évènement n'aurait pas pu avoir autant d'ampleur sans le précieux soutien de nos partenaires:
Le magazine Reggae Vibes,
Party Time
(site internet et radio - Ile de France),
La Grosse Radio,
AllMol.com,
Culture Dub
(site internet et radio - Poitou-Charrente),
Studio 1 L'Emission
(site internet et radio - Languedoc-Roussillon & PACA),
Reggae-est.fr,
Reggaesudouest.com,
Stopzik.com,
Trace.fm,
Dancehall-mania.com,
Rootsandculture.net,
Rootsblogreggae.com,
Webadubradio.com,
Yanaclip.com
Dancehall-attitude.com
,
Soundculturall.fr,
ainsi que de toujours plus d'émissions de radio à travers le globe :

Couleurs du monde (France Musique),
Le réseau Radio Ô,
Sunday Culture
(Paris)
Positive Vibration Time
(Paris)
Watagwan
(PACA)
Studio Roots
(Bretagne),
Time Will Tell
(Bretagne),
Reggae Stories
(Centre),
Ok Fred
(Alsace),
Vibeguard Show
(Champagne Ardennes),
Ready pour le Show
(Picardie)
Irie Corner
(Aquitaine)
Inna di Roots
(Pays de Loire),
Stand Firm
(Rhônes-Alpes),
Get Up Radio Show
(Pays de Loire)
L'Atomik Emission
(Nouvelle Calédonie)
Kartier Reggae
(Réunion)
Reggae Connection
(Côte d'Armor)
Shashamane
(Tahiti)
Gimmedimusic
(Basse Normandie),
Reggae Sunsplash
(Auvergne),
Riddim
(Franche-Comté),
Aux Armes
(Rhônes-Alpes),
Run the Track
(Lorraine),
Bling Bling City Rockers
(PACA),
Reggae Box
(Rhônes-Alpes),
Dawastation (Champagne-Ardenne)


Place maintenant aux résultats, avec pour chacun des gagnants la reprise de la chronique ou d'une interview parue dans nos colonnes.
Les internautes gagnants de lots d'album ont été ou seront contactés par mail. Merci à tous et d'ici là continuez de soutenir vos artistes en achetant leurs albums et en allant les voir en live !

And the winner is…

ALBUM ROOTS DE L'ANNÉE
1. Groundation - Building An Ark

2. S.O.J.A - Strength To Survive
3. Soul Sindikate & Dub Trooper - Kingston Nouméa



Chronique du 16/03/12
- Auteur(s) : Djul
« Fais-toi une arche de bois de gopher. Entre dans l’arche. Tu prendras auprès de toi les 8 meilleurs musiciens de reggae moderne. » Harrison Stafford exécuta ce que les Dieux de la musique lui avaient ordonné, et voilà le nouvel album de Groundation : « Building An Ark ». Dix morceaux, parfois surprenants, à la qualité indéniable. La première surprise réside dans l’intro... piano voix. On pense à John Lennon, à Elton John, mais pas à Groundation. Puis, on entre brusquement dans le premier morceau, « Bulding An Ark », définitivement reggae. On est bousculé mais pas déçu ! Le ton est donné ; les Californiens ont mis la barre très haute pour ce dixième effort. Pas d’invité de marque, mais du Groundation à l’état pur. Comme sur le précédent album « Here I Am », Kerry Ann Morgan et Kim Pommell sont très présentes, à l’image des titres « Payaka Way », « Wo Is Gonna » ou « Keep It Up ». Harrison Stafford triture toujours plus sa voix. Il termine « Payaka Way » en donnant l’impression d’être en sanglot sur ce titre qui dénonce le système barbare dans lequel nous vivons (« Payaka » signifie « barbare », « sauvage » ou « païen » en jamaïcain). Les dix titres de l’album véhiculent pourtant une vibes positive et optimiste en prônant l’éducation et la connaissance. La part belle est aussi faite aux musiciens qui montrent l’étendue de leur talent sur de longs solos qui semblent être improvisés tout en étant totalement maîtrisés. On retiendra les nombreux solos groovies de Marcus Urani au clavier et l’énorme prestation de David Chanere à la trompette sur « Keep It Up », qui incarne le mélange parfait entre jazz et reggae. On note également certains arrangements façon dub, comme sur « Merry-Go-Round ». « The Dreamer » est un véritable bijou. Une atmosphère posée, un son lourd et une voix retentissante. « Who Is Gonna » s’achève sur une ambiance groundation, ces rassemblements rastas où l’on joue du tambour en chantant et priant. Et « Daniel » offre une mélodie frappante en racontant l’histoire de ce personnage biblique. Chaque titre révèle une surprise. Et l’album termine comme il avait commencé : avec une courte outro piano voix, agrémentée d’une guitare acoustique. Comme tout album de Groundation qui se respecte, « Building An Ark » mérite plusieurs écoutes avant de pouvoir en apprécier toutes les subtilités. Mais une fois qu’on est initié, on ne peut plus s’en passer... Pas sûr que l’album convainque les Groundation-sceptiques, mais sûr que les fans seront comblés. Le combo américain signe là un de ses albums les plus aboutis.

ALBUM NEW ROOTS DE L'ANNÉE
1. Anthony B. - Freedom Fighters

2. Tarrus Riley - Mecoustic
3. Lyricson - Love Therapy



Chronique du 18/06/12 - Auteur(s) : Sacha Grondeau
Cela faisait quelques temps qu’on n’avait pas entendu parler de sortie officielle d’un album d’Anthony B. sous nos cieux. Le dernier, "Rasta Love", produit sur le label de l’artiste, comportait pourtant de bons titres mais aucun distributeur n’avait pris le risque de le proposer en métropole, chose étrange quand on sait qu"Anthony B. est l’un des deux ou trois artistes new roots préférés des amateurs de reggae français.
"Freedom Fighter" ne connaîtra pas le même sort puisque c’est le label autrichien Irie Vibrations Records qui distribue ce 14 titres. Les amateurs seront rassurés par le fait que ce nouvel opus est 100% reggae (à l’exception du duo avec Konshens « Beat dem bad », titre d’ailleurs bien sympa) et comporte des morceaux convaincants  comme « Send the rain away » ou « Too hard ».
On appréciera l’homogénéité des productions signées par Irie Vibrations, dont fait partie notamment Syrix, producteur de talent, même si un titre comme « Born to be free » sort vraiment du lot. Même remarque pour « Hail Jah », morceau sorti il y a plusieurs mois sur le Roll Out riddim.
Comme d’habitude les thèmes abordés par l’artiste jamaïcain sont conscients et abordent autant les indignations de l’artiste (« Cry Blood » sur le Love Bird riddim) que les notes d’espoir (« Jah Bless me »).
Voilà donc un album reggae de bonne facture, et même si on a connu un Anthony B. plus inspiré, « Freedom Fighter » possède son lot de bon titres que les fans de l’artiste sauront apprécier. A écouter rapidement.

ALBUM DANCEHALL DE L'ANNÉE
1. Skarra Mucci - Return of the Raggamuffin

2. Sean Paul - Tomahawk Technique
3. Konshens - Mental Maintenance



Chronique du 23/07/12 - Auteur(s) : Sacha Grondeau
Voilà tout simplement l’album reggae du moment. Le quatrième opus de l’artiste, sorti chez Broken Silence, est une pure merveille qui risque de l’installer en haut des classements de cœur des aficionados de musiques jamaïcaines. Il faut dire que Skarra Mucci a un potentiel vocal tout à fait étonnant. 
Il sait se faire lover à la voix chaude, dans la plus pure tradition roots mais peut également lever les foules avec une énergie terrible. Pour preuve le titre « Herbman Anthem », le single le plus explosif que j’ai écouté depuis longtemps… Dans un style tout aussi dynamique « Big Dreams » satisfera les amateurs de good vibes. Mais Skarra Mucci sait d’où il vient et les hommages qu’il rend aux grandes stars du reggae sont touchants. 
Ainsi, la reprise « Movie Star » interprétée en duo virtuel avec le fabuleux et regretté Delroy Wilson vous ravira. Dans un autre style, « Raggamuffin » démontre toute les capacités vocales de l’artiste. Alternant les thèmes classiques du reggae (la ganja, les femmes, jah…) avec des morceaux plus personnels (l’excellent "The Letter" notamment), Skarra Mucci impose son style et apporte un vent de fraîcheur dans une scène new roots qui en manque singulièrement ces temps-ci.
En résumé, "Return of the Raggamuffin" comporte dix-sept titres éclectiques qu’il faut se procurer de toute urgence !

ALBUM REGGAE FRANÇAIS DE L'ANNÉE
1. Broussaï - Kingston Town

2. Raggasonic - Raggasonic 3
3. Datune - Changer d'Air



Chronique du 09/10/12
- Auteur(s) : LN
Le quatrième album de Broussaï sort aujourd'hui même. Nous ne passerons pas par quatre chemins, "Kingston Town" est une vraie réussite. Le groupe y atteint en effet une nouvelle dimension non encore explorée jusque là. Une rencontre majeure avec Sam Clayton a permis au groupe d'accomplir un projet qu'il avait à coeur de réaliser depuis plusieurs années: enregistrer un album en Jamaïque, à Kingston, à la source de leur musique de prédilection. L'enregistrement a eu lieu au Harry J Studio l'hiver dernier, où Broussaï a croisé des personnages mythiques, tels que Bunny Wailer qui y enregistrait la nuit alors que le groupe procédait à ses sessions la journée (!). Accompagné notamment par l'ingénieur du son Stephen Stewart, le bassiste Danny Axeman, Bopee à la guitare et le percussionniste Sticky Thompson, Broussaï propose ici un double cd. Le premier contient douze morceaux originaux qui confirment à nouveau une grande maîtrise, tout en étant teintés d'une certaine spontanéité, typique aux enregistrements jamaïcains, et surtout, empreints de sonorités des années 70 profondément roots. Le second cd, présentant huit dub, donne à l'album son caractère complet et abouti. On  démarre l'écoute par le titre "Contraste et couleurs", au message universel, et que l'on a pu découvrir au mois de septembre (cliquez ici pour voir le clip). C'est ensuite parti pour une série de surprises. L'excellent "Kingston Town" est le fruit d'une collaboration entre Broussaï, dans son ensemble, et le groupe jamaïcain Dubtonic Kru, également au complet. Le résultat est un face à face de qualité entre chanteurs et musiciens des deux groupes, dont le thème est un hommage à Kingston et sa découverte par le groupe. "Rebel Music" est particulièrement bien écrite, sous forme d'énigme ou de charade,  Broussaï, soutenu par Ishmel Mcanuff nous expose les caractéristiques de cette musique qui nous attire tant. "Live Up" est inédite, dans la mesure où il est rare que Selwyn Brown et David Hinds de Steel Pulse, acceptent d'apparaître ensemble en featuring sur un morceau. C'est donc bien le cas sur cette chanson à quatre voix, qui est certainement l'une des plus belles de l'album. Comme à leur habitude, Alex et Eric, les deux chanteurs de Broussaï, proposent quelques titres chantés séparément. On retiendra de ce côté "Avant de partir", très émouvant, sur lequel le son de l'orgue nous fait voyager dans le temps et "Quelle logique", plus énergique et revendicatrice. Les entraînants "Poing en l'air" et "A l'envers" nous auront peut-être moins convaincus à l'écoute du premier cd, mais leurs versions dub respectives sont en revanche un régal "(Dub en l'air" et "A l'endub"). Ces deux morceaux constitueront par ailleurs à coup sûr des pièces phares du set de Broussaï en live. Comme un échos au premier titre, "Tous africains" clôt l'album sur un message à nouveau très universel et sur lequel la voix touchante de Sam Clayton caresse nos oreilles. 
En conclusion, Broussaï signe avec "Kingston Town" ce qui peut être considéré comme son meilleur album à ce jour. Ne ratez pas le groupe en tournée dans toute la France, et notamment le 7 décembre à Paris !

ALBUM REGGAE LOCAL DE L'ANNÉE
1. Tiwony - Difé Lyrical

2. Admiral T - Face B
3. Flamengo - kanaky-Kingston



Chonique du 12/12/12 - Auteur(s) : Sacha Grondeau
Artiste insatiable, aussi à l'aise sur du son new roots que sur du digital hardcore, Tiwony revient un peu plus d'un an après la sortie de "Cité Soleil" avec "Dife Lyrical", un 22 titres best of des singles qu'il a sortis en duo, sur des compilations et sur des one riddims, mais aussi contenant quelques inédits. Une occasion de passer en revue le travail de l'artiste dans l'underground et de retrouver le chanteur guadeloupéen en duo avec des artistes tels que Turbulence, Straika D., Speedy, Taïro, Mad Killah, et de nombreux autres.
Toujours portés par des lyrics conscients posés la plupart du temps sur des versions dancehall, club ou hip-hop, "Dife Lyrical" permet de retrouver toute l'énergie de Tiwony et de mesurer le travail immense de cet artiste infatigable. Ce nouvel opus, très dynamique, nous fait passer par des ambiances très différentes mais tellement représentatives de la diversité du mouvement reggae / dancehall. On remarque ainsi parmi la pléthore de titres, "Bon Mizik", excellent titre dansant, "I Fly", un son plus rn'b, "Na Wé" carrément socca avec une ambiance jump up où l'on imagine déjà les chorégraphies lors des live enflammés, un dancehall plus old school "Diféwan Fas'"… et puis "Showtime", un pur morceau qui retourne les dancefloors des clubs de métropole et des Antilles !!! Les amateurs de reggae seront servis avec les derniers titres de l'album, plus roots. On passe d'un superbe duo avec Misié Sadik ("Awété Pléré Penn", un new roots excellent !) à un reggae maîtrisé ("Ka an Féyo"), et un titre plus lover (en duo avec Speedy, "Princess"), avant de terminer avec "Reine sans couronne", un bonus track featuring le talentueux Taïro.
Vous l'avez compris, l'ami Tiwony ne perd jamais l'inspiration. Véritable soldat au service de "La Musique" (interprété avec Lusdy et Kinky), on est heureux de le retrouver à nouveau dans les bacs. A noter la superbe pochette réalisé par l'artiste DTone, un autre ami de longue date du site (Big Up JM).
On attend maintenant les suites des aventures de Tiwony : un album 100% reggae. On va se régaler !

ALBUM REGGAE AFRICAIN DE L'ANNÉE
1. Natty Jean - Santa Yalla

2. Takana Zion - Kakilambe
3. Dreaddy Baro - Africa Must Be Free



Chonique du 15/03/12 - Auteur(s) : Djul
Voici le premier album très attendu du jeune Sénégalais découvert aux côtés de Danakil sur l’album « Echos Du Temps » et que l’on peut apprécier sur scène avec le groupe français depuis plus d’un an. On ne va pas y aller pas quatre chemins, cet album "Santa Yalla", qui sort demain, est une véritable réussite. Natty Jean y démontre toute l’étendue de son talent : entre chant mélodique et toast cadencé, entre dancehall et roots, parfois doux, parfois énergique... la diversité est au rendez-vous. Natty chante principalement en wolof, dialecte ouest-africain, ce qui est d’ailleurs l’un des points forts de l’album. Le singjay sénégalais sublime sa langue natale sur des mélodies prenantes. Même si cela peut freiner la compréhension, Natty « Faya » Jean prend soin de ponctuer ses textes d’interventions en anglais ou français. Quelques big tunes s'enchaînent. On commence avec « I Believe », un titre énergique et plein d’espoir pour la jeunesse africaine. Vient ensuite « Santa Yalla », terriblement efficace où l’on ressent les influences rap de l’artiste. « Jump Up » est un excellent dancehall au double message. A la fois festif et conscient, il appelle à se lever pour danser et se battre pour ses droits. On retient également les excellents « Sope Wax » et « Money ». Sur « Taalibe », Natty rend hommage à ces jeunes africains contraints de faire la manche pour des patrons sans scrupules. Le riddim, new-roots, était présent sur l’album « Zion Prophet » de Takana Zion sur le titre « E Oulé Fu ». La comparaison avec le Guinéen est inévitable. Pas étonnant quand on sait que cet album a été réalisé et enregistré par Manjul il y a environs 2 ans. On reconnaît d’ailleurs la patte du multi-instrumentiste installé au Mali qui n’a plus à faire ses preuves. Côté roots, on retrouve des titres agréables tels que « Xarit », « Mama », « Aida » et la chanson d’amour « Yow Rek » ( qui signifie "Toi Seule") à la vibes nyabinghi. On avoue être moins convaincu par le duo avec Balik, voix de Danakil. Les deux artistes pourtant très doués nous livrent une prestation peu inspirée sur « C’est Elle ». Mais on ne leur en veut pas, ni à l’un, ni à l’autre, tant on sait désormais de quoi ils sont capables. L’album se termine sur trois dubs, ceux de « I Believe », « Santa Yalla » et « Wax Léne ». Manjul a encore frappé ! Vous l’aurez compris, c’est avec plaisir que l’on découvre ce nouveau venu sur la scène reggae africaine qui signe donc la première sortie du label Baco Records, créé par les membres de Danakil. En espérant que l’avenir leur soit souriant. Mais au vu de cet excellent « Santa Yalla », on aurait tort d’en douter.

ALBUM DUB DE L’ANNÉE
1. Danakil - Echos du Dub

2. Zenzile - Electric Soul
3. Brain Damage - What you gonna do?



Chronique du 07/06/12 - Auteur(s) : LN
On l’attendait depuis longtemps, l’album dub de Danakil est enfin des les bacs. Elu meilleur album dans la catégorie reggae français lors de nos Victoires du Reggae 2012, « Echos du Temps », dont le titre prend ici tout son sens, devient « Echos du Dub »! On poursuit donc le voyage proposé par le groupe, entre Jamaïque et Mali, entre sonorités digitales et roots, entre ambiances africaine, européenne et insulaire. C’est Manjul, producteur français de grande renommée basé à Bamako, qui se charge de votre confort… 
L’essence de chaque morceau est révélée à coup de réverbes, d’échos et de la prédominance du couple basse-batterie, mais aussi de cuivres parfaitement placés et joués. Les chants et les paroles, bien sûr moins présents, nous permettent cependant de retenir les messages essentiels portés par le groupe. Les chœurs nous transportent. C’est ainsi que « Quitter Paname » devient « Dub to Paname », « Media » featuring Winston et Matthew Mc Annuff, et dont une version dub feat DJ Lion était déjà présente dans « Echos du Temps », se transforme en un « Dub des marionnetes », la belle chanson d’amour « A tes côtés » se mue quant à elle en « La douceur du dub »… à nous faire fondre littéralement… « Dub no regrets », accompagné de la voix de U-Roy, est encore plus insolite que la reprise originale ! « Obéir », dont le groupe nous avait offert une version unplugged exclusive pour reggae.fr (à voir ici) en mode dubwise est aussi à saluer. On retient en particulier les performances instrumentales de Manjul sur le « Dub des songes », qui est un échos à, vous l’aurez compris, le titre « La route des songes ». « Passer », qui constituait clairement un de nos titres préférés dans « Echos du Temps », est offert ici en « Donnez-lui du bon dub »,  et croyez-moi, il est très bon ! Le voix de Balik et Natty Jean résonnent parfaitement sur le « Dub des libertés » et « On ne se bat pas pour le même dub ». « Les Pages du dub » offrent de nouvelles perspectives au morceau « Les Pages se tournent », qui est si impressionnant en live… « Dub line », « L’avenir du dub » et « Dub à l’encre noire » sont tous aussi envoûtants les uns que les autres… « Baco Djicoroni Dub », situé vers la fin de l'opus, est certainement notre titre favori... Il s'agit d'une magnifique version dub du dernier titre de l'album qui avait été offert au public lors de la tournée de sortie d'"Echos du Temps" en 2011. Baco Djicoroni est aussi le nom du quartier où le groupe vivait à Bamako lors de l'enregistrement de l'album...Cet album dub est une vrai réussite. Ecoutez-le et vous flotterez! A découvrir d’urgence.

ALBUM UK/DIGITAL DE L'ANNEE
1. Stand High Patrol - Midnight Walkers

2. Macka B - Change The World
3. Solo Banton - Higher Levels



Interview du 31/01/12 - Auteur(s) : Guiz avec LN
Ce samedi 21 janvier 2012 au Glazart c'est complet !!! Toutes les places ont été vendues pour cette Release Party à l'occasion de la sortie du premier album de Stand High Patrol. Encadrés par Dub4 et Bluntsman, les habituels DJs des soirées Skank it Up, les parisiens ont pu faire connaissance avec les Anglais de Gorgon Sound et retrouver OBF ainsi que Stand High Patrol en combinaison, pour une excellente soirée de bass music entre reggae, dub et dubstep. Alors que la soirée commençait déjà très fort, Pupajim, Rootystep et Mac Gyver nous ont accordé une interview. Leur album "Midnight Walkers", qui a carrément envouté la rédaction de votre webzine préféré, est sorti il y a tout juste quelques jours et est disponible dans les bacs, en cd et vinyle, ainsi qu'en téléchargement. On vous le conseille vivement!
Reggae.fr: Tout d'abord merci de nous accueillir et de nous accorder cette interview avant de monter sur scène. Commençons très simplement, pouvez-vous vous présenter et expliquer vos rôles respectifs dans Stand High Patrol?
Rootystep: J'ai commencé à collectionner du son il y a longtemps et j'ai naturellement commencé à être selector. De là j'ai rencontré Mac Gyver avec lequel on s'est mis à mixer et de fil en aiguille on a rencontré Jim.
Pupajim: Deejay et compositeur des riddims.
Mac Gyver: C'est moi qui assure le mix dub en intervenant sur les machines, à la réverb etc...
Lire la suite de l'interview.

ALBUM LIVE DE L'ANNEE
1. Danakil - On Air à la Cigale

2. Sinsemilia - 20 ans live
3. Professor - Throw Down Your Arms



Interview du 12/10/12 - Auteur(s) : LN avec Suzan
L'année 2011 aura été marquante pour le groupe Danakil: sortie de l'album "Echos du Temps" (qui remportera une Victoire du Reggae début 2012 dans la catégorie reggae français); tournée de plus de 100 dates, durant laquelle Natty Jean, rencontré à Bamako durant l'enregistrement de l'album, accompagne le groupe; décision de monter son propre label Baco Records; séparation de Keuj, le tromboniste, qui décide de partir faire un tour du monde… bref autant de raisons qui font l'intérêt du documentaire "La Route des Songes, Une Année en Tournée avec Danakil", réalisé par Hugo Bachelet et Matthieu Yakovleff pour Couac Productions. Ce docu est inclus dans le CD/DVD live "Danakil ON AIR à La Cigale", dans les bacs depuis le 5 octobre dernier. La dernier live enregistré et proposé en dvd par le groupe était celui du Cabaret Sauvage de novembre 2008. Tant de chemins avaient été parcourus depuis que le groupe a ressenti le besoin de proposer au public une nouvelle captation en cd/dvd, également réalisée par l'équipe de Couac, à l'occasion du live de Danakil le 10 mars 2012 à La Cigale. Le coffret propose ainsi plus une heure trente de son et plus de 3 heures d'images, dont il faut avouer qu'il est assez difficile de se lasser, tant la générosité et la spontanéité dégagée par le groupe est bien retranscrite, sans parler bien sûr de la qualité des productions musicales et des prestations live offertes. A l'heure où Danakil commence à penser à son nouvel album, qui sortira certainement en 2014, et étant entendu qu'il ne tournera pas ou peu en 2013, il voulait offrir à son public un objet qui bouclerait le travail accompli jusqu'ici. 
Le 3 octobre dernier, Danakil et Couac Productions nous conviaient à une projection du documentaire, au cinéma La Pagode, situé devinez où, rue de Babylone, dans le 7ème arrondissement de Paris… Un beau bras d'honneur au système que de voir une bande de reggae men raconter leur histoire dans un lieu au nom si symbolique dans la culture reggae ! Les réalisateurs du docu Matthieu Yakovleff et Hugo Bachelet, ainsi que Mathieu Dassieu aka Dass, saxophoniste, manager du groupe et de Baco Records (label fondé par Danakil en 2012), ont accepté de s'entretenir avec nous de ce film, et de leur démarche. Lire l'interview.

RÉVÉLATION DE L'ANNÉE
1. Naâman & Fatbabs - Deep Rockers

2. Charly B - Forever
3. Isiah Shaka - Jahspora



Naâman a construit sa notoriété sur les scènes sound system depuis 3 ans, son public grandissant a accueilli son dernier projet « Deep Rockers » avec beaucoup d’enthousiasme. Ces efforts ont d'ailleurs portés leurs fruits, en permettant à Naâman d'être programmé en 2012 à des évènements incontournables tels que le Reggae Sun Ska Festival et le Lacanau Pro. Naâman a réussi à rassembler un public national autour de sa musique. L'expérience scénique grandissante, Naâman est remarqué à chacun de ses lives par son énergie communicative, les rythmiques solides de son reggae aux influences hip-hop ne laissant personne indifférent. Il fait actuellement partie du Raggamuffin Revival Tour dans le cadre duquel pas moins de 4 têtes d'affiches se succèdent en mode sound system: Soom T, Naâman, Skarra Mucci et Papa Style. La relève du raggamuffin est assurée avec tout ce beau monde aux côtés de Selecta Prince Keman du Rezident Sound. L'artiste a par ailleurs passé une partie de l'hiver en Jamaïque… Une chose est sûre:  de belles surprises nous attendent en 2013…

publicité
commentaires
le 18/02/13 par Jems
Skarra !!!!!
le 18/02/13 par SmoKing
Yesss !!! Naâman on top ! Vu pour la 1ère fois samedi, c'était du big MAAAD ! 2013 on the road ! On t'attends bro !
le 19/02/13 par Lam
Bravo Charly B pour ta victoires sur le podium des 3 premières "révélations" 2013. Keep up the good work, on attend tes 2 nouvelles videos avec grande impatience - big up
le 18/11/13 par mobpky
Un grand respect à tous ces artistes, en espérant voir également Jr Yellam dans les noms cités prochainement car c'est ce reggae qui vous donne envie de vous bouger, méditer, apprécier, partager.

2.9/5 (87 votes)

  • Currently 5.00/5
5.0/5 Evaluation Reggae.fr
Groundation

Depuis l'heure des premiers enregistrements, la musique peut être considérée comme une tapisserie ...
15/10/14 - Roots

Rising Tide - Seven Times Rise

Seven Times Rise, c'est le nouveau single issu du projet Rising Tide, ...
12/02/16 - Clip

Reggae.fr Unplugged avec Groundation!

L'un des plus talentueux groupes de reggae US Groundation s'apprête à sortir un nouvel ...
20/09/14 - Reportage

  • Danakil
        32 mars
        Single
  • Papa Style
        Dubplate Hors controle
        Turbulent
  • Skarra Mucci
        Sound Killer
        Dancehall President
  • Big Red
        MC
        Vapor
  • Alborosie ft Sugus
        Fly 420
        Freedom And Fyah
  • Ziggy Marley
        Weekends Long
        Ziggy Marley
  • Jah Legacy
        Riddim Easy
        Time is now
  • Higher
        Chanson de l optimiste
        Ailleurs
  • Eden Fight
        Glory
        Single
  • Delphine
        Music
        Single
  • Jahmiel & Dub Akom
        Take Me Away
        Single
  • Junior Tshaka
        Les brigands ft Skarra
        360
  • Daddy Mory
        Travail d artiste
        Travail d artiste
  • Daddy Mory
        2 Chemins ft Masicka
        Travail d artiste